2009
AccueilLes Kronics concertLiens
[2004][2005][2006][2007][2008][2009][2010][2011][2012][2013][2014]
31/12/2009

Sarko et Carla passent les fêtes de fin d’année dans une résidence du Roi du Maroc à Marrakech. Je ne voudrais pas être trop vieux jeux, mais n’y-a-t-il pas moyen que le président de la République française passe ses congés sans avoir l’air entretenu par les contribuables d’un pays tiers, fût-il ami ? La République ne manque pourtant pas de résidences luxueuses à travers l’hexagone. Avec notre ancien président qui est toujours logé par un affairiste libanais sur les quais de Seine, tout cela commence légèrement à faire pique-assiette et manquer pour le moins d’élégance et de savoir-vivre…

J’aimerais d’ailleurs bien savoir comment se passe une réservation de ce type ? Sans doute le cabinet de l’Elysée, un secrétaire général de service, téléphone-t-il au Palais royal de Mohammed VI :

  • Comment allez-vous cher Ami ? Son Excellence Sarkozy se demandait justement s’il pouvait bénéficier d’une des modestes demeures de son Altesse M6 à Marrakech.
  • Mais bien entendu cher Ami, nous avons justement le palais de Jnane Lekbir qui sera libre en cette fin d’année, vos dates seront les nôtres.
  • Et que diriez-vous d’un petit dîner royal à Rabat entre nos dirigeants à l’occasion de ce séjour ?
  • Mais bien entendu cher Ami, ce sera l’occasion de célébrer une fois encore l’indéfectible amitié entre nos peuples.
  • Etc…

Une bonne partie de l’intelligentsia politico-mondaine française s’est fait goberger pendant des années à la Mamounia par Hassan II (le père de M6) ajoutant encore aux relations ambigües entre nos pays, les mauvaises habitudes continuent. Ce n’est pas bien.

30/12/2009

La presse s’en donne à cœur joie pour descendre le monde politique après la censure du Conseil constitutionnel de la taxe carbone. Les hyènes hurlent devant le cadavre mais on aurait aussi aimé les entendre analyser les dysfonctionnements potentiels de ce mécanisme de taxe carbone lorsqu’il a été présenté par le gouvernement ! Même Le Monde titre en première page sur le « désaveu fait à Sarkozy ».

Que notre hyper agité du ciboulot soit désavoué n’est pas grave en soi, et guère intéressant finalement. Par contre si cette taxe était utile nous avons un vrai problème à résoudre et devons trouver une solution pour la remettre en vigueur via un mécanisme compatible avec la Constitution. Ou alors il faut changer la Constitution.
29/12/2009

Le Conseil constitutionnel censure la taxe carbone pour cause d’iniquité fiscale et d’inefficacité industrielle. Les exemptions octroyées pour différents secteurs comme les transports, la chimie, l’énergie, et bien d’autres, auraient conduit à ce que 93% des émissions industrielles soient exonérées. On avait bien compris que le contribuable de base allait connaître des années difficiles. Le Conseil constitutionnel tente de faire valoir quelques principes républicains pour adoucir leur sort et ce n’est pas facile.ur cause d'inéquité fiscale et

28/12/2009

21h, dans l’escalator du Centre Pompidou, alors que je quitte encore rêveur l’exposition Soulages, je croise la beaufitude parisienne branchouille qui monte l’escalator vers le restaurant panoramique. Ce petit monde aurait pu venir un peu plus tôt et admirer l’œuvre intrigante de cet artiste avant les agapes mondaines.

Abstraction et effets de noir sur toiles immenses ; l’audio guide diffuse la parole du Maître qui édifie sur la lumière et les reflets, sur l’outrenoir, sur la consistance physique de la peinture et les outils d’étalage fabriqués par lui-même, sur ses rencontres artistiques. Une merveilleuse plongée dans l’univers d’un peintre très intéressant.

28/12/2009

C’est a priori moins fun d’être emprisonné pour trafic de drogue en Chine qu’en République Dominicaine. Un ressortissant britannique doit être exécuté demain alors que les deux gamines de Saint-Domingue seront dans l’avion du retour vers Paris.

27/12/2009

Les deux gamines condamnées à 8 ans de prison pour trafic de drogue en République Dominicaine sont graciées par le président de ce pays après 18 mois de détention. On avait retrouvé 6 kilos de cocaïne dans leurs bagages au départ de Saint-Domingue. Elles ont clamé dès le départ que ces sacs de cocaïne étaient arrivés dans leurs valises sans qu’elles ne s’en aperçoivent… Soit, mais le contraire est également possible. Allez, passons l’éponge, elles sont peut-être coupables, peut-être innocentes, mais elles ont fait 18 mois de taule. Elles seront en tout cas mieux en liberté en France plutôt qu’en prison en République Dominicaine.

La prochaine fois les filles, allez passer vos vacances dans le Limousin, c’est moins dangereux !
25/12/2009

Ciné ce soir ou le capitalisme en crise vu par Michael Moore. C’est outrancier comme il se doit, parfois larmoyant, mais tellement vrai. Et puis cela fait du bien que ces choses soient dites. Quelques passages hilarants quand Moore arrête son fourgon blindé devant le siège de Goldman Sachs, demande à rencontrer le pédégé pour récupérer et rendre au Trésor les milliards de fonds publics qu’il a fallu investir dans les banques pour les sauver de la faillite, ou quand il cerne le pâté de maisons de Wall Street du célèbre ruban jaune utilisé par la police américaine pour marquer les scènes de crime…

24/12/2009

Communiqué de l’Agence France Trésor :

    22 déc. 09 : DÉTAIL DU PROGRAMME DES ÉMISSIONS À MOYEN ET LONG TERME DE L’ETAT POUR 2010

    Christine Lagarde, Ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, a arrêté le montant des émissions à moyen et long terme (BTAN et OAT) nettes des rachats de l’Etat à 188 milliards d’euros pour 2010.

    Le programme prévoit que les émissions d’obligations indexées, tant sur l’inflation française qu’européenne, représenteront environ 10 % des émissions nettes à moyen et long terme. Comme au cours des années précédentes, l’Agence France Trésor ajustera ses émissions pour répondre à la demande et assurer la liquidité des titres.

    En 2009, l’AFT a procédé à 13,6 Md€ de rachats de titres avant leur échéances se répartissant entre 11 Md€ arrivant à maturité en 2010 et 2,6 Md€ de titres 2011. L’AFT procédera en 2010 à des rachats de titres venant à échéance dans les prochaines années, en fonction des conditions de marché.

    Le bilan du programme de financement 2009

    Le montant en nominal des emprunts bruts à moyen et long terme pour l’année 2009 a atteint 178,6Md€ répartis entre 83,6 Md€ d’OAT à taux fixe, 12,3 Md€ d’obligations indexées sur l’inflation (OATi, OAT€i et BTAN€i) et 82,7 Md€ de BTAN.

     

Le programme de dépenses supplémentaires qualifié de grand emprunt à 35 milliards sera financé par ce programme. En rentrant plus dans les détails, on lit que des émissions vont être faites à 40 et 50 ans, ce qui en dit long, si besoin en était, sur la capacité de notre génération à transférer ses péchés sur les suivantes…
23/12/2009 Le pape Benoît 16 soupapes s’apprête à béatifier son prédécesseur Pie 12 qui ne s'est pas trop ému du sort des juifs durant la dernière guerre mondiale. A quoi sert la béatification d’un pape ?

    Effet sur la croissance économique : nul

    Effet sur le moral des français : nul

    Effet sur la santé de Johnny : nul

    Effet sur les résultats des bleus en coupe du monde de fouteballe : nul

    Effet sur la bonne entente entre religions juive et chrétienne : défavorable, mais cette relation était déjà plus que mauvaise

    Réaction suggérée : indifférence

Les papes qui se béatifient entre eux  c’est un peu comme les politicards qui se décorent de la légion d’honneur. Le processus est basé sur l’autosatisfaction et le corporatisme. Sans intérêt donc, mais potentiellement pervers.
22/12/2009

Rigolo : Martin Bouygues, bétonneur mondial proche du pouvoir hexagonal se plaint amèrement des réformes en cours des marchés financiers qui aboutit à ce que des titres Bouygues soient échangés sur les marchés financiers sans que l’intéressé ne soit informé de ces transactions. Ben oui mon grand, c’est la dernière mode en matière de boursicotage : les dark pools (ou autres crossing networks), sortes de plateformes informatiques ultrasophistiquées, fruits de la créativité malsaine des financiers mathématiciens qui ont mis à terre la planète finance en 2008 et où s’achètent et se vendent des titres en gré-à-gré de façon plus ou moins confidentielle en dehors des marchés boursiers classiques et de leur transparence.

Mon grand, la meilleure façon de ne pas être touché par les turpitudes des marchés financiers et leurs avatars c’est de ne pas solliciter leurs sous. A partir du moment où ta société est en bourse tu te défausse de tes titres de propriété dans les mains d’inconnus dont une partie de forbans. Il est toujours possible ensuite de réclamer plus de réglementation mais c’est un peu tard et légèrement incohérent…
21/12/2009

Enfin une bonne nouvelle avant la coupe du Mooooooonde de fouteballe : France Culture arrive en n°3 des radios les plus podcastées en France. Comme quoi même avec seulement 1,8% de part de marché une radio intelligente arrive à soulever des montagnes.

16/12/2009

Balletde chiottes, j’ai nommé le pédégé de Total, porteur de la moustache la plus ridicule du CAC 40, regrette de n’avoir pu emporter de marchés significatifs lors d’un appel d’offres de champs pétroliers. Il a bien fait de ne pas surenchérir pour aller pomper de l’or noir dans ce pays dans lequel de tous temps le business s’est terminé en faillites, non paiement de dettes et pertes gigantesques comblées généralement par les contribuables des pays fournisseurs.

15/12/2009

Le masque est tombé, le grand emprunt n’est finalement qu’un programme de dépenses publiques supplémentaires qui seront financées sur les marchés financiers comme les 150 milliards de déficit du budget de l’Etat 2010. Des dépenses peut-être plus intelligentes que les autres, l’avenir le dira, mais il n’est pas même certain qu’elles ne soient jamais réalisées, tout dépendra des priorités budgétaires le moment venu. Et de priorités nous n’allons pas manquer…

13/12/2009 Berlusconi, premier ministre italien, perd deux dents après avoir reçu un projectile sur la figure au cours d’une cérémonie de serrage de mains de militants. L’acte est le fait d’un déséquilibré et ce n’est pas bien pour la démocratie. Mais tout le monde rigole car Berlu a élevé sa fonction au rang de clownerie de première catégorie alors on imagine une nouvelle facétie en voyant son nez rouge de sang.
12/12/2009

Après l’Islande qui a été gérée comme un hedge-fund et s’est écroulée comme Lehman-Brothers, voici l’Emirat de Dubaï qui a été managé comme un promoteur immobilier, en sérieuses difficultés financières. Lors de mon dernier voyage à Dubaï j’avais relevé que le sky line, une espèce de 5ème avenue au milieu du désert, avait encore progressé de quelques kilomètres, bordé de buildings futuristes et généralement plutôt élégants, depuis mon avant-dernier voyage. A ma question sur qui pouvait habiter des immeubles si nombreux, on me répondait : « les personnes qui construisent les immeubles suivants. » Bref, une parfaite définition de bulle auto-entretenue, jusqu’à ce que le cercle vicieux se brise, généralement sur l’écueil du prix au m² qui ne peut grimper jusqu’au ciel malgré l’appellation sky-line de ce lotissement de luxe au milieu du désert.

12/12/2009

Concert Sanseverino en banlieue. Du rock français, subversif et anticlérical. Rigolo.

11/12/2009

La France envisage « une taxation exceptionnelle des bonus 2009 » en coordination avec le Royaume-Uni et sur le thème que ces bonus sont en partie le résultat du soutien apporté par les contribuables au sauvetage des banques. Cette alliance franco-britannique est plutôt étonnante sur un sujet où Londres se fait généralement le chantre du libéralisme effréné. A l’écoute des déclarations politiques et à la lecture de la presse on ne comprend pas bien qui sera taxé : les banques ou les bénéficiaires des bonus, ou les deux peut-être ?

07/12/2009

La fédération française de fouteballe publie le montant de la prime versée à l’entraîneur de l’équipe de France pour prix de la récente sélection de ladite équipe à la coupe du monde 2010 : elle s’élève à 820 000 EUR. C’est un montant significatif. Il n’est pas précisé quels sont les modes de financement de cette fédération mais à mon avis il doit y avoir des fonds publics. Le contribuable a donc certainement apporté son obole à cette prime.

Outre cette somme exorbitante, le plus intriguant dans l’affaire est le processus de décision de son octroi. Tout le monde s’accorde à dire qu’elle n’est pas méritée (quel que soit d’ailleurs le résultat et la manière de la sélection obtenue) mais elle a pourtant été attribuée, j’imagine par une instance de décision de la fédération. Il y a donc eu un aréopage de dirigeants fouteux qui se sont réunis un beau jour et décidé de verser 820 000 EUR à un entraîneur de foute. Un mandataire a du signer un contrat en ce sens avec l’impétrant. Est-ce qu’à un moment ou un autre du processus quelqu’un s’est demandé : « p…, c’est tout de même beaucoup d’argent » ou est-ce que personne n’a même été effleuré par le moindre doute devant l’incohérence d’une telle rémunération par rapport à la prestation attendue ?

Comme Proglio qui a réussi à faire croire qu’il était le seul pédégé possible pour EDF et donc à imposer des conditions également exorbitantes à son conseil d’administration, un entraîneur de fouteballe enfume son employeur et obtient des rémunérations déplacées. L’un comme l’autre ont au moins cette qualité d’arriver à se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas, alors que tous ces dirigeants sont, ô combien, largement interchangeables.
01/12/2009

Concert à la Cour des Comptes. Gravé au fronton de la porte de la salle un article de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « Art. 15 - La société a le droit de demander des comptes à tout agent public de son administration. 26/08/1789 »

29/11/2009

Henri Proglio nommé récemment pédégé d’EDF après avoir été débauché de Veolia semble manifester un entregent exceptionnel pour obtenir ce qu’il veut, et à tout le moins faire peur à ceux qui l’ont désigné. Il a exigé et obtenu de continuer à exercer la fonction de président « non exécutif » chez Veolia, et le voila maintenant en train de faire augmenter sa rémunération chez EDF pour qu’elle atteigne rapidement celle qu’il percevait chez Veolia.

Sans se prononcer sur le fonds de ses exigences personnelles (cumul de mandats et rémunération en hausse substantielle et immédiate), le processus est intéressant en ce qu’il révèle une capacité de nuisance certainement surévaluée par le gouvernement qui l’a nommé. Proglio est à n’en pas douter un homme compétent mais il n’est pas le seul dans le monde des affaires. Vous shootez sur un marronnier du VIIIème arrondissement et vous avez 10 hommes compétents, pédégés d’EDF en puissance, qui tombent sur le pavé. Alors comment fait-il pour imposer des exigences qui n’ont rien à voir avec l’avenir d’EDF et ne concernent que sa stricte situation personnelle ? Que se passerait-il si ses autorités de tutelle cherchaient à le calmer un peu sur ses requêtes individuelles ? Sans doute rien, mais on n’ose pas le faire. C’est là toute la force de l’impétrant : non seulement il est persuadé d’être irremplaçable mais ses dirigeants le croient aussi.
28/11/2009

A une question des Echos sur le « grand emprunt », Thierry Breton ex-ministre des finances répond : « Vous aurez compris que l’ère qui s’ouvre est d’abord, pour notre génération, celle du grand remboursement ! » On ne saurait mieux dire. J’ajouterai en ce qui me concerne : « pour notre génération et celle de nos enfants voir également nos petits-enfants ! »

27/11/2009

L’escroquerie électorale se poursuit. Michel Barnier élu récemment député européen, en tête de liste dans sa région, démissionne de son poste pour prendre un maroquin à la Commission européenne. Après Brice Hortefeux, élu également député européen pour aussitôt démissionner pour garder son poste de ministre de la République on continue à vouloir faire passer des vessies pour des lanternes auprès du gogo électeur que l’on fait voter pour un leurre qui aussitôt élu se dissout dans le marigot politicard. Et il semble que les élections régionales qui se profilent vont être un modèle du genre avec des ministres en tête d’affiche qui renonceront aussitôt…

26/11/2009

La France râle… comme toujours. Il y a 15 jours elle se marrait devant Roselyne et ses 95 millions de doses de vaccin contre la grippe A et aujourd’hui elle hurle car il leur faut attendre 2 heures pour faire vacciner les gamins au gymnase du coin. Quelle affaire ! Entre les deux il y a eu 65 morts. Cela vaut peut-être la peine de perdre 120 mn pour obtenir un vaccin… Cela fait presque la durée d’un match de fouteballe, y compris la tournée de bière post-match et la lecture de L’Equipe du lendemain matin !

25/11/2009

La France râle… encore. La taxe professionnelle, dont tout le monde s’accorde à dire qu’elle est un mauvais impôt, va être supprimée. Comme il ne saurait être question de baisser les dépenses, cette taxe bientôt défunte sera remplacée par d’autres impôts. Alors les élus s’agitent comme des mouches dans un bocal pour savoir qui va payer. Et à ce petit jeu, l’impôt nouveau est toujours mieux à instaurer chez les autres que dans son pré-carré électoral alors chacun se relance la patate chaude et le dernier qui l’attrape aura perdu. Je crains qu’il ne s’agisse du contribuable électeur…

25/11/2009

Expo De Byzance à Istanbul au Grand Palais dans le cadre de l’année de la Turquie, ou les étapes millénaires de la capitale d’un empire grec puis romain multi-déiste, puis romain-chrétien, puis ottoman-musulman, puis turque-laïque. Cela donne le tournis. De guerres en conquêtes, d’effondrements en résurrections, la sublime porte laisse un époustouflant mélange de cultures exposé au Grand Palais, même si la période Istanbul est traversée plutôt rapidement.
24/11/2009

Je relis les hommages à Claude Levi-Strauss. Il voulait être musicien, il fut un anthropologue-ethnologue qui fit franchir des pas décisifs aux sciences humaines. Ses anciennes interviews de jeunesse comme d’académicien montrent un homme serein et analytique, de ceux qui ont beaucoup appris et expliquent avec humilité ce qu’ils croient savoir de l’Humanité. Il a sa vie durant élaboré des concepts plutôt mystérieux pour moi, mais d’où surnage l’immense sagesse d’un homme qui a consacré sa vie à découvrir les richesses déclinantes du monde.  

20/11/2009

La Mairie de Paris 14ème affiche crânement à son fronton un calicot contre la privatisation de La Poste. Est-ce bien normal qu’une Mairie de la République prenne ainsi parti sur un sujet traité par le Parlement ?
18/11/2009

En me rendant au concert de Lloyd Cole je suis bloqué 15 mn sur la Place Clichy par une horde de fans fouteux supporters de l’équipe d’Algérie qui vient de remporter je ne sais quelle compétition. La statue sur la place est couverte de drapeaux vert-et-blanc et des gamins hurlent debout sur les voitures. Tout ceci n’est pas bien méchant, juste un peu pathétique. En ressortant de l’Européen c’est le calme plat, en fait tous les bistrots sont pleins de fans fouteux supporters de l’équipe de France (sans doute pas les mêmes…) qui affronte je ne sais plus qui dans je ne sais quelle compétition. Je rentre chez moi comme une fleur. Tout ceci me met de joyeuse humeur… Comment un sport de pousse-ballon peut-il à ce point avilir l’Humanité ?

Ceci dit, vous vous souvenez de Llyod Cole & The Commotions ? Oui, ce beau gosse guitariste des années 80. Eh bien aujourd’hui les Commotions ont disparu et Llyod joue et chante seul à la guitare folk devant un parterre de quinqua attendris. Joli concert !

14/11/2009

Les foutballeux entrent désormais sur les stades en tenant des gamins par la main. Est-ce vraiment nécessaires d’immerger ces enfants si tôt dans l’arène ? Ils risquent tout de même d’en être traumatisés pour longtemps

12/11/2009

Juppé et Sarko pris au piège de l’intox sur leur présence (ou pas) à Berlin le 9 novembre 2009. Ils s’emberlificotent sur leur blog et page Facebook entre affirmations, démentis et corrections. On a du mal à croire qu’ils aient autant de temps libre pour se livrer à de telles billevesées. Même si ce ne sont sans doute pas eux qui rédigent lesdits blogs, mais des communicants payés par le contribuable car j’imagine faisant partie de leurs équipes de conseillers, ils ont du néanmoins y apporter leur patte compte tenu de l’ampleur de la polémique. N’ont-ils rien de mieux à faire que de bidouiller leurs pauvres petites historiettes personnelles ? Travailler à ce pour quoi les électeurs les ont élus et les contribuables les payent ? Gérer le pays et assumer leur responsabilité politique par exemple plutôt que de faire du marketing et de s’auto-promouvoir comme un paquet de lessive en tête de gondole dans un hypermarché ?

11/11/2009

2ème concert de Massive Attack au Zénith ce soir et 2ème soirée d’extase devant cette musique sombre et si caractéristique de notre époque. L’audience est ébahie devant l’alternance de violence et de mélancolie qui émane de cette musique venue d’ailleurs. La gentillesse, la proximité et le talent de la flopée de musiciens-interprètes qui entourent 3D et Daddy G, l’âme duale de cette musique, fait le reste et Paris ressort abasourdi de ces deux concerts d'anthologie.

10/11/2009

Laporte, un fouteux ou un rugbyman, je ne sais plus, bref un coureur de ballon, issu de la société civile comme on dit et entré au gouvernement pour être le sportif de service au milieu des énarques et des avocats, et ressorti aussitôt tel un ovale expulsé de la mêlée, publie un livre pour clamer qu’il n’a pas compris le monde politique et vice-versa. Il affirme que Kouchner ne lui aurait jamais serré la main pour lui dire bonjour durant toute sa (courte) présence au gouvernement. Je crois que cela est tout à fait possible.

09/11/2009

20ème anniversaire de la chute du mur de Berlin. Les anciennes puissances d’occupation de l’Allemagne se réunissent sous le parapluie d’Angela Merkel pour fêter le temps qui passe. Les médias français ressortent les émouvantes archives de l’époque, et d’autres un peu moins glamour où l’on redécouvre les aspects sinistres d’une dictature communiste qui fut parmi les plus « brillantes » de sa génération, un des meilleurs élèves du grand frère soviétique. Une police politique Stasi particulièrement retorse en lavage de cerveaux, délation, flicage généralisé, répression sanglante de mouvements populaires, recyclage de vieux nazis pas dénazifiés (mais l’occident a su faire également dans ce domaine), vente à la République fédérale d’Allemagne d’opposants contre espèces sonnantes et trébuchantes, financement de mouvements terroristes antioccidentaux souvent meurtriers, promotion de taupes et espions à tous les étages et autres perversités propres à ces institutions. Le plus fascinant dans cette affaire est que toute cette tyrannie a été le fait d’une moitié du peuple allemand et que les comptes n’ont finalement jamais été vraiment soldés. Honecker a du être vaguement condamné avant de mourir de son cancer du foi au Chili.

Je reste toujours sceptique sur la capacité des peuples à absorber de telles déchirures sans procès des responsables, même symbolique. Le cas se présente aujourd’hui au Cambodge. Nuremberg à cet égard fut exemplaire : une quarantaine de dignitaires nazis ont payé pour les dérives d’un peuple qu’il convenait de ramener dans le droit chemin. Les procès de Pétain et Laval, puis plus tard de Barbie, ont également permis de marquer le coup des compromissions de la France dans les années 40. L’Allemagne réunifiée semble avoir fait preuve de générosité alors qu’il s’agit sans doute de faiblesse. Le chapitre final de l’histoire d’une Allemagne divisée a été discrètement évacué par la porte mais risque un jour de revenir par la fenêtre.

07/11/2009

Il est marrant le Guaino ! A l’imprécation de je ne sais plus quel sous-ministre des postes ou de l’industrie affirmant que La Poste serait « inprivatisable » (sic) il a répondu que « rien n’est éternel ». Il est marrant car non content de reprendre en public l’engagement aventureux d’un sous-ministre de la République, en plus il a raison, il est plus que très probable que La Poste sera privatisée.

06/11/2009

Chirac est envoyé devant un tribunal correctionnel pour « abus de confiance » et « détournement de fonds publics » dans le cadre de l’affaire dite des emplois fictifs de la Mairie de Paris. Il sera accompagné de neuf autres comparses dont deux de ses anciens directeurs de cabinet et quelques bénéficiaires supposés des emplois fictifs, dont Marc Blondel, syndicaliste trotskiste et ravageur, ex-chef à bretelles et gros cigares de Force Ouvrière (dont le chauffeur était payé par la Mairie), l’ex-député Jean de Gaulle, petit-fils de Mon Général, et d’autres.

Que Chichi soit populaire ou non et signe ses mémoires dans les supermarchés ne change rien à l’affaire. Que la Justice passe comme elle passée sur Juppé-le-raide qui semble digérer doucement le passe-lacet qu’il a du avaler à l’époque de sa condamnation infamante, ou comme elle s’annonce sur Pasqua-le-débonnaire condamné en première instance à un an de prison ferme dans une affaire de trafic d’armes.
05/11/2009

Nous assistons à un débat proprement surréaliste au sujet du « grand emprunt » qui va consister à tondre encore un peu plus le contribuable. La politicaillerie et les analystes mondains glosent sur le montant idéal de cet emprunt qualifié de « grand ». Fitoussi dans Les Echos nous assène : « Je verrais bien 100 milliards d’euros et même plus », Rocard veut le limiter à 30, Sarkozy parle de 30 à 50, Fillon est sur une autre partition, 63 députés UMP écrivent une tribune dans Le Monde que le bon montant pour eux se situe entre 50 et 100 milliards. Bref, tout le monde y va de son paquet de milliards et on ne parle quasiment plus l’affectation de ces fonds et encore moins de la rentabilité attendue de ces investissements pour la collectivité. C’est… indicible. La basse-cour caquète en remuant les plumes de son derrière et le gogo qui paiera l’addition à la fin n’en croit pas ses yeux ni ses oreilles. Ce n’est pas étonnant que la France soit en quasi-faillite avec de telles méthodes de gestion.

Au milieu d’une logorrhée communicante où l’on parle de lisibilité, de défi environnemental, d’ancrage territorial, de dynamique nouvelle, etc.  les 63 félons écrivent tout de même que les investissements financés par cet emprunt devront concerner des programmes « …rentables, susceptibles de générer des retours sur investissement sous forme de croissance, d’emploi et de [incontournable !] développement durable, à un horizon raisonnable. » C’est déjà bien de le dire même si l’on oublie au passage de rappeler que la trésorerie de l’Etat est fongible et ne peut être affectée à des dépenses particulières. Les fonds levés par la République, soit forme de grand emprunt ou de d’emprunt journalier viennent financer un panier de dépenses et en l’occurrence un grand trou qui sépare le niveau des recettes de celui des dépenses. Si ces dépenses sont effectivement plus orientées sur les investissements productifs que des dépenses de fonctionnement on ne pourrait que s’en réjouir mais il faut être bien optimistes pour espérer que nous ferons aujourd’hui ce que nous avons été incapables de faire depuis 35 ans (le dernier budget équilibré remonte en France à 1974).

Parmi les 63 signataires on retrouve les sportifs du Palais Bourbon : Jean-François Lamour et David Douillet ainsi qu’un revenant : Jean Tibéri.
04/11/2009

Les œuvres de la fin de vie de Renoir au Grand Palais. Au XXème siècle, perclus de rhumatisme, l’artiste abandonne son inspiration impressionniste pour se consacrer au portrait de baigneuses nues et langoureuses, ou de paysages méditerranéens de sa maison de Cagnes. C’est un peu libidineux mais tout de même immense. Un film noir et blanc montre le peintre, barbu avec son béret, une allure d’abbé Pierre, discutant avec un voisin, fumant sa cigarette, les doigts crochus noués par un ruban car sans doute plus maîtrisés, mais tenant toujours son pinceau et déclarant en 1913 : « Je commence à savoir peindre. Il m’a fallu plus de cinquante ans de travail pour arriver à ce résultat, bien incomplet encore. » La création jusqu’à son dernier jour, c’est touchant, généreux et indispensable.

03/11/2009

Un adorable concert de Mickey 3D à l’Alhambra. Un artiste subtil, une voix profonde, des textes tendres, un groupe simple et soudé et la guitare rythmique de Mickey digne des Talking Heads à faire pâlir d’envie les punky britanniques du moment.

01/11/2009

Une niche fiscale est dégommée par nos députés avisés : celle du droit à l’image qui permettait à des clubs sportifs de haut niveau (foute-balleurs à 90%) de bénéficier d’exonération de charges au titre du « droit à l’image ». Cette mesure qui coûtait 36 millions d’EUR/an aux contribuables étaient destinées à empêcher le départ desdits footeux vers des clubs étrangers. L’objectif semble-t-il n’a pas été atteint et la niche a été fermée par droite et gauche réunie, malgré une dernière bataille du massif Douillet, judoka médaillé et chiraquien reconverti dans la politique.

Le footeux en chef du club de ballon de Toulon menace de grève pour la journée de foute de jeudi prochain. On en est tout effrayé à l’avance. « S'il n'y avait plus eu de matches de basket-ball, volley-ball, handball et rugby depuis quinze jours, je ne pense pas que la loi serait passée jeudi.» Le pire c’est qu’il a sans doute raison…
27/10/2009

Nouvelle Vague à l’Olympia ce soir. La salle est presque comble. Mélanie Pain en warm up qui revient pour la deuxième partie des Nouvelle Vague. Les must sont les reprises de Joy Division (Love Will Tear us Apart), Taxi Girl (Aussi Belle qu’une balle perdue), The Clash (Guns of Brixton). Le retour sur ces perles rocks n’est pas nostalgique, juste tendre et élégant. Peut-être aussi n’a-t-on jamais réécrit d’œuvres aussi accomplies…

26/10/2009

Les municipalités qui se sont fait fourguer de la dette « toxique » par des banquiers spéculateurs se retournent maintenant contre ces pourvoyeurs indélicats et plaident leur incompétence devant la sophistication des produits financiers qu’elles ont achetés et auxquelles elles ne comprennent rien si ce n’est que le service de leur dette explose. Dans la majorité des cas les banques acceptent leur culpabilité et un arrangement financier est trouvé pour que les surcoûts soient partagés.

Incompétence des municipalités certes, mais à défaut de technicité on aurait espéré un peu de bon sens des élus qui nous gouvernent. Las, qu’on en juge : la municipalité de Saint-Etienne a emprunté à un taux d’intérêt adossé à l’évolution de l’écart de parité de la Livre Sterling sur le Franc Suisse. La Livre s’étant effondrée, les intérêts dus explosent et Saint-Etienne est pris au piège. Il ne faut tout de même pas être un grand clerc pour deviner que personne au monde n’est capable d’anticiper l’évolution du taux de change Livre Sterling / Franc Suisse et que jouer à ce jeux là s’appelle spéculer avec l’argent des contribuables ! Même mon épicier du coin de la rue est capable d’arriver seul à une telle conclusion. Pas nos élus signataires de ce type d’emprunt. En l’occurrence Saint-Etienne a assigné en justice Deutsche Bank pour résilier son contrat de prêt dans des conditions acceptables.

Même les Caisses d’Epargne qui sont censées gérer les bas de laine de nos grands-mères ont plongé dans les délices toxiques et ont placé du prêt spéculatif dans des départements incompétents. On croit rêver !
25/10/2009

Le Lion de Belfort sur la Place Denfert-Rochereau est recouvert d’autocollants Continental du nom de ce fabricant de pneumatiques allemand qui a fermé une usine en France. Le nettoyage risque d’être pénible… Le mieux serait d’envoyer la facture à Continental ou à ses syndicats.  Malheureusement le plus probable est que le coût sera supporté par le contribuable parisien. D’ailleurs à ce sujet ma taxe d’habitation 2009 a déjà augmenté de 11,5% en 2009, et à mon humble avis ce n’est pas fini.

25/10/2009

Un grand moment de poésie : des footeux marseillais et parisiens se tapent sur la tête et cassent des vitrines pour cause de match annulé.

23/10/2009

Je déjeune à Almaty (Kazakhstan) entouré d’une slave russe, grande blonde aux yeux bleus, d’une kazakh, longue tige aux yeux bridés, lunette de soleil dans ses cheveux teints en blond peroxydé à la Annie Lennox, une chinoise petit modèle et une ouzbèk en bottes à parements brillants. Le déjeuner est excellent… Mon Dieu quel doux mélange dans ces terres d’Asie centrale et tout ce petit monde semble cohabiter sereinement à l’abri du passeport kazakh.
21/10/2009

Un petit passage chez mon généraliste qui affiche deux portraits de Rimbaud dans son cabinet. Il est bien cet homme.

17/10/209

C’est le retour de la publicité de la Matmut, campagne automnale qui occupe même les radios publiques. Campagne toujours aussi débilitante et consternante avec les mêmes deux crétins de service couronnés qui affichent leurs têtes de merlans frits sur les panneaux parisiens, et probablement nationaux, et crient leur message commercial comme deux déments dans une cour d’hôpital psychiatrique. Est-ce vraiment indispensables de faire dans l’aussi primaire pour vendre une compagnie d’assurance ? Et comment une banale société d’assurance est-elle autorisée à envahir les ondes publiques avec sa publicité ? Elle est certes mutualiste mais publie néanmoins sur son site web un rapport financier digne du CAC40.

16/10/2009

Dans un entretien au Figaro, Sarkozy l’agité s’exclame «A travers cette polémique, qui est visé ? Ce n’est pas mon fils. C’est moi.» Ben évidemment gros ballot qu’on s’attaque à toi. Ton fils il a encore du lait qui lui sort du nez quand on appuie dessus, il n’est pas responsable, au contraire, à mon humble avis tu es en train de lui scier la branche à laquelle il grimpe.

Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l’UMP aux-cheveux-longs-et-gras, qui n’en loupe jamais une, compare la position de Martine Aubry à l’accession du fiston. Titine est fille de Jacques Delors, mais tout de même diplômée de Sciences politiques à 22 ans et de l’Ecole nationale d’administration à 25, fonctionnaire du ministère du travail et militante à la CFDT, détachée au Conseil d’Etat, professeur à l’ENA, avant de devenir ministre à 47 ans, maire de Lille à 51 et enfin cheftaine du PS. Un cv dont on voit mal les points de comparaison avec celui du fiston.

La blague qui circule sur Internet c’est Jean qui répond à son père : « Mais papa je ne t’avais pas demandé un EPAD mais un Ipod ! »

13/10/2009

Le débat continue sur l’opportunité de nommer un gamin de 23 ans à la tête de l’établissement d’aménagement de la Défense (EPAD), fut-il élu et fut-il fiston de Sarkosy. La question de sa compétence pour ce poste est posée, à droite comme à gauche.

En réponse, le fiston est passé hier à la télévision après une séance de relookage comme savent en confectionner les communicants qui peuplent les allées du pouvoir. Sa tignasse blonde a été sacrifiée et il est désormais affublé de lunettes de potache pour lui donner un air sérieux et la tête de l’emploi. Malheureusement il y a sans doute encore à faire, peut-être terminer ses études de droit, à compléter éventuellement avec un peu de gestion d’entreprise en cours du soir.

Une fois de plus la réaction politique face à un débat légitime passe par, et uniquement par, de la propagande. S’imagine-t-on que la coupe de cheveux crée la compétence ? Comme souvent en l’absence de fond on croit enfumer le gogo avec de la communication. C’est une erreur à court terme et une tragédie sur le moyen terme.
12/10/2009

Shannon Wright à l’Alhambra. Songwriter, guitariste-pianiste-chanteuse américaine de grand talent (qui a collaboré avec Yann Tiersen). Une musique très sombre, très cérébrale, une espèce de PJ Harvey en plus américaine. Une excellente découverte musicale.

10/10/2009

23h30

Du show d'Archive je rentre comblé, exalté, ébloui, rêveur.

10/10/2009

18h

Vers le show d’Archive je me rends fébrile, impatient et réceptif.

09/10/2009

Le général Rondeau contredit au tribunal la version de Galouzeau dans l’affaire Clearstream. Ce qui est sûr c’est que l’un des deux protagonistes ment. Je ne sais pas pourquoi ni comment mais j’ai plutôt tendance à croire la version de l’officier supérieur de l’Armée française plutôt que celle de notre éloquent poète diplomate.

08/10/2009

Jean Sarkosy, le fiston de 23 ans du président de la République serait le prochain président de l’Etablissement public d’aménagement de la Défense. On ignore le cv du fiston (quelques études de droit, puis du théâtre) mais on peut se demander si à 23 ans il est bien opportun de lui donner une telle responsabilité. Compte tenu de son expérience il aurait peut-être été plus indiqué de lui faire faire ses classes dans la gestion d’entreprise avec un objectif plus modeste ? Ce qui est sûr c’est que la polémique n’a pas fini d’enfler sur le sujet.

07/10/2009

En pleine crise financière et économique l’Irlande se sent soudainement plus proche de l’Union européenne et a finalement approuvé le Traité de Lisbonne à plus de 60% par référendum. Comme l’Islande en plein effondrement financier, l’Irlande se sent soudain pousser des ailes européennes. En gros, l’Union européenne est vue comme un vulgaire tiroir-caisse. Il y a encore à faire pour forger l’idéal européen que les pères fondateurs ont tenté avec mérite d’insuffler lors de sa construction.

06/10/2009

A l’occasion de la décision prise d’organiser les jeux olympiques au Brésil, une bonne partie de la presse explique que la dernière fois que des jeux ont été organisés en Amérique du Sud c’était au Mexique… Hum, hum, hum, il semble qu’il y ait confusion en Amérique du Sud et Amérique Latine. Le Mexique est en Amérique du Nord tout en étant en Amérique Latine mais certainement pas en Amérique du Sud. Le journaliste sportif de base devrait consulter son atlas un peu plus souvent.

05/10/2009

Dans un dîner en ville vient sur la table le sujet des suicides chez France Télécom : 23 en 18 mois. Renseignement pris sur le site de l’Organisation mondiale de la santé il s’avère que le taux de suicide en France est de 16,2 par 100 000 habitants (dernier chiffre datant de 2005), soit grosso-modo un taux comparable à celui de notre opérateur historique de téléphone. Evidemment une fois que l’on a dit ceci, on n’a pas dit grand-chose. Les statistiques sont froides et cachent certainement des situations différenciées. Il faudrait en savoir plus sur les méthodes de management de France Télécom, ce que l’on ne sait pas vraiment. Sont-elles le fait d’une bande de kapos recrutés chez des sauvages ? Ou le personnel est-il un peu trop cœur tendre pour vivre les contraintes de notre capitalisme débridé ?

05/10/2009

Inglorious Basterds de Tarentino au cinéma ce soir. Un film réjouissant et plein d’imagination. Une critique en règle nazisme sous l’œil rigolard de Tarentino qui en profite pour refaire l’Histoire. Exaltant !

04/10/2009

Exposition Ara Güler à la Maison Européenne de la Photographie: "Lost Istanbul, années 50-60". Photographe turque, Güler a documenté l'Istanbul des années 50/60 en images, noires et blancs, nostalgiques et vivantes. On y décèle l'activité fébrile qui caractérise cette ville tournée vers la mer, on y voit les gens, on découvre les bateaux qui sans arrêt relient l'Asie à l'Europe, on y ressent l'ambiance de l'Istanbul de la fin du XIXème siècle, celle qui était fréquentée par Franz Liszt, Georges Sand et Pierre Loti.

01/10/2009

Archive a démarré sa tournée européenne en Belgique. Maria n’est pas du voyage, elle ne sera pas au Zénith de Paris samedi prochain mais peut-être de retour pour le show de janvier prochain, toujours au Zénith. La set-list de Patras en Grèce :

1) Beautiful musical intro (more than 6 minutes), 2) Controlling Crowds, 3) Bullets, 4) Words On Signs, 5) Danger Visit, 6) Quiet Time, 7) Collapse/Collide (With a film of Maria singing this song), 8) Clones, 9) Bastardised Inc, 10) Kings Of Speed, 11) Lines, 12) Empty Bottle, 13) Funeral.

Rappel : 1) Londinium, 2) Numb, 3) Chaos, 4) Again

BirdPen le groupe de Dave Pen, chanteur d’Archive fait la première partie. Vivement samedi 10, on va se régaler.

30/09/2009

Un cinglé récidiviste enlève et tue une jeune femme joggeuse, après sans doute l’avoir violée. Il avait fait la même chose il y a quinze avec une gamine de 13 ans, mais qu’il n’avait pas tuée. Il était sorti de prison au bout des 2/3 de sa peine comme la Loi l’y autorise.

Le journal télévisé de FR 2 ce soir relate ce triste fait divers. Les journalistes de la rédaction ont réussi à retrouver les parents de la gamine de 13 ans et lui ont posé leurs questions habituelles d’une grande élévation spirituelle du genre : « que ressentez-vous aujourd’hui à l’annonce de ce nouveau crime commis par celui qui a violé votre fille ? ».

On reste bien entendu confondu par la crétinerie insondable de cette démarche journalistique ne respectant rien, ni l’humain ni l’intelligence. Mais je me demande ce qui se serait passé si les journalistes de FR 2 avaient essayé de se comporter comme des Hommes et non comme des hyènes aux babines dégoulinantes ? Est-ce que vraiment leur sacrosainte audience aurait marqué un coup d’arrêt ? Je n’arrive pas à le croire. Qui se serait plaint de ne pas voir les larmes de ces parents touchés au cœur par cet incroyable manque d’éducation de la presse publique ? A mon avis personne, bien au contraire. Alors qui tentera le pari de l’intelligence à FR 2 ?

27/09/2009

Galouzeau la Gargouille ne peut se retenir et gratifie le peuple français dans la salle des pas perdus du Palais de justice d’une de ces grandes envolées lyriques qui ont fait sa gloire, en expliquant qu’il a été traduit en justice « …par la volonté d’un seul homme : Nicolas Sarkozy. »

Il semble qu’il n’y ait pas que Sarkozy qui ait estimé qu’il avait des comptes à rendre, mais également des juges d’instruction et un procureur de la République. Que la justice passe !

26/09/2009

Deux grands bobards d’Etat sont en cours de délayage dans les neurones des électeurs :

  • Le premier sur lequel nous avons déjà lourdement insisté veut qu’il n’y ait pas d’augmentation des impôts à venir. C’est évidemment un engagement irréaliste compte tenu de notre incapacité à dépenser moins que nous gagnons.
  • Le deuxième concerne le statut de La Poste et assène que l’Etat restera actionnaire à 100% de cette institution, même transformée en société par actions. C’est un engagement qui ne trompe plus personne après les transformations de France Telecom, Gaz de France.

26/09/2009

On a vu Strauss-Kahn parader sur les plateaux télévision au sommet du G20. Il a beaucoup grossi.

24/09/2009

La justice américaine découvre que 1 client de Madoff sur 2 n’a pas perdu d’argent. Ben évidemment, c’est bien le principe de cette fraude : ce sont les derniers qui se font avoir, leurs fonds ayant été distribués aux premiers.

C’est comme la crise des subprimes, ce diabolique concept de prêter de l’argent à des acheteurs immobiliers non solvables. Avant que la crise n’éclate, nombre d’entre eux ont fait de substantielles plus-values en revendant leur maison bien plus chère qu’ils ne l’avaient achetée, comme d’ailleurs nombre de propriétaires immobiliers français qui ont estimé durant des années qu’une plus-value annuelle de 15% sur leur patrimoine immobilier était la norme. Le problème c’est pour ceux qui ont acheté un appartement début 2007 et qui veulent le revendre aujourd’hui…

La soupe a été bonne pour tout le monde, sauf quand elle a commencé à refroidir.

23/09/2009

L’affaire Clearstream est pathétique, quelle triste image ainsi donnée du pouvoir français et de ses affidés. Une bande de forbans, dont certains payés (ou qui ont été payés) grassement par la République, sont pris les doigts dans le pot de confiture.

  • Un auditeur externe qui vole des documents informatique dans la société qu’il audite (Clearstream) et qui s’est reclassée depuis dans la gestion de crèches…
  • Un journaliste histoire de racler dans le caniveau
  • Un informaticien, repris de justice, apprenti-sorcier employé, chez EADS, qui consacre son temps à falsifier les documents volés par l’auditeur de Clearstream
  • Un vice-président d’EADS qui au lieu de vendre ses Airbus traîne sous les ors de Matignon avec les listings bidouillés et envoie des courriers anonymes à un juge
  • Un général d’opérette des services secrets qui ne sait même pas formater un disque dur d’ordinateur sans laisser de trace
  • Un ex-premier ministre et un ex-ministre de l’intérieur (recyclé depuis à l’Elysée) qui se comportent comme deux gamins en maternelle 1ère année

et tout ce petit monde s’écharpe consciencieusement en public et devant le tribunal, ment, manipule, cache, accuse, dénie… Ne serait-ce le niveau de responsabilité des impétrants tout ceci serait risible. C’est malheureusement hallucinant de vulgarité, de bassesse et de beaufitude.  Mon Dieu qu’avons-nous fait pour mériter de tels édiles ?

Que la Justice passe.

21/09/2009

Retour sur les bonus : le patron de PHILBRO, filiale de CITIGROUP, Andrew HALL, est en litige avec sa maison mère car l’application de son contrat lui donnerait droit à percevoir un bonus d’environ 100 millions de dollars au titre de l’année 2009. CITIGROUP estime que cela fait un peu beaucoup… Ce n’est pas faux !

15/09/2009

Rigolo : l’administration fiscale française affirme détenir la liste de 3 000 contribuables qui possèderaient 3 Mds d’euros dans des comptes en Suisse, et leur donne jusqu’au 31/12/2009 pour régulariser leurs situations, pour ceux qui seraient dans l’illégalité. Il n’est pas précisé combien sur les 3 000 sont soupçonnés de fraude car après tout il n’est pas interdit de détenir des avoirs en Suisse. Certains pensent qu’il s’agit d’un grand coup de bluff ! Fraudeurs contre bluffeurs, il suffit d’attendre pour savoir qui va demander à voir.

Je ne pense pas que l’administration se soit lancée dans une pareille affaire sans « biscuit ». Chasser le gros fraudeur va remettre du baume au cœur à la France profonde à défaut d’assurer des ressources substantielles. Même si les euros ne coulent pas dans les caisses de l’Etat suite à cette action, au moins le flux d’un peu plus de morale irriguera la morne plaine des perspectives budgétaires nationales. Tirer le petit fraudeur est par contre une tâche hors d’atteinte, même pour une des administrations les plus pléthoriques du monde.

14/09/2009

Hortefeux fait de l’humour sur les origines algériennes d’un militant UMP, en sa présence, qui semble bien le prendre. Une caméra est là qui filme et écoute la scène repassée ensuite en boucle sur internet. Le Brice s’emmêle ensuite les pinceaux pour se rattraper aux branches en expliquant qu’il parlait des auvergnats (il est lui-même originaire de Clermont-Ferrand) et pas des arabes. Le plus médiatico-comique dans cette affaire c’est que plaisanter sur l’Auvergne est politiquement compatible alors que sur la Kabylie c’est définitivement incorrect. Bon, d’ici qu’un collectif auvergnat attaque le ministre pour propos racistes !

13/09/2009

A l’issue d’un dîner en ville où l’on revient sur les rémunérations gigantesques de certains patrons, je lance quelques clics sur internet de retour à la maison.

Le site de Total expose les rémunérations de son Top-2 (avec valorisation des actions et options au cours de l’exercice :

  • Thierry Desmaret, président du conseil d’administration, 2007 => 3 792 905 EUR, 2008 => 2 069 430 EUR
  • Christophe de Margerie de « moustache en balai de chiotte », directeur général, 2007 => 5 473 435 EUR, 2008 => 3 806 395 EUR

A priori 2008 est moins rentable que 2007, il est vrai que les cours du pétrole ont diminué à cause de la crise financière. Il y a sûrement des à cotés divers et variés, mais globalement ces rémunérations sont contenus entre 3 et 5 millions d’euros, ce qui me semble correct pour une entreprise de cette taille.

Par contre chez Goldman Sachs, on boxe dans une autre catégorie !

  • Lloyd C. Blankfein, pédégé, 2007 => 70 324 352 USD, 2008 => 1 113 771 USD
  • Gary D. Cohn, sous-pédégé, 2007 => 72 511 357 USD, 2008 => 3 661 729 USD
  • Jon Winkelried, sous-pédégé, 2007 => 71 477 910 USD, 2008 => 3 380 773 USD
  • David A. Vilniar, directeur financier, 2007 => 58 467 136 USD, 2008 => 1 100 320 USD
La-encore le top-management a joué « petits-bras » pour 2008 mais après tout le monde financier a mis la planète à genoux et taper dans les poches des contribuables mondiaux, donc une petite réduction du train de vie des banquiers-divas ne sera pas non plus un drame. Rassurons-nous, on sait que la soupe est de nouveau fort goûteuse pour 2009 et que Goldman Sachs a déjà provisionné plus de 10 milliards de dollars au premier semestre pour reprendre la route de rémunérations annuelles supérieures à 50 millions de dollars pour les plus gâtés… Rien ne peut justifier à mes yeux qu’une personne qui fait travailler l’argent des autres touche 70 millions de dollars par an ; ni sa compétence, ni les bénéfices dont il est plus ou moins à l’origine, ni quoi que ce soit d’autre. Ma « norme de moralité » de 5 millions d’EUR annuels est ici largement enfoncée.

12/09/2009

Le génocide pratiqué par les khmers rouges au Cambodge vu par une réalisatrice, Roshane Samphân, métisse indienne-khmère qui avait 4 ou 5 ans à l’époque et a été exilée avec sa famille vers la campagne pour y travailler pour l’Ankgar, l’organisation maoïste dirigée par Pol-Pot. 35 ans plus tard elle revient sur place avec sa mère et retrouve le village où elle a exercé ses travaux forcés sous la surveillance sanguinaire des paysans locaux qui représentait le « bon » peuple quand les urbains étaient les « mauvais », corrompus par le capitalisme et l’Occident qui devaient expier leurs fautes dans les champs. Un tiers de la population a été exterminée, entre 2 et 3 millions de morts. Le chef de l’Etat de l’époque était Kieuh Sampan, qui a fait ses études à Paris (à la Sorbonne à la fin des années 50, Sartre rôdait encore au quartier latin) comme beaucoup des chefs khmes rouges. Il est interviewé dans le film, retrouvé au fin fond du pays dans une petite ferme où il élève des canards. Il revient sur ces années de folie et affirme qu’il n’était pas au courant des massacres et que son poste était honorifique. Le président du Cambodge ne se serait pas aperçu du massacre d’un tiers du peuple khmer durant les quatre années de son règne ! Il croyait (et croit encore) que le retour aux champs de toute la population était la bonne solution pour relancer l’économie du pays, et un tremplin pour créer une industrie.

Une séquence intéressante est le retour de Roshane et sa mère dans le village où elles ont été « détenues » et les retrouvailles avec leurs « geôliers », qui continuent à travailler dans leurs mêmes rizières. Ces massacres « civils » (Algérie, Rwanda, Cambodge,…), une fois arrêtés, entraînent souvent le retour des assassins dans leur milieu d’origine et un hallucinant face-à-face avec les survivants. C’est ici le cas, une fois encore.

Les séquences de reconstitution (dernière mode médiatique des émissions historiques) sont inutiles. Avant la sortie du film, Kieuh Sampan sera arrêté pour être traduit le moment venu devant un tribunal mi-local, mi-international, mais qui a bien du mal à prendre son élan. Voir le très intéressant compte-rendu de l’historien Raoul Marc Jennar qui a déposé le 14 septembre 2009 comme expert devant ce simili tribunal international sur http://www.jennar.fr/index.php/aux-sources-du-polpotisme/.

11/09/2009

Le Gabon qui a été géré de façon relativement opaque et autocratique par Omar Bongo 41 ans durant, va maintenant devoir se colleter le fiston : Ali. Il est peu probable qu’il réitère l’exploit de papa qui a tenu presqu’un demi-siècle mais comme tout ceci est indécent, pauvre Gabon !

10/09/2009

Les caciques du PS s’écharpent sur une éventuelle fraude significative lors des dernières élections au poste de chef, qui avaient vu s’affronter l’an passé la harpie et la nunuche. Tout le monde tourne autour du pot mais semble admettre que fraude il y a eu. C’est tout de même étonnant qu’au XXIème siècle, en France, il y ait des citoyens qui bourrent des urnes, et qui plus est, dans des cellules du PS ! On a du mal à y croire.

09/09/2009

On pourrait penser que j’en veux aux médias, mais c’est un véritable feu d’artifice de leur part en ce moment ! Et puis, oui, j’en veux aux médias qui dans leur grande majorité jouent un rôle non négligeable dans l’abêtissement des masses.

La grippe A occupent les grands titres depuis maintenant plusieurs mois. Comme chacun sait la presse est supposée indépendante dans notre pays donc on peut imaginer que les rédactions des jités décident à leur niveau, et sans pression aucune, de passer 15 mn chaque soir à faire pleurer les chaumières sur le H1N1. A chaque fois que l’on ferme une maternelle au fin fond de la Corrèze par souci de non prolifération du virus, les journaux télévisés font l’ouverture sur le sujet à grand renfort d’envoyés spéciaux qui interrogent les parents, le maire et la crémière du village sur ce sujet majeur. Généralement le point suivant est de demander à un ministre ou à un politique si « nous n’en faisons pas un peu trop ». Devoir d’informer et bla-bla-bla.

Mais bougre de butors, qui en fait trop ou pas assez sinon la presse elle-même ? L’Etat se prépare au pire, principe de précaution oblige, et essaye d’être en mesure de soigner le peuple si jamais la situation l’exigeait. Et qui tomberait à bras raccourcis sur le gouvernement s’il se retrouvait impuissant face au virus ? La presse elle-même bien sûr qui ainsi inventé une espèce de mouvement perpétuel : j’agite le bocal des peurs populaires et je harcèle les politiques qui frémissent d’horreur au souvenir des scandales du sang contaminé et autres hormones de croissance. Les ministres interviennent, se contredisent, et la vente des mes journaux est assurées pour plusieurs mois.

Vous verrez le sujet suivant concernera les 95 millions de vaccins commandés par l’Etat. Si on ne les utilise pas le gouvernement sera accusé de gabegie, si on en a besoin et qu’il n’y en a pas assez, les accusations porteront sur l’imprévoyance étatique et s’ils correspondent au besoin, pas un de ces plumitifs de circonstance n’admettra que « finalement on n’en a pas fait trop. » Grandeur et décadence de la démocratie !

08/09/2009

Il semble que les comptes de la sécurité sociale de notre vieux pays soient lourdement déficitaires depuis des années, voire des décennies. Il semble que les multiples plans de redressement élaborés par les gouvernements successifs de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel n’aient été que des cautères sur une jambe de bois et chaque fois la course folle des dépenses a repris sans commune mesure avec l’augmentation des recettes. Tout ceci est pour la bonne cause puisqu’est c’est pour soigner le peuple !

Mais il semble également que la réalité comptable soit aussi incontournable que la croissance des charges. On a beau essayer de passer les comptes sous le tapis de divers artifices budgétaires, quand on dépense plus qu’on ne gagne, l’exercice a ses limites. La presse se croit maligne en annonçant une augmentation probable du forfait hospitalier journalier restant à la charge des patients de 16 à 20 EUR/j, la politicaille s’emmêle les pinceaux devant cette affaire et ladite presse revient à la charge en se réjouissant de voir bafouiller les hommes politiques et les harcèle sur le thème « allez-vous continuer à tondre les pauvres malades »

C’est du niveau école maternelle ! Il n’est quand même pas indécent que les décideurs en charge des finances sociales s’interrogent sur les vois et moyens de redresser celles-ci. Quand Libération ou le Monde ont frôlé le dépôt de bilan, les managements de ces quotidiens ont réfléchi à des plans de restructuration qu’ils ont mis en œuvre pour sauver ces journaux. Il y a eu des réductions drastiques de coûts et des suppressions de postes.

Il est probable que l’augmentation éventuelle du forfait hospitalier n’est qu’un des éléments d’un plan de redressement global de la sécurité sociale mais les médias se focalisent dessus car il est vendeur auprès du bon peuple qui s’en émeut. D’une façon ou d’une autre il va bien falloir trouver un cocktail avec augmentation des recettes et diminution des dépenses sociales. Le vrai sujet est de savoir comment le poids de ces mesures sera réparti entre les contribuables et les consommateurs de services hospitaliers, mais de ceci personne ne parle sur les plateaux télévisés.

Peut-être pouvons nous espérer un jour équilibrer les comptes sociaux français, mais pour arriver à ce que les médias hexagonaux soient un peu plus pédagogues et moins concierges, la route sera certainement encore très longue.

07/09/2009

Charmante comédie autour de Chiara Mastroianni (le portrait de son père), une emmerdeuse patentée, en cours de divorce avec deux enfants, sympathiquement déprimée et agréablement délurée, qui retrouve sa famille dans un petit village breton pour d’énergiques mais affectueuses confrontations avec parents, frères et sœurs. Chacun/chacune se regarde (beaucoup) le nombril et gère son quotidien comme il le peut. Bref, les problèmes des gens qui n’ont pas de problème. Quelques longueurs avec une évocation de folklore breton mais un film doux où les anciens sont encore les plus équilibrés.

06/09/2009

Un soldat français tué en Afghanistan et un deuxième décède à l’hôpital en Allemagne, suite à une attaque à la bombe d’un convoi de l’OTAN. Dans le même temps un bombardement bavure fait 50 ou 80 morts civils, y inclus sans doute quelques talibans, personne ne sait exactement. La disproportion de l’information sur ces morts est frappante et à l’image des contradictions de cette guerre.

05/09/2009

Un Prophète, film terrifiant sur l’univers carcéral ou le cheminement d’un gamin de banlieue d’origine arabe dans le monde interlope de la prison. Malik entre là-dedans à 19 ans, sert puis affronte et finalement vainc un parrain corse qui manage son business depuis sa taule. Il utilise les services sociaux pour se former et mieux développer ainsi ses différents trafics. On y découvre les conflits entre « barbus » et bandes corses, la compromission de certains gardiens, l’état déplorable des locaux, l’engagement ambigu de certains « humanitaires », etc. Le film est sans espoir sur la rééducation carcérale, hélas. Même si le spectateur n’a pas forcément dans son entourage proche des repris de justice ou des parrains corse, il imagine que ces personnages sont interprétés avec une stupéfiante vérité, une vérité qui n’est pas bien belle à voir.

28/08/2009

Taxe carbone : c’est un nouvel impôt, c’est incontestable. Le discours officiel est que la pression fiscale globale restera constante. Il va donc falloir diminuer d’autres impôts et la commencent les soucis. Non seulement la France est peu habituée au concept de baisse d’impôts, mais tous les lobbys de l’hexagone fourbissent déjà leurs armes pour expliquer que la taxe carbone ne peut pas s’appliquer pour les agriculteurs, ni pour les routiers, ni pour les grosses entreprises polluantes, ni pour un tel, ni pour un autre, par contre tout le monde sera volontaire pour la baisse à venir. Bref, un cauchemar technocratique et un psychodrame politique en prévision.

De toute façon, la hausse du pétrole a repris, le brut est aux alentours de 68 USD aujourd’hui et il est plus que probable que la grimpette va se poursuivre, crise ou pas. La taxe carbone sera d’impact négligeable et le consommateur (ménages et entreprises) poussés vers les énergies plus économiques, dont certaines préservent également l’avenir de la planète qui nous abrite.

27/08/2009

Rigolo : la commission européenne somme la France, au nom de l’égalité hommes-femmes, de supprimer les avantages en termes de retraite dont bénéficient les femmes qui ont élevé des enfants. Les corporatismes divers sont pris à leur propre piège et les scientifiques et sociologues ajoutent leur grain de sel en demandant quelle est la définition légale ou biologique d’une mère ou d’un père à l’heure des mères porteuses et des familles recomposées… Voilà un vrai sujet de société, intéressant et sans gravité extrême, ce autorisera peut-être un débat serein.

26/08/2009

Retour sur le discours d’Obama au Ghana le 11 juillet 2009 qui est marquant. Son statut afro-américain et son charisme lui ont permis les mots que beaucoup de monde pense mais que rares sont ceux qui se risquent à les prononcer de peur de les prendre en boomerang-retour. Obama rend hommage à la vigueur du Ghana, sa route vers la démocratie et la réussite économique tout en rappelant que l’Occident n’est plus responsable de tous les malheurs du continent et que l’Afrique doit s’atteler à la résolution des maux qui la pénalisent. Pour ce faire elle aura l’aide des Etats-Unis. Il a fait un triomphe !

Le plus cocasse c’est que le fameux discours de Sarkozy à Dakar en 2007 ne disait pas des choses fondamentalement différentes. Elles étaient exprimées de façon sensiblement plus maladroite : beaucoup trop de « je » (c’est l’égocentrisme, péché-mignon propre à Sarko), un ton professoral et moralisateur, et beaucoup trop de temps passé à l’autojustification de la colonisation tout en admettant ses excès. Le fonds y était mais la forme a fait défaut. Il y a des choses que l’ancienne puissance coloniale ne peut pas dire, Sarkosy en a fait l’expérience.

25/08/2009

Une histoire de gangsters à la manque dans Staten Island. Leur patron italien a la folie des grandeurs mais aime trop sa maman. La réalisation de James de Monaco est intéressante avec 4 ou 5 chapitres qui se chevauchent dans le temps où l’on revoit les même scènes mais vues par différents personnages.

24/08/2009

Un beau film d’Almodovar : drame d’amour et de jalousie dans l’industrie… du cinéma. Des couleurs sublimes, de l’émotion et de l’imagination.

24/08/2009

J’ai testé le T-shirt AC/DC sur les plages du Trégor déclenchant un intérêt certain des rares touristes en goguette. Le breton, il est vrai, est rocker !

21/08/2009

Les « niches fiscales » de l’impôt sur les revenus sont la nouvelle cible de la démagogie médiatico-parlementaire. Le même Parlement a en son temps voté des avantages fiscaux pour favoriser certains secteurs économiques ou certaines corporations. Les chiffres avancés parlent d’une centaine de milliards de recettes fiscales « abandonnées ». Des mesures de défiscalisation pour les investissements dans les départements et territoires d’outre-mer, pour relancer la construction immobilière locative et pour bien d’autres sujets.

A l’origine, ces avantages fiscaux sont destinés à promouvoir les investissements dans les secteurs concernés et non d’abord à favoriser des copains et des coquins. En gros un avantage fiscal est censé générer du développement économique (« de la création de valeur »), c’est le rendement de l’investissement fiscal. Les députés seraient bien avisés d’analyser d’abord le rendement de ces mesures fiscales avant de tailler dans le vif. Supprimer les mesures de défiscalisation pour investissements dans les DOM-TOM va-t-il faire baisser le niveau des investissements dans ces zones ? Si non cela veut dire que la mesure était inutile et doit donc être supprimée. Si oui, est-ce un problème ? Si oui encore, comment gère-t-on le problème ? Etc. Voici quelques questions préalables auxquelles nos élus pourraient peut-être réfléchir, bref, faire un peu d’évaluation rétrospective de leurs décisions ou celles de leurs prédécesseurs. Accessoirement ils pourraient étendre le champ de leurs investigations aux autres exonérations délivrées : charges sociales, TVA, pour les jeunes, les vieux, les chômeurs, les zones défavorisées, etc. Sont-elles efficaces ? Si oui, comment gère-t-on leur suppression ou comment finance-t-on leur maintien ?

Bien sûr la presse devrait aussi poser ces questions, ce qui pousserait les élus à se les approprier, mais il est probablement illusoire d’attendre trop de réflexion de ce coté. Hélas !

20/08/2009

Dénouement de l’affaire Porshe / VolksWagen (VW), ou comment le capitalisme allemand se déchire et l’arroseur se retrouve arrosé. Les deux groupes dirigés par deux familles aux intérêts entrecroisés (c’est le fils de Ferdinand Porsche, le créateur de la première Volkswagen, qui a fondé Porsche) vont finalement fusionner mais c’est clairement VW qui absorbe Porsche et non l’inverse comme l’histoire avait commencé.

Cette affaire avait déjà entraîné indirectement le chute de l’empire Merckle : Adolph Merckle a la tête d’un groupe industriel d’importance (pharmacie et construction), une espèce de Bouygues rhénan, dans le top 10 des plus grosses fortunes allemandes, au lieu de mener tranquillement son business, avait spéculé très lourdement sur la baisse du titre VW fin 2008 au moment où la rumeur de la montée de Porsche dans le capital de VW avait fait exploser le cours en bourse. Du coup, le groupe est ruiné (on parle de 800 MEUR de pertes à couvrir), les banques démantèlent l’empire à vendre par appartements, et Adolphe se suicide en se jetant sous un train le 7 janvier 2009, à 74 ans. Triste fin.

Pendant ce temps, Porsche qui veut devenir majoritaire au capital de VW s’endette à coups de milliards d’euros pour acheter des actions, la conjoncture se retourne, le constructeur le plus rentable du monde affronte la mévente et ne peut plus supporter son endettement, sans parler des batailles d’égos surdimensionnés qui agitent les conseils d’administration des deux groupes, et qui influent considérablement les décisions et stratégies. Fin de l’histoire, Porsche doit avaler son chapeau et pour respecter ses engagements (en clair, payer ses dettes) accepter l’arrivée d’un fonds souverain du Quatar et devenir la 10ème marque du groupe VolksWagen… Les égos surdimensionnés ont du mal à digérer le chapeau.

19/08/2009

Le dernier rapport de Cuomo, ministre de la Justice de l’Etat de New-York est titré : « No rhyme or reason: the ‘Heads I win Tails you lose’ Bank Bonus Culture » (Sans rime ni raison : ‘pile je gagne, face tu perds’ la culture bancaire du bonus). Dans ce rapport sorti en juillet 2009, Cuomo passe en revue les bonus distribués en 2008 par les banques américaines ayant été sauvées de la faillite par le contribuable américain. Le thème principal est de démontrer par les chiffres que les rémunérations du secteur financier sont déliées (unmoored) des résultats de ces institutions : « Quand les banques vont bien les employés sont bien payés. Quand les banques vont moins bien les employés sont bien payés. Et quand les banques vont très mal, elles sont sauvées par les contribuables et leurs employés sont toujours bien payés. Les bonus et divers compensations ne varient pas significativement lorsque les profits diminuent. »

Suit une analyse des chiffres publiées par les neuf banques ayant bénéficié de fonds publics en 2008 (Troubled Asset Relief Programm - TARP) avec comparaison des bonus distribués en comparaison des résultats affichés et des fonds de sauvetage reçus. Intéressant !

Intéressant également le fait de savoir que Andrew M. Cuomo (Attorney general de l’Etat de New-York) depuis 2007 était auparavant chef de la Housing and Urban Development (HUD) assurant la tutelle de Freddy Mac et Fanny May les deux institutions de refinancement des crédits hypothécaires qui ont du être nationalisées en 2008 par l’Etat américain pour éviter leur faillite qui aurait eu un effet systémique dévastateur. Ces deux banques ont eu une responsabilité non négligeable dans l’aveuglement général sur le marché des crédits subprime ayant mené à la crise financière mondiale actuelle. Leurs dirigeants de l’époque ont eu des comptes à rendre à la justice américaine pour pratiques comptables douteuses, sans parler de bonus gigantesques dont ils ont eu à reverser une partie.

18/08/2009

Il semble que les analystes économiques mondains aient été éberlués par la croissance française et européenne du 2ème trimestre. Il semble donc que leurs prévisions étaient fausses, ce n’est pas la première fois, c’est la vie. Souvenons-nous-en lors de leurs prochaines prestations sur les plateaux télé au lieu de tirer des plans sur la comète sur leurs élucubrations, à prendre avec bien plus de réserves que ne le font habituellement médias et monde politique.

Il me semble que personne ne mesure bien encore le nombre et l’ampleur des bombes à retardement qui restent cachées dans les bilans des banques et qui vont se révéler avec le temps. Les banquiers eux-mêmes ont fait preuve de sérieuses limites dans leur capacité à évaluer les risques pris par leurs équipes ces dernières années, c’est le moins que l’on puisse dire. Comme grosso-modo ce sont les mêmes qui restent en place, on peut se méfier de leur optimisme affiché aujourd’hui.

17/08/2009

Chirac est logé depuis son départ de l’Elysée dans l’appartement mis à sa disposition par la famille libanaise Hariri. Il passe ses vacances dans la villa de Pinault à Saint-Tropez. J’admets qu’il mérite d’on le laisse tranquille d’autant plus qu’il fait preuve d’une opportune réserve en évitant de se mêler de la vie politique française comme n’arrivent pas à s’empêcher de faire les vieux grognards de sa génération. Mais je trouve légèrement indécent qu’un ancien président de la République squatte ainsi chez des affairistes, même respectables. Tout ceci n’a guère d’importance mais manque un peu d’élégance.

16/08/2009

Baudoin Prot, chef de BNP Paribas explique à Jacques Attali dans son estimation estivale sur France Culture Le Sens des Choses que le responsable de tout ce désastre financier international c’est évidemment le chef de la banque centrale américaine qui a inondé la planète de liquidités et rendu possible le mauvais crédit distribué par les banques commerciales. Bon, d’accord, la BNP a plutôt moins plongé que la moyenne dans la soupe du subprime mais il est un peu facile de rejeter la responsabilité du désastre sur la puissance publique maîtresse de la planche à billets.

15/08/2009

On découvre Sarko qui pédale sur les routes du Var avec un T-shirt en V qui laisse apparaître une grosse chaîne-collier du style Puff Dady à Las-Vegas. Carla a encore un peu de boulot…

12/08/2009

Obama revient sur un vieux projet américain de mise en place d’une assurance médicale pour ceux qui n’en bénéficient pas aux Etats-Unis, ce qui fait quand même 40 à 50 millions de citoyens. Cela déclenche une véritable levée de bouclier, on le traite de communiste ou de fasciste, c’est selon, en l’accusant de vouloir dilapider l’argent public. Un projet identique avait échoué sous la présidence Clinton, pour des raisons similaires.

L’Amérique répugne depuis toujours à un système public de santé élargie au-delà de Medicare et Medicaid pour les vieux et les femmes. C’est le capitalisme dans son expression la plus extrême : soit tu as les moyens de te soigner toi-même, soit tu crèves. C’est étonnant cette répulsion à inclure dans la sphère publique la santé des concitoyens. Les américains n’ont pas de difficultés majeures à concevoir que l’armée, la sécurité, les pompiers, et bien d’autres services soient financés par la communauté des contribuables, par contre l’idée que des malades, et en plus pauvres, soient soignés aux frais de la communauté, les révulse. Il existe une espèce de blocage psychologique qu’Obama va avoir du mal à contourner.

10/08/2009

Le Canard Enchaîné du 11/08/2009

Une gamine française de 24 ans, Clotilde Reiss, accuséed’espionnage est mise en scène dans un procès à grand spectacle en Iran pour avoir participé aux manifestations post-élection présidentielles. On espère que les agents des services secrets français sont plus féroces que cette Mata-Hari à peine sortie de l’adolescence. On ne peut évidemment rien exclure ni que cette jeune femme soit une espionne de haut vol, mais le plus probable est qu’elle soit ce qu’elle dit : une passionnée de la civilisation perse venue enseigner en Iran pour s’imprégner de cette culture millénaire qui l’intéresse depuis toujours.

Le pouvoir conservateur local organise des aveux collectifs avec auto-flagellation, télévisions et diffusion internationale. Le pouvoir iranien est malin, très malin et imbattable pour mettre l’Occident face à ses faiblesses. On se souvient de l’affaire Walid Gordji…, peut-être pas alors la-voici résumée.

En 1974 la France de Giscard dit d’Estaing (président)/ Chirac (premier ministre) signe des accords de coopération nucléaire avec le Shah d’Iran, qui prévoient notamment des transferts de technologie, la construction de réacteurs et le cofinancement par ce pays du consortium Eurodif à hauteur de 1 MdUSD. Arrivée au pouvoir en 1979 la théocratie iranienne dénonce les accords et réclame le remboursement du prêt. De 1980 à 1988 la France soutient lourdement l’Irak dans la guerre qui l’oppose à Téhéran. Des navires français sont attaqués dans le golf persique.

Anis Nacache, chiite d’origine libanaise tente d’assassiner à Neuilly en 1980 avec des complices iraniens et palestiniens de Chapour Bakhtiar, organisateur de la répression des derniers mois de la monarchie en Iran. Cette tentative infructueuse avait quand même fait deux morts dont un policier, plus quelques blessés. Les coupables sont arrêtés et condamnés à des peines entre perpétuité et 20 ans.

En 1985/86, vague d’attentats à la bombe dans Paris et en province, une douzaine de morts et de nombreux blessés, prise d’otages français au Liban (2 journalistes et 2 diplomates). Paris voit la main de Téhéran dans toutes ces actions et négocie plus ou moins officiellement avec ce pays pour traiter le problème « politique ». Un accord est trouvé pour rembourser le prêt et au passage évacuer des opposants iraniens du sol français. On dit qu’une clause secrète prévoyait également la fourniture par Paris de combustible nucléaire pour les futures centrales nucléaires iraniennes. On ne sait si cette clause a véritablement existé ni si, le cas échéant, elle a été appliquée.

Dans le même temps la justice française instruit le dossier des attentats de 1986 et veut entendre Walid Gordji, officiellement interprète de l’ambassade d’Iran, soupçonné d’avoir trempé dans les attentats de Paris. Il est réfugié dans son ambassade d’Iran à Paris dont le blocus est mis en place par la police. Rétorsion immédiate des autorités iraniennes qui bloquent l’ambassade de France et accuse le consul Paul Torri d’espionnage, de soutien à la contre-révolution, de participation à des trafics divers de stupéfiants, œuvres d’art, etc. Il se réfugie dans l’ambassade de France dans un surréaliste parallélisme des formes. La France rompt ses relations diplomatiques avec l’Iran, qui seront rétablies un an plus tard. Les négociations se poursuivent et aboutissent en novembre 1986 à l’expulsion de Gordji vers Téhéran après un passage éclair au Palais de justice pour la forme. Torri lui rentre à Paris.

Au même moment les derniers otages du Liban sont libérés. Ils faisaient sans doute partie de la négociation avec l’Iran. On dit que Chirac aurait demandé à Téhéran de faire retarder leur libération après les législatives de 1986 pour ne pas avantager la gauche alors au pouvoir à Paris.

En 1990 Anis Nacache est gracié par les autorités françaises avec ses comparses, après 10 de réclusion criminelle suite à la tentative d’assassinat de Chapour Bakhtiar, organisateur de la répression des derniers mois de la monarchie en Iran. Cette action infructueuse à Neuilly en 1980 avait quand même fait deux morts dont un policier, plus quelques blessés.

Voila pour quelques années de piètre politique, coups bas, affairisme entre deux pays qui ont décidemment du mal à se comprendre. Et encore n’est-pas remonté aux temps de Mossadegh ou de Neaufle-le-Château… Vingt ans plus tard, on remet ça sur fond d’embargo, d’industrie nucléaire (toujours…), de re-battage des cartes au Moyen-Orient, d’élection présidentielle contestée en Iran. Alors tout ceci est bien compliqué pour Clotilde qui paraît légèrement dépassée par les évènements et qui doit de demander ce qu’elle fait dans ce panier de serpents. Le mieux aurait sans doute été de rester chez elle durant les manifestations iraniennes.

09/08/2009

Les indépendantistes corses tiennent leur université d’été et déclarent leur solidarité avec les « les nations sans Etat » comme la Bretagne, la Kabylie et autre Kanaky. Ils proposent d’instaurer une citoyenneté corse qui serait acquise après 10 années de séjour sur place et donnerait accès prioritaire aux emplois.

07/08/2009

Le cancer continue de ronger les rockers. Willy DeVille est parti ce soir d’un cancer du pancréas. M… encore un de moins, et DeVille c’était du solide. Depuis des années il passait par Paris régulièrement pour nous bercer de son blues-rock de légende et nous parler d'Edith Piaf. Nous allons avoir du mal à oublier cette bonne habitude. Encore un jour triste !

02/08/2009

Michel Serres ce matin sur France Culture expose ses analyses sur la guerre comme fait social de l’Humanité avec la hauteur de vue et le sens de la pédagogie qu’on lui connaît, quand le présentateur l’arrête en plein élan pour une page de musique. Avec le sourie il demande : « Est-ce que lorsque vous recevez un chanteur vous l’interrompez pour lui passer du Michel Serres ? » Comme quoi on peut-être un immense philosophe et garder le sens de l’humour ! C’est l’été, alors même France Culture se croit obligée de faire un peu populaire.

31/07/2009

Le cours de NATIXIS flambe en bourse alors qu’il s’agit de la banque la plus touchée par la crise financière, et qu’elle aurait sans doute déjà déposé son bilan si le contribuable français n’avait mis la main à la poche. Il est vrai qu’il y a de quoi remonter la pente : introduit en bourse à 19,55 EUR en décembre 2006 le cours est se balade depuis plusieurs mois autour de 1,50 EUR (à l’époque de sa mise sur le marché, nombre d’analystes mondains pariaient bien entendu sur des perspectives de croissance himalayennes..., j’en avais d’ailleurs acheté)

Pour quoi cette embellie soudaine ? Dans sa grande et moutonnière clairvoyance, le marché parie sur la mise en place d’une structure défaisance qui mettrait à la charge du contribuable la cession des actifs pourris de la banque, générés par quelques années de gestion hasardeuse de ses risques. En gros, c’est : « Réjouissez-vous bonnes gens, on a réussi à refourguer nos pertes abyssales à ces pigeons de contribuables qui vont payer pour nos errements, il ne nous reste que le gras à nous départager. »

29/07/2009

Il y aurait 367 femmes en France portant la burqua ! Pas 370, non 367 exactement. C’est étonnant ce chiffre. Etrange précision pour un pays de 60 millions d’habitants. Soit les renseignements généraux ont déployé une armée de sondeurs dans tous les quartiers de l’hexagone pour recenser les coupables, soit ils ont déjà toutes les informations nécessaires sur les 60 millions de fiches qu’ils possèdent sur les citoyens, soit il n’y a pas beaucoup de statisticiens dans la police française.

28/07/2009

Expo Planète Parr au Musée du jeu de paume. La nocturne de ce mardi soir est manifestement l’endroit où il faut être : file d’attente branchouille dans le jardin des tuileries, Iphones clignotant et godasses à bout pointus recouvertes de poussière. Photographe britannique né en 1952, Parr expose sa collection de photos personnelles prises par d’autres, un bric-à-brac d’objet accumulés tous plus kitchs les uns que les autres et présente Luxury, une intéressante vision des riches de notre siècle : des britanniques aux courses en chapeaux  melons, des russes chargés de diamants et de cigares dans des expositions de bijoux, des émiratis dans des clubs huppés sur la Golf persique, des allemands à la fête de la bière, bref des riches sous toutes les coutures, débordants d’opulence et d’absence de complexe. C’est de la photo sociale au même titre que celles des corons présentés quelques pièces auparavant.

28/07/2009

Christian Lacroix où l’histoire d’un couturier qui a voulu jouer au capitaliste et s’est brûlé les ailes. Fondé avec LVMH en 1987, son business n’a jamais été rentable et LVMH en désespoir de cause a refourgué la maison Lacroix à une boîte américaine de duty-free, avec ledit Lacroix comme créateur salarié. Celui-ci se plaint de n’avoir jamais été écouté par ses actionnaires, les frères Falic (un nom qu’il faut réussir à porter en France). Toujours est-il qu’en 2008 le chiffre d’affaires a été de 30 millions d’EUR et la perte de 10 d’où le redressement judiciaire en cours !

Le milieu artistico-mondain parisien s’émeut de cette fin annoncée d’un pan du patrimoine national. Faudrait tout de même pas exagérer, heureusement que l’Italie n’en a pas dit autant quand Pinault a racheté Gucci ! Le Chricri, il est gentil ce garçon, mais c’est tout de même lui qui a vendu son nom à LVMH en 1987 comme un banquier américain qui fourgue du subprime à un hedgefund ! Personne ne l’y a forcé. Il aurait sans doute valu mieux choisir les acheteurs ou ne pas faire la transaction.

Soyons positif, arrêtons de faire pleurer dans les chaumières, il faut que Chricri rachète son nom et s’associe avec des gens sérieux, gestionnaires compétents, qui surtout ne lui laisseront aucune responsabilité managériale mais l’occuperont à 100% avec ses frou-frou colorés dans le cadre d’un business-plan avisé et contraignant.

27/07/2009

Sarkozy a fait un malaise hier et passé la nuit à l’hôpital. Cela n’a pas l’air d’être bien grave, il est sorti du Val de Grâce ce matin, mais en fait personne n’est bien sûr de connaître la vérité. La Nation s’est fait enfumée pendant quinze ans avec le cancer de Mitterrand, alors pourquoi pas un nouveau mensonge d’Etat avec Sarko, il en est capable. Après tout il continue d’affirmer que les impôts n’augmenteront pas, alors pourquoi ne pas nous faire prendre des vessies pour des lanternes et un cancer du foie pour un malaise vagal ?

Le plus croquignolet dans l’histoire est de voir la presse s’agiter à tout va car elle ne sait rien et a du mal à l’admettre. Malgré tous ses reporters en planque à l’Elysée ou à Versailles, ses interviews de médecins non informés, les analyses de ses sondeurs mondains, personne de sait plus que ce qui figure sans les communiqués officiels, et cela énerve. Pour un journaliste dire : « nous ne savons rien, passons donc au sujet suivant » est aussi difficile à imaginer que Fabius votant pour un traité européen ou Frédéric Lefèbre le porte-parole de l’UMP aux-cheveux-longs-et-gras se faisant une coupe au bol. C’est tout simplement impossible ! Par contre la capacité à occuper l’antenne pour ne rien dire sinon répéter que l’on ne sait rien relève d’un exploit hors du commun.

26/07/2009

Frédéric Lefèbre, le porte-parole de l’UMP aux-cheveux-longs-et-gras, l’homme qui soutient la liberté d’expression du rappeur Oreslan et qui veut promouvoir le travail à domicile pour les salariés en arrêt de maladie, va perdre son mandat de député car l’ex-sous-ministre Santini, dont il était le suppléant, a été viré du dernier gouvernement et va récupérer sa place au Parlement.

25/07/2009

Intéressant Rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques de la Cour des comptes sorti en juin 2009 ; le bilan est plutôt déprimant mais ce n’est pas une surprise. Il s’agit de l’incapacité structurelle (culturelle) de la France à se rapprocher d’un équilibre budgétaire même en période de croissance, quand ses concurrents européens y réussirent plutôt mieux (le dernier budget équilibré remonte en France à 1974). Le résultat est un endettement supérieur à la moyenne et une situation financière plus dégradée fin 2008 pour affronter la tempête financière. Petite illustration : en France le paiement des intérêts de la dette en 2008 est intégralement assuré par un endettement supplémentaire, c’est dire que les recettes ordinaires ne suffisent même pas à payer les intérêts de la dette.

Le déficit 2008 serait surtout dû aux mesures d’allègements fiscaux et non encore à la récession économique, mais l’impact de la crise va être massif sur les comptes 2009 et suivants. La fuite en avant du financement des dépenses sociales est soulignée : l’Etat finance ces déficits en s’endettant faisant ainsi porter sur les générations futures le financement d’une partie des prestations d’aujourd’hui. Ce financement par la dette doit être remplacé par une augmentation des cotisations qui est de toute façon incontournables du fait du vieillissement de la population.

Les prévisions de déficit public pour 2009 sont… abyssales (-5,4%) et devraient rester très dégradées jusqu’en 2012. Le rapport évoque la possibilité d’un emballement de la dette : « Une dérive incontrôlée de l’endettement aboutira inévitablement à un appauvrissement des français et, pour ce qui concerne la dette sociale, pourrait remettre en cause la pérennité des régimes sociaux. Il faut donc arrêter au plus vite cet engrenage. »

L’ajustement est jugé inévitable dès qu’une amorce de reprise sera annoncée. Il sera le fait d’une baisse des dépenses, d’une augmentation des recettes (donc des prélèvements obligatoires) et d’une remise en cause des interventions de l’Etat de leur efficacité.

Toutes ces analyses sont frappées au coin du bon sens et sont partagées par tout un chacun dans la gestion quotidienne du budget de son ménage. Il n’y a rien de bien sorcier à comprendre. Il ne reste plus qu’à faire.

24/07/2009

Forte activité épistolaire au Parti Socialiste (PS) ces derniers jours. Titine adresse le 7 juillet une supplication aux partis de gauche pour fonder « une maison commune », elle se fait envoyer paître, personne n’ayant envie de s’afficher aux cotés du PS pour le premier tout des prochaines élections régionales, il sera toujours temps de le faire au second si les circonstances l’imposent. C’est ce qu’on appelle de la realpolitik.

Toujours très en verve, Titine écrit le 13 juillet à Manuel Walls pour le rappeler à l’ordre en le sommant d’arrêter de critiquer le parti ou alors de le quitter. Ledit Manuel, déjà candidat à la candidature socialiste aux élections présidentielles de 2012, star des plateaux de télé et de radio, lui répond aussitôt qu’il restera au PS et continuera à y foutre le boxon. Na ! Bien entendu, aussitôt signées les lettres sont publiées dans la presse et le microcosme mondain en fait ses gorges chaudes dans les salons médiateux de la capitale.

Pauvre Titine, elle essaye avec foi et bonne volonté de remettre de l’ordre dans les écuries d’Augias de la gauche française, et plus particulièrement le box peu ragoutant du PS, et elle se fait publiquement envoyer valdinguer par les petits roitelets qui peuplent son entourage, comme les vieux monarques défraîchis d’ailleurs, le must ayant été le Fafa qui a soutenu le non au référendum sur la constitution européenne alors que le PS s’était prononcé pour le oui. Il est vrai que ceci se passerait dans une entreprise tous ces récalcitrants se seraient fait virer avec pertes et fracas depuis bien longtemps, mais nous sommes en politique alors ces marquis de circonstance se sentent portés par l’onction du suffrage de leurs électeurs et par la publicité faites par les médias, les ailes leur poussent, la perte d’autorité de leurs dirigeants et leurs egos très fortement dimensionnés les font se voir appelés aux plus hautes fonctions afin de sauver la Nation et le PS au passage. Pauvre gauche !

23/07/2009

La bourse de Paris qui a été absorbée par la bourse de New-York après avoir fusionné avec quelques autres bourses européenne il y a déjà quelques temps, voit une partie de ses activités informatiques déplacées à Londres. Les autorités françaises s’en émeuvent. C’est drôle parce que c’est l’histoire de l’arroseur arrosé, une nouvelle fois. On a mis les sociétés de bourse… en bourse. Elles se sont donc comportées comme des entreprises « normales » et se sont entre-dévorées les unes les autres pour être toujours plus grosses et mieux cotées… en bourse. La Compagnie des agents de change est devenue la Société des bourses françaises, qui est devenue EURONEXT après avoir fusionné avec quelques unes de ses congénères, puis NYSE-EURONEXT (pour New-York stock exchange-EURONEXT) après avoir été avalée par la bourse de New-York.

Aujourd’hui NYSE-EURONEXT déménage son siège informatique européen de Paris à Londres, demain ce sera autre chose et ainsi va la vie, à la recherche de toujours plus de synergies pour « créer de la valeur » pour l’actionnaire, mais bien entendu « en respectant les cultures et les valeurs de chacun, et bla-bla-bla ». Tu parles Charles !

Soit les autorités françaises considèrent que le maintien d’une bourse de valeurs opérationnelle sur le territoire français est stratégique et alors il ne fallait pas privatiser cet outil (mais c’est un peu tard pour s’en apercevoir), soit on retient l’inverse et on vend l’activité de services boursiers au capitalisme. C’est l’option qui a été choisie et alors il ne faut pas s’étonner de ce qui se passe aujourd’hui.

22/07/2009

Le Sénat lève partiellement l’immunité parlementaire de Gaston Flosse, parrain de la Polynésie française depuis des décennies, afin qu’il puisse être interrogé dans une affaire de corruption. Quand on connaît les réflexes corporatistes de cette bonne assemblée du Palais du Luxembourg, on peut mesurer l’ampleur des soupçons qui pèsent sur Flosse pour que même ses collègues lève son immunité.

20/07/2009

Deux officiers français en mission d’on ne sait trop quoi se font enlever en Somalie par des hordes locales. Quels que soient les contours (plutôt flous) de leur mission, il faut quand même avoir du cran pour aller marauder dans ce pays alors que l’armée française y à tué plusieurs pirates dans des opérations médiatisées de récupération de navires et la justice française détient certains autres dans ses geôles à Paris, et que l’on connait la frénésie de vengeance qui anime ces pirates !

16/07/2009 Animal Collective à la Cigale, musique électronique, jeunes encapuchonnés et platines stressantes.

14/07/2009

Emotion intello-mondaine, le charmant et très romantique rappeur Orelsan est interdit de séjour au festival Les Franco-folies. Il semble que certaines de ses paroles, toutes en subtilité et délicatesse, choquent. Qu’on en juge avec deux morceaux choisis :

Sale Pute

Attends bouges pas j'ai un mail d'Orel j'te rappelle
Ce soir j'suis rentré du taff plus tôt que d'habitude
Je suis passé chez toi pour te faire une surprise
Quand j'suis arrivé t'étais dans ton hall avec l'autre type qui est en cours
avec toi
Et je vous ai vu...
Je vous ai vu vous jeter sur l'autre, il passait les mains sous ton pull
pendant que tu l'embrassais
Putain j'avais envie de vous tuer j'étais choqué j'croyais que tu étais
différente des autres pétasses
J'te déteste j'te hais

J'déteste les petites putes genre Paris Hilton les meufs qui sucent des queues
de la taille de celle de ''Lexington''
T'es juste bonne à te faire péter le rectum même si tu disais des trucs
intelligents t'aurais l'air conne
J'te déteste j'veux que tu crèves lentement j'veux que tu tombes enceinte et
que tu perdes l'enfant
Les histoires d'amour ça commence bien ça fini mal
Avant je t'aimais maintenant j'rêve de voir imprimer de mes empreintes
digitales
Tu es juste une putain d'avaleuse de sabre, une sale catin
Un sale tapin tout ces mots doux c'était que du baratin
On s'tenait par la main on s'enlaçait on s'embrassait
On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée
On verra comment tu suces quand j'te déboiterai la mâchoire
T'es juste une truie tu mérites ta place à l'abattoir
T'es juste un démon déguisé en femme j'veux te voir briser en larme
J'veux te voir rendre l'âme j'veux te voir retourner brûler dans les flammes

Refrain x2

Poupée je t'aimais mais tu m'as trompé
Tu m'as trompé tu l'as pompé, tu es juste une sale pute
Une sale pute une sale pute une sale pute une sale pute

J'déteste les sales trainées comme Marjolaine
Les petites chiennes les chichiteuses les filles à problèmes
J'rêve de la pénétrer pour lui déchirer l'abdomen
Je t'emmènerai à l'hôtel je te ferai tourner dans ma villa romaine
Tu suces pour du liquide tu te casses à marrée basse
Pétasse tu mériterais seulement d'attraper le DAS

Le seul liquide que je t'ai donné c'est mon sperme
Si j'te casse un bras, considères qu'on s'est quitté en bons termes
J't'aime j'ai la haine j'te souhaite tout les malheurs du monde
J'veux que tu sentes la chaleur d'une bombe j'veux plus jamais que tu me
trompes
J'étais trop fidèle (sale pute)
J'ai les nerfs en pelote (sale pute)
J'vais te mettre en cloque (sale pute)
Et t'avorter à l'Opinel

"Oh mais c est de ta faute t'étais jamais là pour moi"

Oh je m'en bas les couilles c'était de la faute à qui
J'te collerai contre un radiateur en te chantant 'Tostaky'
J'veux que tu pleures tous les soirs quand tu tu t' endors
Parce que t'es du même acabit que la pute qu'à ouvert la boite de pandore

Refrain x2

J ai la haine j'rêve de te voir souffrir
J ai la haine j'rêve de te voir souffrir baby
J ai la haine j'rêve de te voir souffrir
J ai la haine j'rêve de te voir souffrir baby

Saint Valentin

Yeah

J'laisse la lumière allumée et j'garde mes chaussettes
J'vais la limer jusqu'à c'qu'elle soit couchée et qu'elle voit des clochettes
J'adore les p'tites coquines avec des couettes et des faussettes
J'te rends misérable ... tes copines vont t'appeler Cosette
J'ai des positions inconnues pour que tu goûtes au vrai bonheur
Parce que j'me branle sur Canal+ et j'ai jamais eu l'décodeur
Et le lendemain matin, elles en redemandent, 'se mettent à trépigner
(Mais ferme ta gueule) ou tu vas t'faire marie-trintigner
J'te l'dis gentiment, j'suis pas là pour faire de sentiments
J'suis là pour te mettre 21 centimètres
Tu seras ma petite chienne et je serai ton gentil maître
J'ai une main sur la chatte, une main sur un sein et j'deviens ambidextre
En vitesse, en finesse, j't'offre une pilule anti-stress
Excuse-moi miss, laisse-moi dégrader tes p'tites fesses
On fait notre business en toute discrétion, j'en parlerais pas
J'te jure qu'on t'verra pas à la caméra...
J'te ferai le coup de la panne et j't'emmènerai dans les bois
Avant l'amour j'serai romantique et j'te mettrai des doigts
J'bois, baise, jusqu'à c'que t'en sois mal en point
Je t'aime, suce ma bite pour la Saint-Valentin

J'aime pas trop les 14 février
Tout l'temps seul à force de m'faire griller
J'te tèje la veille et j'te r'baise le lendemain
Suce ma bite pour la Saint-Valentin

Appelle-moi Démonte-Pneus, Monsieur Le Déménageur
J'crache dans ta femme enceinte et j'te fais un bébé nageur
Mets-toi sur Messenger, j't'envoie ma bite en émoticône
J'aime ta beauté intérieure quand tu remues tes seins en silicone
Jeune homme en chien recherche le boule d'une meuf mortelle
Si j'oublie ton prénom, j'oublierai pas ton numéro de phone-tél
Toujours du crédit sur mon forfait tass-pé, ma belle
Mets-toi à genoux et t'auras mon portrait craché
Si t'es gourmande, j'te fais la rondelle à la margarine
J'aime pas celles qui avalent, j'aime celles qui font des gargarismes
Celles qui ont su rester enfants, j'les soutiens dans leur combat d'femme
Vis le sexe comme un conte de fées, depuis qu'j'ai mon BAFA
J'respecte les shneks avec un QI en déficit
Celles qui encaissent jusqu'à finir handicapées physiques
Le courant passe avec un doigt dans ta prise électrique
Moi d'abord je lèche et j'te tèje, et puis tu pars au tri sélectif

J'aime pas trop les 14 février
Tout l'temps seul à force de m'faire griller
J'te tèje la veille et j'te r'baise le lendemain
Suce ma bite pour la Saint-Valentin

J'aime les chattes de gouttière, et les aristochattes
Quand j'ai bu beaucoup d'bières, j'vais direct au contact
J'aime les chattes qui ne datent pas d'hier et celles qui ont pas le bac
Après rapport, tes lèvres seront nettement moins compactes
J'aime les peaux mates, car leur couleur fait ressortir le sperme
J'aime les moches parce que j'ai pas besoin de leur dire "je t'aime"
J'aime les blondes quand elles sont baillonées
J'conclue toujours une pénétration comme Rooney avec la balle au pied
On va s'ambiancer sur du Beyoncé ou sur fond d'musique électro
J'aime pas les chattes percées, j'aime les chattes rasées en ticket d'métro
Quand tu s'ras loin de moi, je te prendrai dans tes rêves
Quelques fois dans le mois, j'te ferai l'amour pendant tes règles
Parce que l'amour rend aveugle, tu vois trouble après l'éjac faciale
Branlette espagnole jusqu'à c'que tu gueules "muchas gracias"
J'te mets l'estocade et j'te porte le coup fatal
Sens-moi dans ton estomac, t'es belle comme une double-anale
On f'ra ça dans un parc, dans un apart ou dans ton lit
Jusqu'à en perdre haleine, jusqu'à c'que tu prennes de la ventoline
J'suis romantique, suce ma bite pendant qu'j'regarde le foot
Et tape un rail de sperme avec mon foutre
Viens bébé on va tester mes nouvelles MST !

J'aime pas trop les 14 février
Tout l'temps seul à force de m'faire griller
J'te tèje la veille et j'te r'baise le lendemain
Suce ma bite pour la Saint-Valentin

A priori on peut penser que les Francofolies survivront à l’absence du rappeur.

12/07/2009

Les Vacances de Monsieur Hulot, en version restaurée, de Tati : le chef d’œuvre d’un cinéaste à une époque où le regard du metteur en scène pesait plus que les effets techniques.

11/07/2009

Intéressante évolution en cours chez Boeing qui avait structuré tout son projet de construction du B787 sur une externalisation importante de la fabrication des différents éléments de cet avion révolutionnaire, le montage étant finalisé chez Boeing. De retards de fabrication en faillite de sous-traitants, de crise financière en reports (6 fois) du vol inaugural, le mythe de l’industrie sans usine prend encore du plomb dans l’aile. Du coup, après que son action ait perdu le quart de sa valeur en un mois Boeing est en train de racheter un de ses sous-traitants majeurs pour essayer de reprendre le contrôle du processus et de limiter les dégâts.

10/07/2009

Les moines de Tibéhirine (Algérie) décapités en pleine guerre civile algérienne dans les années 90 donnent lieu à une polémique franco-algérienne comme seules ces deux rives de la Méditerranée savent en créer à intervalle régulier. C’est la fameuse question du « qui tue qui ? » qui revient sur le devant de la scène, un barbouze franchouillard accusant l’armée algérienne du massacre. La presse et le microcosme locaux s’enflamment et un terroriste repenti revendique cet assassinat comme si on avait fait atteinte à son honneur d’avancer que quelqu’un d’autre ait pu en être l’auteur… J’espère que ces moines de Tibéhirine, là où ils sont, ont appris à pardonner

09/07/2009

Concert d’Antony & The Johnsons Salle Pleyel : très beau, très pure, très triste.

09/07/2009

Cohn-Bendit envoie paître Ayraut, l’inamovible patron des députés PS à l’Assemblée nationale qui veut une alliance dès le premier tour des régionales, histoire de noyer sa misère : « Qu’ils arrêtent de nous casser les pieds avec cette histoire ! S’il y a un système électoral à deux tours, il est normal qu’une force politique émergente se présente avec son programme, ses personnalités, et puis, le soir du premier tour, on voit le rapport et on fait des alliances, sinon ce n’est pas la peine d’avoir un système électoral à deux tours ».

Le Ayraut ainsi rhabillé pour l’hiver avec ce bon sens écolo en rajoute et fait publier par l’AFP une lettre adressée à Dany le Rouge : «Cher Dany, rassure-toi, je n’ai pas l’intention de te casser les pieds … 2012 se prépare maintenant. Les régionales peuvent être l’occasion d’une première étape. Ce que je souhaite, c’est un accord stratégique, un contrat de majorité alternative, un accord gagnant-gagnant ».

Du pur discours de communiquant vide de sens, évadé des business plans ou des programmes électoraux.

07/07/2009

Leonard Cohen est de retour, à Bercy cette fois-ci, pour un nouveau show tout en finesse et en élégance. Il foudroie Paris avec une dramatique version du Chant des Partisans.

02/07/2009

D’après Les Echos le gouvernement aurait proposé à Christine Boutin un poste d’ambassadeur au Vatican pour la consoler de son licenciement du ministère du logement. Bon sang mais c’est bien sûr ! Comment n’y a-t-on pas pensé plus tôt ? C’est tout à fait le poste qu’il lui faut.

01/07/2009

Maddoff a escroqué 50 à 65 Mds d’USD, Kerviel 5 Mds seulement mais en EUR. Le premier est condamné à 150 ans de prison, en faisant une règle de trois approximative, le second devrait prendre 5 ans, ce qui me paraît d’ailleurs insuffisant eu égard à la faute.

30/06/2009

A l’occasion de la visite de Sarkozy aux Antilles, la République propose aux élus martiniquais l’organisation d’un référendum sur l’autonomie comme le prévoit la constitution. En 2003 un référendum similaire avait posé la question suivante :

« Approuvez-vous le projet de création en Guadeloupe/Martinique d'une collectivité territoriale demeurant régie par l'article 73 de la Constitution, et donc par le principe de l'identité législative avec possibilité d'adaptations, et se substituant au département et à la région dans les conditions prévues par cet article ? »

La réponse avait et « NON » à 73% en Guadeloupe et à 50,48% en Martinique. A Saint-Barthélemy et Saint-Martin le « OUI » l’avait emporté à respectivement 96% et 76%, avec référence à l’article 74 de la Constitution.

Art. 73. - Dans les départements et les régions d'outre-mer, les lois et règlements sont applicables de plein droit. Ils peuvent faire l'objet d'adaptations tenant aux caractéristiques et contraintes particulières de ces collectivités.

Ces adaptations peuvent être décidées par ces collectivités dans les matières où s'exercent leurs compétences et si elles y ont été habilitées, selon le cas, par la loi ou par le règlement.

Par dérogation au premier alinéa et pour tenir compte de leurs spécificités, les collectivités régies par le présent article peuvent être habilitées, selon le cas, par la loi ou par le règlement à fixer elles-mêmes les règles applicables sur leur territoire, dans un nombre limité de matières pouvant relever du domaine de la loi ou du règlement.  [Entrée en vigueur dans les conditions fixées par les lois et lois organiques nécessaires à leur application (article 46-I de la loi constitutionnelle n° 2008-724 du 23 juillet 2008)]

Ces règles ne peuvent porter sur la nationalité, les droits civiques, les garanties des libertés publiques, l'état et la capacité des personnes, l'organisation de la justice, le droit pénal, la procédure pénale, la politique étrangère, la défense, la sécurité et l'ordre publics, la monnaie, le crédit et les changes, ainsi que le droit électoral. Cette énumération pourra être précisée et complétée par une loi organique.

La disposition prévue aux deux précédents alinéas n'est pas applicable au département et à la région de La Réunion.

Les habilitations prévues aux deuxième et troisième alinéas sont décidées, à la demande de la collectivité concernée, dans les conditions et sous les réserves prévues par une loi organique. Elles ne peuvent intervenir lorsque sont en cause les conditions essentielles d'exercice d'une liberté publique ou d'un droit constitutionnellement garanti.

La création par la loi d'une collectivité se substituant à un département et une région d'outre-mer ou l'institution d'une assemblée délibérante unique pour ces deux collectivités ne peut intervenir sans qu'ait été recueilli, selon les formes prévues au second alinéa de l'article 72-4, le consentement des électeurs inscrits dans le ressort de ces collectivités.

Art. 74.  - Les collectivités d'outre-mer régies par le présent article ont un statut qui tient compte des intérêts propres de chacune d'elles au sein de la République.
Ce statut est défini par une loi organique, adoptée après avis de l'assemblée délibérante, qui fixe :
  - les conditions dans lesquelles les lois et règlements y sont applicables ;
  - les compétences de cette collectivité ; sous réserve de celles déjà exercées par elle, le transfert de compétences de l'Etat ne peut porter sur les matières énumérées au quatrième alinéa de l'article 73, précisées et complétées, le cas échéant, par la loi organique ;
  - les règles d'organisation et de fonctionnement des institutions de la collectivité et le régime électoral de son assemblée délibérante ;
  - les conditions dans lesquelles ses institutions sont consultées sur les projets et propositions de loi et les projets d'ordonnance ou de décret comportant des dispositions particulières à la collectivité, ainsi que sur la ratification ou l'approbation d'engagements internationaux conclus dans les matières relevant de sa compétence.

La loi organique peut également déterminer, pour celles de ces collectivités qui sont dotées de l'autonomie, les conditions dans lesquelles :
 - le Conseil d'Etat exerce un contrôle juridictionnel spécifique sur certaines catégories d'actes de l'assemblée délibérante intervenant au titre des compétences qu'elle exerce dans le domaine de la loi ;
 - l'assemblée délibérante peut modifier une loi promulguée postérieurement à l'entrée en vigueur du statut de la collectivité, lorsque le Conseil constitutionnel, saisi notamment par les autorités de la collectivité, a constaté que la loi était intervenue dans le domaine de compétence de cette collectivité ;
 - des mesures justifiées par les nécessités locales peuvent être prises par la collectivité en faveur de sa population, en matière d'accès à l'emploi, de droit d'établissement pour l'exercice d'une activité professionnelle ou de protection du patrimoine foncier ;
 - la collectivité peut participer, sous le contrôle de l'Etat, à l'exercice des compétences qu'il conserve, dans le respect des garanties accordées sur l'ensemble du territoire national pour l'exercice des libertés publiques.

Les autres modalités de l'organisation particulière des collectivités relevant du présent article sont définies et modifiées par la loi après consultation de leur assemblée délibérante.

Art. 74-1. - Dans les collectivités d'outre-mer visées à l'article 74 et en Nouvelle-Calédonie, le Gouvernement peut, par ordonnances, dans les matières qui demeurent de la compétence de l'État, étendre, avec les adaptations nécessaires, les dispositions de nature législative en vigueur en métropole ou adapter les dispositions de nature législative en vigueur à l'organisation particulière de la collectivité concernée, sous réserve que la loi n'ait pas expressément exclu, pour les dispositions en cause, le recours à cette procédure.

Les ordonnances sont prises en conseil des ministres après avis des assemblées délibérantes intéressées et du Conseil d'Etat. Elles entrent en vigueur dès leur publication. Elles deviennent caduques en l'absence de ratification par le Parlement dans le délai de dix-huit mois suivant cette publication.

On peut espérer que cette fois-ci la consultation pour la Martinique aura été mieux préparée, en tous cas les élus locaux semblaient ravis de cette bonne initiative. Un « OUI »  semble plus probable et ce serait alors une étape vers plus de responsabilités locales, voire une marche vers une indépendance qui si elle ne peut être que lointaine n’en n’est pas moins souhaitable. Qui sait si une île antillaise ne pourrait pas être indépendante avant la Nouvelle-Calédonie qui à force de repousser l’échéance du plan dit « Rocard » semble hésiter au bord de la falaise avant le grand saut ?

On devrait pouvoir éviter le renouvellement d’accords du type de celui signé en Guadeloupe début 2009  dans lequel 165 points représentent un incroyable galimatias d’engagements de l’Etat, des collectivités locales et de différents syndicats et collectifs, souvent imprécises, difficilement mesurables, parfois démagogiques et très certainement chronique de nouvelles contestations annoncées ! On crée des observatoires divers, un bureau d’études ouvrières, on gèle le prix de la baguette de 250 g, on baisse les prix du carburant… et on se donne rendez-vous pour le prochain conflit.

29/06/2009

Maddoff condamné à 150 de prison aux Etats-Unis suite à une escroquerie estimée (pour le moment) entre 50 et 65 milliards de dollars. Coup de semonce pour la finance internationale qui va peut-être devoir réviser certaines de ses frontières. Maddoff a avoué qu’il n’avait pas investi un seul cent de tout les sous reçus de la part des investisseurs qui lui ont fait confiance et qu’il avait agit seul. Il a plaidé coupable ce qui a pour effet, si j’ai bien compris, d’arrêter les enquêtes. Si 0 dollar a été investi, on se demande alors ce que faisaient tous ces traders qui posent derrière l’escroc du siècle devant leurs écrans ? Ils devaient chatter sur Facebook sans doute.

29/06/2009

Ce soir vers 22h, j’attends le début de Mots Croisés sur France 2 avec mon plateau-repas. Je m’envoie successivement :

  • Une pub FR2 pour la série Urgences, sponsorisées par une marque X
  • Une pub FR2 pour une émission de théâtre le mercredi, sponsorisée par une marque Y
  • Le tirage du loto présenté par un peésentateur bêtifiant et pathétique
  • Une pub FR2 pour l’émission Envoyé Spécial, non sponsorisée
  • Une auto-pub sur les 5 chaînes de France Télévisions
  • Une auto-pub pour FR2
Le tout dure environ 15 mn, ce qui pour une chaîne sans pub après 20h est déjà pas mal.

28/06/2009

Réuni en « séminaire dominical » le gouvernement constate que les ressources manquent pour financer des dépenses supplémentaires d’où l’opportunité de lancer un « grand emprunt national » ! Je me demande s’il était bien nécessaire de réunir une palanquée de ministres et sous-ministres en ce dimanche ensoleillé sous les ors de Matignon pour arriver à une si brillante conclusion ? Cela doit faire plus de 30 ans que le budget de l’Etat est déficitaire et que la République dépense plus qu’elle ne gagne. Cela doit donc faire plus de 30 ans que des fonctionnaires du Trésor empruntent tous les matins en arrivant au bureau les sous nécessaires pour combler l’insuffisance des recettes encaissées par rapport aux dépenses décaissées. Donc rien de nouveau sous le soleil et qu’on arrête ce lavage de cerveaux pour arriver à démontrer au contribuable assailli que ce « grand emprunt national » est un concept pour relancer la France alors qu’il n’est qu’un outil parmi d ‘autres pour combler les trous.

27/06/2009

Je me laisse surprendre ce soir à la Bastille par la fin de la Gay Pride ou plus exactement la Marche des Fiertés LGBT (lesbiennes-gay-bi & trans). Je suis en retard à mon dîner mais, retard pour retard, je reste 10 mn sur la place pour observer. C’est tout de même assez particulier. Je vois le char des Ginettes Armées avec une bande de lesbiennes musclées-tatouées-rasées qui se déhanchent aux rythmes d’une techno inaudible, je vois un gay bedonnant torse nu-poilu en slip paillettes embrasser à pleine bouche son ami, je vois des drag-queens chercher à séduire des CRS, je vois un monde assez incroyable, très saturé de bière, j’entends le maire de Paris et quelques politicards de service à la pêche aux voix et je ne suis pas bien sûr que tout ceci fasse du bien à la cause. Le risque est sans doute que si notre parlement vote une loi anti-burqa quelques conservateurs rajoutent subrepticement un article pour interdire à ces zozos de parader ainsi. A 1h du matin, la Bastille est un immense champ de bataille et un cimetière de bouteilles cassées, une très forte et aigre odeur d’urine pèse sur tout le quartier.

25/06/2009

Just for fun Ferrari Vs Kia

24/06/2009

A l’occasion de la nomination d’un nouveau gouvernement j’apprends qu’il existe un ministre des sports dans notre République. Soit ! Mais à quoi peut servir un ministre des sports dans une démocratie ? Que fait-il le matin en arrivant à son bureau ? Les enjeux en matière de sport sont-ils si importants qu’ils doivent être réglés à l’échelon politique ministériel ? Est-ce qu’un bon fonctionnaire (voire haut-fonctionnaire) ne serait-il pas capable de gérer le budget affecté aux sportifs ?

22/06/2009

Sarko l’hyperagité présente un emprunt national comme une grande avancée conceptuelle et le fruit d’une politique subtile. Bon, en fait c’est juste un moyen de financement qui tombera dans le trou du déficit de la République. Il est étonnant qu’il n’y ait pas un journaliste ou un économiste pour rappeler aux citoyens que la trésorerie de l’Etat est fongible et quelle que soit l’origine de ses ressources : impôts, bons du trésor, emprunts sur les marchés financiers ou chez les particuliers, ces ressources ne sont pas affectées à des dépenses particulières mais financent les besoins de l’Etat.

Il vaudrait donc mieux expliquer les tenants et aboutissants du plan de survie/relance de l’économie française, ainsi que ses coûts, plutôt que de citer les outils techniques mis en œuvre pour payer ces coûts. Ce ne sont que des outils au service d’une politique, sans grand intérêt à détailler.

En réalité se cache derrière cette communication tonitruante une illusion : la volonté de l’Etat de montrer le soutien du peuple qui souscrira à cet emprunt. Pour remporter ce succès, il consentira des conditions attractives pour le particulier et sans doute plus coûteuses que pour une émission de bons du trésor sur les marchés financiers qui sont plutôt gourmands ces derniers temps de la signature française.

Beaucoup plus grave, l’affirmation présidentielle que les impôts n’augmenteront pas. C’est un mensonge lourd de conséquence car il est clair que les montagnes de dettes accumulées ces derniers mois (et le pire reste à venir) vont évidemment générer un accroissement de la pression fiscale. Ce n’est pas le retour d’une molle croissance qui permettra de rembourser les créanciers de la République. Les enfants de nos enfants continueront à payer pour les errements financiers de ma génération. On ne réduit pas un déficit en lançant un emprunt mais en diminuant l’écart entre les dépenses et les recettes. On ne règle pas une crise de l’endettement en empruntant.

21/06/2009

Ca commence : Hortefeux élu député européen semble devoir renoncer à ce poste pour rester ministre. S’il est plus utile à la République qu’à l’Union européenne il eu été plus honnête de ne pas se présenter aux élections pour une place de député européen… Comme l’on parle également de Barnier comme commissaire français, ce qui l’amènerait également à renoncer à son poste tout frais de député européen, il ne faut pas trop s’étonner que l’électeur communautaire pris pour un gogo ne se désintéresse du sujet !

19/06/2009

Un soir de cette semaine en rentrant chez moi je branche négligemment France Info à la radio en enlevant ma cravate pour entendre au lancement du journal un journaliste annoncer avec une voix d’enterrement : « Nous venons de l’apprendre… », je m’attends à entendre qu’un nouvel Airbus s’est écrasé, voire que Obama s’est fait assassiner. Fébrile j’attends la suite et découvre qu’il s’agit du licenciement du président de l’olympique de Marseille, un club de foute-balle franchouillard et excité. Ouf, nous l’avons échappé belle !

18/06/2009

Marianne Faithfull à la Cité de la musique pour présenter son dernier disque Easy come Easy go devant un public attendri. Un grand moment de douceur et de nostalgie.

17/06/2009

C’est la Saint Hervé : à part saint Yves de Tréguier, il n'est pas de saint aussi populaire que lui en Bretagne. Il était né dans une famille de bardes. Aveugle depuis son jeune âge, guidé par un loup, selon la légende, il mena une vie de pèlerin. Un jour cependant, il se fixa à Plouvien, puis à Lan-Houarneau (Herwan ou Hervé en breton) où il se consacra à Dieu pour en chanter les louanges dans le monastère qu'il y fonda. Certains avancent qu’il vivait avec ses loups à l'endroit qui s'appelle actuellement l'ermitage Saint-Hervé à Tréouergat. Il s'agit d'un petit bois où on peut encore trouver les traces une ancienne chapelle, d'un abri (sans doute celui de Saint Hervé), ainsi qu'une fontaine qui laisse toujours couler de l'eau.

17/06/2009

L’Iran s’agite suite à la réélection du président islamiste Ahmaninejad. Des manifestations urbaines dénoncent la fraude électorale et se frottent aux nervis du pouvoir. L’Occident hésite à se prononcer avant de savoir de quel coté va tourner le vent. Après tout le perdant est un ancien premier ministre de Khomeiny et n’apparaît pas comme un libéral de première catégorie. Et puis on ne peut pas exclure totalement que même sans fraude Ahmaninejad n’ait pas été en position de remporter ces élections. La plupart des pays à tendance islamiste où sont organisées de libres élections vont généralement vers les extrêmes plutôt que la modération.

16/06/2009

Sarko et Chirac assistent aux obsèques de Bongo. Le premier est copieusement sifflé lorsqu’il arrive au palais présidentiel pour se recueillir sur la dépouille du défunt par de jeunes excités du parti au pouvoir qui lui reprochent d’avoir accéléré sa mort en ne bloquant pas l’instruction judiciaire en cours en France sur les biens mal acquis des dirigeants africains (hôtels particuliers dans le VIIème arrondissement, Mercédès et autres babioles). Je ne pense pas que ce genre de tracas n’ait jamais causé la moindre insomnie à Bongo ni à ses pairs, encore moins précipité sa fin.

15/06/2009

Expo Andy Warhol au Grand Palais : une galerie de ces portraits si chers à l’artiste. Un monde de couleurs éblouissantes et de superficialité new-yorkaise. Un artiste captivant qui entre autres exploits a initié le Velvet Undergound qui rôde au-dessus de cette exposition.

14/06/2009

Expo Guy Peelleart au Musée Maillol : six mois après la mort de l’artiste belge, le musée présente un choix de planches extraites de son célèbre album Rock Dreams sur l’univers de la musique. Une vision vraiment personnelle du rock mais tendant à l’universel pour ceux d’entre nous qui ont été biberonnés avec Diamond Dogs ou It’s Only Rock ‘n’ Roll.

13/06/2009

Giscard dit d’Estaing accuse Chirac de s’être fait financer sa campagne présidentielle de 1981 par l’argent de Bongo, feu le président du Gabon décédé il y a quelques jours. Outragé celui-ci jure ses grands dieux qu’il n’en fut rien. Il semble que malheureusement une partie de l’argent injecté dans les économies africaines par la coopération ou les entreprises françaises ait été récupérée par les mécanismes de financement occulte de la politique hexagonale durant des années, d’où les affaires diverses et variées qui ont émaillé l’actualité judiciaire de la Françafrique ces dernières décennies. Ce n’est pas brillant, c’est même carrément déplorable, la responsabilité des corrompus se mélange à celle des corrupteurs. Il y a deux choses qui sont certaines : (i) la politique française ne ressort pas grandie de tels agissements qui sans doute perdurent encore sous une forme ou sous une autre, (ii) tous les partis français ont mangé dans cette soupe au fumet nauséabond et sont donc mal placés pour se rejeter la balle.

Dernière certitude, le Gabon qui est un équivalent émirat pétrolier continue à se traîner dans les bas-fonds du sous-développement pour sa population.

Quand à Bongo, outre le financement de la démocratie française, il prenait un malin plaisir à afficher sur les murs de son bureau les photos de ses rencontres avec tous les présidents de la Vème République et leurs affidés, les Foccart, Le Floch Prigent, Tarallo et autres soldats perdus de la Françafrique. La stabilité de ce président gabonais fut sa force. Il en a joué avec subtilité pour obtenir ce qu’il voulait, notamment de l’annulation de dettes à répétition ce qui relève du tour de force (et du scandale financier) vu la richesse de son émirat, mais il a été bien plus fort en toutes occasions que l’ex-colonisateur empêtré dans les affres de la démocratie.

12/06/2009

AC/DC au Stade de France. Je ne pensais me retrouver un jour dans un concert de hard-rock mais j’avoue que cela mérite le déplacement au moins une fois dans sa vie. Ambiance chaleureuse et bon enfant au Stadium : 80% de mecs et le reste de nanas. On est quand même à un show d’AC/DC et pas dans un salon de thé. 70% de la population porte les cornes rouges clignotantes de circonstance, effet arbre de Noël garanti lorsque la nuit sera tombée. 2 heures de show démarré sur la locomotive folle de Rock 'n' Roll Train et fini dans l'allégresse (après un interminable solo d'Angus sur une B stage centrale) de Highway To Hell qui a fait fancher le Stade de France.

11/06/2009

MissTic expose à Saint-Germain-des-Près : Go Homme, galerie Lélia Murdich. Il s’agit de couples cette fois-ci et non plus de pinups rêveuses. Les pensées sont toujours percutantes, les prix très… Saint-Germain-des-Près.

11/06/2009

Les vieux caïmans ressortent du marigot :

  • Tapie donne des leçons de morale et de management par médias interposés au patron du Club-Med (le fiston Giscard dit d’Estaing) accusé de mauvaise gestion et de rémunérations injustifiées. Il semble qu’il se verrait bien racheter cette entreprise du haut de sa nouvelle virginité assise sur le paquet de millions d’euros encaissés au titre de la réparation de son préjudice moral écorné dans l’affaire Adidas… Le Club-Med vient d’ailleurs de porter plainte contre Tapie dont les éructations peuvent influer les cours en bourse de l’entreprise.
  • Villepin continue à gargouiller sur le risque révolutionnaire susceptible d’embraser le pays et alors que l’instruction de l’affaire Clearstream bat son plein, publie un énième bouquin d’analyse politique.
Les bras nous en tombent devant de telles indécences. Ces personnages qui ont mangé dans toutes les soupes de la République ne pourraient-ils faire preuve d’un peu plus de modestie compte tenu des casseroles qu’ils continuent de traîner ? On ne va pas les empêcher de faire des affaires ou d’écrire des livres, mais j’ai tendance à penser qu’un profil bas serait plus approprié à leurs situations. Mais probablement la dimension de leurs égos est incompatible avec la notion même de modestie, alors le citoyen doit continuer à les supporter dans les journaux et sur les écrans. Ainsi vont nos vieilles démocraties !

09/06/2009

Sondage de la Revue du Web publié par les Inrocks : comment pecho une girl ? L’ignorer est la réponse majoritaire.

08/06/2009

Katyn de Wajda ce soir au cinéma. L’histoire sordide du massacre de 12 000 officiers polonais dans la forêt de Katyn en territoire soviétique, ou comment les barbaries nazie et soviétique se sont cumulées pour dépouiller la Pologne. Le film démarre sur la vision saisissante de populations civiles fuyant au milieu d’un même pont, les nazis arrivant d’un coté et les soviétiques de l’autre, se poursuit sur l’exécution des officiers et se termine sur l’après-guerre où la Pologne socialiste dénie la responsabilité du grand frère soviétique alors que la Pologne réelle sait bien qui est coupable. En suivant le parcours de quelques familles polonaises le film insiste sur le drame humain plus que sur l’analyse historique que le spectateur est censé connaître.

Ce drame est une conséquence du pacte Molotov-Ribbentrop signé ci-dessus sous l’œil goguenard de Staline (cf. photo Molotov est en train de signer, Ribbentrop est en arrière-plan à droite de Staline). Pour Hitler les slaves sont des sous-hommes, pour Staline la Pologne est un non-sens historique et géographique, tous deux conviennent du dépeçage du pays toute affaire cessante. La gestapo et le NKVD collaborent allègrement et se livrent l’une à l’autre des polonais suspects, des russes en cavale, afin d’émasculer le pays en le débarrassant de ses élites. Un peu par hasard, les 12 000 officiers polonais tomberont dans les mains soviétiques. Staline estime qu’ils représentent un obstacle à l’instauration du socialisme éclairé en Pologne, les fait exécuter d’une balle dans la nuque en 1940 et ensevelir dans les charniers de la forêt de Katyn. Le père de Wajda était l’un d’eux. Dans le même temps le NKVD exécute d’autres nationalistes et contre-révolutionnaires polonais, voire ukrainiens et biélorusses. On parle en tout de 15 à 22 000 exécutions relatives à la décision du politburo de mars 1940 (signée notamment par Staline, Beria, Molotov).

Alors que les allemands attaquent l’URSS en 1941, ils découvrent les charniers et cherchent en s’en disculper en accusant les juifs et les bolchéviques. Au procès de Nuremberg, les soviétiques arrivent à faire inclure ce massacre dans l’acte d’accusation sans pour autant qu’il ne soit cité dans le jugement final. Il faudra attendre 1990 pour que Gorbatchev reconnaisse la responsabilité soviétique et présente ses excuses à la Pologne. Quel siècle !

07/06/2009

Il semble que la liste Cannabis sans frontières n’aura pas de député à Strasbourg pour cette fois-ci.

06/06/2009

Je parcours les tracts électoraux officiels du scrutin de dimanche prochain. Rien de bien percutant. Intriguant néanmoins, la liste « antisioniste pour une Europe libérée de la censure du communautarisme des spéculateurs et de l’OTAN » de Dieudonné Mbala Mbala, humoriste amer, qui inclue un coupon réponse proposant trois options : (i) je soutiens la liste antisioniste, (ii) je soutiens financièrement la liste antisioniste et (iii) je suis sioniste et je soutiens Tsahal !

Dieudonné a organisé en direct lors de l’un de ses récents meetings un coup de fil avec Carlos depuis sa prison de la santé qui soutient la liste antisioniste. Comment est-ce possible ? Comment Carlos, terroriste condamné à perpétuité, qui a fait trembler l’Occident pendant des années, peut-il tranquillement téléphoner à Dieudonné du fond de sa prison ? Est-ce que la loi ne peut rien contre une telle situation, ne pourrait-on coincer le Dieudonné pour ce soutien qui devrait au minimum pouvoir être qualifié d’illégal ? La faiblesse des démocraties face à ces alliances nauséabondes est insondable.

Pendantce temps le pédégé de la branche média du groupe Lagardère (Didier Quillot) fête son anniversaire sur une péniche de bord de Seine. Le collectif Sauvons les Riches arraisonne la péniche et ses membres déguisés en pirate font une haie d’honneur aux invités où ils reconnaissent toute une palanquée de mondains médiatico-politicards. Les jet-setters surpris par cet accueil réagissent plus ou moins bien. On y trouve entre autres Messier, Xavier Bertrand, Elkabbach et l’ineffable BHL et Madame. Tapie n’a pas été signalé, ce sera pour l’an prochain. Rigolo !

05/06/2009

C’est le retour des beaux jours et de la Tong en ville. C’est étrange cette capacité des jeunes filles à marcher en tongs sur le béton parisien. D’abord cette savate nécessite des pieds élégants et agiles pour être portée avec nonchalance. Ce n’est malheureusement pas le cas de la majorité des citoyens amateurs de tongs. Ensuite, crapahuter en ville avec de telles sandales entraîne en quelques minutes un noircissement des pieds des impétrants, état de fait difficile à cacher bien entendu. Le recyclage d’une savate de plage en chaussure de ville ne présente a priori que des inconvénients techniques, mais quels avantages acquis n’abandonnerions-nous pas au profit du look ?

04/06/2009

Le discours d’Obama au Caire, une pensée de haute volée adressée aux musulmans du Monde et non restreint aux seuls arabes, rappelant les liens historiques entre les Etats-Unis d’Amérique et les peuples musulmans. Il rencontre un franc succès en mentionnant « le premier Américain musulman qui a été élu au Congrès a fait le serment de défendre notre Constitution sur le Coran que l'un de nos Pères fondateurs, Thomas Jefferson, conservait dans sa bibliothèque personnelle. » ou « …le Maroc qui fut le premier pays à reconnaître mon pays. »

Il aborde avec sérénité et sans langue de bois les causes actuelles de conflits entre les peuples musulmans et l’Occident : l’Afghanistan, l’Irak, l’impasse israélo-palestinienne, l’Iran. Il parle de la démocratie qui n’est probablement pas le seul système politique défendable (aucun système de gouvernement ne peut ou ne devrait être imposé par un pays à un autre) mais que tout système devrait refléter la volonté du peuple. Il aborde la liberté de religion et les droits des femmes.

Tout ceci n’est que mots affichés devant un public trié sur le volet, mais il faut au moins les mots pour guider l’action. Ils sont prononcés par cet homme : « Tout ceci n'est pas simple. Il est plus facile de se lancer dans une guerre que de faire la paix. Il est plus facile de blâmer autrui que de s'examiner soi-même ; il est plus facile de voir ce qui nous distingue, plutôt que ce que nous avons en commun. Mais il faut choisir le bon chemin, et non le plus facile. Il y a une règle essentielle qui sous-tend toutes les religions : celle de traiter les autres comme nous aimerions être traités. Cette vérité transcende les nations et les peuples. C'est une croyance qui n'est pas nouvelle, qui n'est ni noire ni blanche ni basanée, qui n'est ni chrétienne ni musulmane ni juive. C'est une foi qui a animé le berceau de la civilisation et qui bat encore dans le cœur de milliards d'êtres humains. C'est la foi dans autrui et c'est ce qui m'a mené ici aujourd'hui. »

02/06/2009

Time Warner remet AOL sur le marché en le vendant en bourse. Acheté 167 milliards d’USD en 2000, dévalorisé de 100 milliards dès l’année suivante, son prix est estimé aujourd’hui à 2,7 milliards. Si c’est effectivement le prix auquel le marché achètera les actions AOL, il s’agira du plus important hold-up légal de l’histoire de l’Humanité (enfin de la bourse) réalisé au profit des actionnaires d’AOL puisque ce sont eux qui ont touché le gros lot.

01/06/2009

Un avion de ligne tombe en plein océan Atlantique avec 228 passagers et personnel d’équipage. Il n’y ni trace ni indice ni communication de dernière minute pour comprendre la catastrophe. Il n’y a rien de rien pour commencer à imaginer ce qui a pu se passer. Au moins peut-on penser que la destruction de l’aéronef a du être brutale et que ses passagers n’ont, heureusement, pas du avoir trop de temps pour réaliser ce qui s’est passé.

Cet avion est français alors les médias nationaux s’emparent du sujet à grandes envolées d’émissions spéciales, de logos AF 447 et autre détails destinés à cacher qu’ils n’ont rien à dire sur le sujet. Les rédactions envoient des reporters dans les aéroports, ressortent les experts en catastrophes aériennes qui confirment que pour le moment il n’y a rien à dire, retrouvent les survivants d’anciennes catastrophes, ressassent les cellules d’assistance psychologiques mises en place pour les familles. Bref, meublent le vide, mobilisent leurs antennes et n’apportent aucune information puisqu’il n’y en a pas de disponible à ce stade, mais ils le font avec énergie et détermination. C’est la comédie humaine appliquée aux médias sur un sujet morbide.

Que se passerait-il si une des chaînes de télévision généralistes essayait de se démarquer du comportement moutonnier de l’ensemble en expliquant qu’il n’y a rien à dire pour le moment que sa rédaction suit ce sujet dramatique et reprendra l’antenne quand il y aura de la matière ? J’ai l’impression que cette chaîne paraîtrait plus intelligente et professionnelle et l’audimat devrait lui en savoir gré ! Mais je dois rêver…

30/05/2009

TheAsteroids Galaxy Tour au Point Ephémère. Groupe danois sympathique qui fait ses premières armes à Paris, fondé par un duo jolie chanteuse blonde, une voix aigue à la Blondie, portée par beaucoup d’écho et des rythmes mi-reggae mi-rock ; un bassiste toujours coiffés d’improbables couvre-chefs ; et le reste de la bande dont un sax et une trompette qui donne de la couleur à l’ensemble. A suivre.

27/05/2009

Dans Les Echos du 25, le patron de Bank Of America précise son souhait de rembourser les fonds étatiques injectés par le contribuable américain pour sauver le système financier suite aux errements se son management, et que sa première décision sera de revoir le système de rémunération et de rétablir les bonus. Au mois c’est clair ! On aurait pu penser qu’il allait consacrer son temps et ses ressources à mieux financer de l’économie ou à essayer de comprendre les mécanismes fondamentaux de la crise financière pour éviter qu’un tel séisme ne se reproduise ou à remercier le contribuable de l’avoir sauver de la banqueroute, à faire son travail tout simplement. Que nenni ! Sa première décision, il le dit, sera se rétablir les bonus… Le bonus est-il vraiment l’unique carburant qui fait fonctionner le secteur financier ?

Et Les Echos titrent aujourd’hui en première page : « Pour accélérer son désendettement EDF lance un emprunt auprès des particuliers de l’ordre de 1 milliard ». Heu… emprunter auprès des particuliers ce n’est pas de l’endettement ? EDF n’a pas l’intention de les rembourser ? C’est la dernière mode financière : lancer des emprunts auprès du public en les assortissant d’un discours brain washing sur l’engagement émotionnel du public en faveur de l’émetteur (voir campagne de publicité actuelle d’EDF). J’imagine que dans les dîners en ville des patrons du CAC 40 ce doit être le dernier sujet dont on cause : « tu as vu le succès de mon gros emprunt auprès du public ? » Il n’y a pas à dire cela doit classer son pédégé au milieu des petits fours.

26/05/2009

Très étonnante interview écrite de Julien Coupat, mis en examen pour terrorisme et soupçonné de sabotage de caténaires de la SNCF. On y découvre un stupéfiant discours extrême. Quelques extraits :

Vous reconnaissez-vous dans les qualifications de "mouvance anarcho-autonome" et d'"ultragauche"?

Laissez-moi reprendre d'un peu haut. Nous vivons actuellement, en France, la fin d'une période de gel historique dont l'acte fondateur fut l'accord passé entre gaullistes et staliniens en 1945 pour désarmer le peuple sous prétexte d'"éviter une guerre civile". Les termes de ce pacte pourraient se formuler ainsi pour faire vite : tandis que la droite renonçait à ses accents ouvertement fascistes, la gauche abandonnait entre soi toute perspective sérieuse de révolution. L'avantage dont joue et jouit, depuis quatre ans, la clique sarkozyste, est d'avoir pris l'initiative, unilatéralement, de rompre ce pacte en renouant "sans complexe" avec les classiques de la réaction pure – sur les fous, la religion, l'Occident, l'Afrique, le travail, l'histoire de France, ou l'identité nationale.

Face à ce pouvoir en guerre qui ose penser stratégiquement et partager le monde en amis, ennemis et quantités négligeables, la gauche reste tétanisée. Elle est trop lâche, trop compromise, et pour tout dire, trop discréditée pour opposer la moindre résistance à un pouvoir qu'elle n'ose pas, elle, traiter en ennemi et qui lui ravit un à un les plus malins d'entre ses éléments. Quant à l'extrême gauche à-la-Besancenot, quels que soient ses scores électoraux, et même sortie de l'état groupusculaire où elle végète depuis toujours, elle n'a pas de perspective plus désirable à offrir que la grisaille soviétique à peine retouchée sur Photoshop. Son destin est de décevoir.

Dans la sphère de la représentation politique, le pouvoir en place n'a donc rien à craindre, de personne. Et ce ne sont certainement pas les bureaucraties syndicales, plus vendues que jamais, qui vont l'importuner, elles qui depuis deux ans dansent avec le gouvernement un ballet si obscène. Dans ces conditions, la seule force qui soit à même de faire pièce au gang sarkozyste, son seul ennemi réel dans ce pays, c'est la rue, la rue et ses vieux penchants révolutionnaires. Elle seule, en fait, dans les émeutes qui ont suivi le second tour du rituel plébiscitaire de mai 2007, a su se hisser un instant à la hauteur de la situation. Elle seule, aux Antilles ou dans les récentes occupations d'entreprises ou de facs, a su faire entendre une autre parole.

Cette analyse sommaire du théâtre des opérations a dû s'imposer assez tôt puisque les renseignements généraux faisaient paraître dès juin 2007, sous la plume de journalistes aux ordres (et notamment dans Le Monde) les premiers articles dévoilant le terrible péril que feraient peser sur toute vie sociale les "anarcho-autonomes". On leur prêtait, pour commencer, l'organisation des émeutes spontanées, qui ont, dans tant de villes, salué le "triomphe électoral" du nouveau président.

La police vous considère comme le chef d'un groupe sur le point de basculer dans le terrorisme. Qu'en pensez-vous?

Une si pathétique allégation ne peut être le fait que d'un régime sur le point de basculer dans le néant.

Que signifie pour vous le mot terrorisme?

Rien ne permet d'expliquer que le département du renseignement et de la sécurité algérien suspecté d'avoir orchestré, au su de la DST, la vague d'attentats de 1995 ne soit pas classé parmi les organisations terroristes internationales. Rien ne permet d'expliquer non plus la soudaine transmutation du "terroriste" en héros à la Libération, en partenaire fréquentable pour les accords d'Evian, en policier irakien ou en "taliban modéré" de nos jours, au gré des derniers revirements de la doctrine stratégique américaine.

Rien, sinon la souveraineté. Est souverain, en ce monde, qui désigne le terroriste. Qui refuse d'avoir part à cette souveraineté se gardera bien de répondre à votre question. Qui en convoitera quelques miettes s'exécutera avec promptitude. Qui n'étouffe pas de mauvaise foi trouvera un peu instructif le cas de ces deux ex – "terroristes" devenus l'un premier ministre d'Israël, l'autre président de l'Autorité palestinienne, et ayant tous deux reçus, pour comble, le Prix Nobel de la paix.

Le flou qui entoure la qualification de "terrorisme", l'impossibilité manifeste de le définir ne tiennent pas à quelque provisoire lacune de la législation française : ils sont au principe de cette chose que l'on peut, elle, très bien définir : l'antiterrorisme dont ils forment plutôt la condition de fonctionnement. L'antiterrorisme est une technique de gouvernement qui plonge ses racines dans le vieil art de la contre-insurrection, de la guerre dite "psychologique", pour rester poli.

L'antiterrorisme, contrairement à ce que voudrait insinuer le terme, n'est pas un moyen de lutter contre le terrorisme, c'est la méthode par quoi l'on produit, positivement, l'ennemi politique en tant que terroriste. Il s'agit, par tout un luxe de provocations, d'infiltrations, de surveillance, d'intimidation et de propagande, par toute une science de la manipulation médiatique, de l'"action psychologique", de la fabrication de preuves et de crimes, par la fusion aussi du policier et du judiciaire, d'anéantir la "menace subversive" en associant, au sein de la population, l'ennemi intérieur, l'ennemi politique à l'affect de la terreur.

L'essentiel, dans la guerre moderne, est cette "bataille des cœurs et des esprits" où tous les coups sont permis. Le procédé élémentaire, ici, est invariable : individuer l'ennemi afin de le couper du peuple et de la raison commune, l'exposer sous les atours du monstre, le diffamer, l'humilier publiquement, inciter les plus vils à l'accabler de leurs crachats, les encourager à la haine. "La loi doit être utilisée comme simplement une autre arme dans l'arsenal du gouvernement et dans ce cas ne représente rien de plus qu'une couverture de propagande pour se débarrasser de membres indésirables du public. Pour la meilleure efficacité, il conviendra que les activités des services judiciaires soient liées à l'effort de guerre de la façon la plus discrète possible", conseillait déjà, en 1971, le brigadier Frank Kitson [ancien général de l'armée britannique, théoricien de la guerre contre-insurrectionelle], qui en savait quelque chose.

Une fois n'est pas coutume, dans notre cas, l'antiterrorisme a fait un four. On n'est pas prêt, en France, à se laisser terroriser par nous. La prolongation de ma détention pour une durée "raisonnable" est une petite vengeance bien compréhensible au vu des moyens mobilisés, et de la profondeur de l'échec; comme est compréhensible l'acharnement un peu mesquin des "services", depuis le 11 novembre, à nous prêter par voie de presse les méfaits les plus fantasques, ou à filocher le moindre de nos camarades. Combien cette logique de représailles a d'emprise sur l'institution policière, et sur le petit cœur des juges, voilà ce qu'auront eu le mérite de révéler, ces derniers temps, les arrestations cadencées des "proches de Julien Coupat".

Il faut dire que certains jouent, dans cette affaire, un pan entier de leur lamentable carrière, comme Alain Bauer [criminologue], d'autres le lancement de leurs nouveaux services, comme le pauvre M. Squarcini [directeur central du renseignement intérieur], d'autres encore la crédibilité qu'ils n'ont jamais eue et qu'ils n'auront jamais, comme Michèle Alliot-Marie.

Vous êtes issu d'un milieu très aisé qui aurait pu vous orienter dans une autre direction…

"Il y a de la plèbe dans toutes les classes" (Hegel).

Vous définissez-vous comme un intellectuel? Un philosophe ?

La philosophie naît comme deuil bavard de la sagesse originaire. Platon entend déjà la parole d'Héraclite comme échappée d'un monde révolu. A l'heure de l'intellectualité diffuse, on ne voit pas ce qui pourrait spécifier "l'intellectuel", sinon l'étendue du fossé qui sépare, chez lui, la faculté de penser de l'aptitude à vivre. Tristes titres, en vérité, que cela. Mais, pour qui, au juste, faudrait-il se définir?

Comment analysez-vous ce qui vous arrive?

Détrompez-vous : ce qui nous arrive, à mes camarades et à moi, vous arrive aussi bien. C'est d'ailleurs, ici, la première mystification du pouvoir : neuf personnes seraient poursuivies dans le cadre d'une procédure judiciaire "d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", et devraient se sentir particulièrement concernées par cette grave accusation. Mais il n'y a pas d'"affaire de Tarnac" pas plus que d'"affaire Coupat", ou d'"affaire Hazan" [éditeur de L'insurrection qui vient]. Ce qu'il y a, c'est une oligarchie vacillante sous tous rapports, et qui devient féroce comme tout pouvoir devient féroce lorsqu'il se sent réellement menacé. Le Prince n'a plus d'autre soutien que la peur qu'il inspire quand sa vue n'excite plus dans le peuple que la haine et le mépris.

Ce qu'il y a, c'est, devant nous, une bifurcation, à la fois historique et métaphysique: soit nous passons d'un paradigme de gouvernement à un paradigme de l'habiter au prix d'une révolte cruelle mais bouleversante, soit nous laissons s'instaurer, à l'échelle planétaire, ce désastre climatisé où coexistent, sous la férule d'une gestion "décomplexée", une élite impériale de citoyens et des masses plébéiennes tenues en marge de tout. Il y a donc, bel et bien, une guerre, une guerre entre les bénéficiaires de la catastrophe et ceux qui se font de la vie une idée moins squelettique. Il ne s'est jamais vu qu'une classe dominante se suicide de bon cœur.

La révolte a des conditions, elle n'a pas de cause. Combien faut-il de ministères de l'Identité nationale, de licenciements à la mode Continental, de rafles de sans-papiers ou d'opposants politiques, de gamins bousillés par la police dans les banlieues, ou de ministres menaçant de priver de diplôme ceux qui osent encore occuper leur fac, pour décider qu'un tel régime, même installé par un plébiscite aux apparences démocratiques, n'a aucun titre à exister et mérite seulement d'être mis à bas ? C'est une affaire de sensibilité.

La servitude est l'intolérable qui peut être infiniment tolérée. Parce que c'est une affaire de sensibilité et que cette sensibilité-là est immédiatement politique (non en ce qu'elle se demande "pour qui vais-je voter ?", mais "mon existence est-elle compatible avec cela ?"), c'est pour le pouvoir une question d'anesthésie à quoi il répond par l'administration de doses sans cesse plus massives de divertissement, de peur et de bêtise. Et là où l'anesthésie n'opère plus, cet ordre qui a réuni contre lui toutes les raisons de se révolter tente de nous en dissuader par une petite terreur ajustée.

Nous ne sommes, mes camarades et moi, qu'une variable de cet ajustement-là. On nous suspecte comme tant d'autres, comme tant de "jeunes", comme tant de "bandes", de nous désolidariser d'un monde qui s'effondre. Sur ce seul point, on ne ment pas. Heureusement, le ramassis d'escrocs, d'imposteurs, d'industriels, de financiers et de filles, toute cette cour de Mazarin sous neuroleptiques, de Louis Napoléon en version Disney, de Fouché du dimanche qui pour l'heure tient le pays, manque du plus élémentaire sens dialectique. Chaque pas qu'ils font vers le contrôle de tout les rapproche de leur perte. Chaque nouvelle "victoire" dont ils se flattent répand un peu plus vastement le désir de les voir à leur tour vaincus. Chaque manœuvre par quoi ils se figurent conforter leur pouvoir achève de le rendre haïssable. En d'autres termes : la situation est excellente. Ce n'est pas le moment de perdre courage.

Fascinant ! On en vient à se demander à quoi ce jeune intellectuel a pu être biberonné pour développer une telle pensée au XXIème siècle.

24/05/2009

L’organisation écologique Cannabis sans frontières présente une liste en Région Ile de France pour les élections européennes. Son profil Facebook a été censuré au bout de trois jours d’existence début mai déclenchant l’ire d’un de ses membres-candidats qui déclare : « Ces réseaux sociaux virtuels sont des outils d’auto-délation, où les données privées et personnelles peuvent devenir des instruments du flicage policier. On observe que pour le recrutement, comme pour contrôler les activités et les opinions de certaines personnes, ces sites sont des calamités pour la démocratie et les libertés individuelles ».

Je pense qu’au moins sur ce point il n’a pas tout à fait tort. D’ailleurs la police est la première à expliquer que la première chose à faire pour démarrer une enquête est lancer une recherche Google. Facebook est devenu un outil de travail important des responsables ressources-humaines pour le recrutement en entreprise… Ces sites dits sociaux de battent par ailleurs pour être légalement autorisés à conserver les données personnelles pour une certaine durée. Quant à ce qu’ils font illégalement je préfère ne pas le savoir. Mais au moins cela est transparent, on sait qu’il y a un véritable enjeu pour la conservation de ces données. L’enjeu est pour le moment commercial mais qui sait ce qu’il pourrait devenir dans un autre contexte ?

L’utilisation abusive de données personnelles sur Internet, c’est comme le risque de prise en otage en vacances au Baloutchistan, pour l’éviter il suffit de ne pas y aller.

23/05/2009

Des touristes français voyagent au Baloutchistan avec deux enfants. Ils se font attraper par une bande de forbans locaux : bilan un otage, le reste de la famille est libéré. Passer des vacances au Baloutchistan c’est comme de faire une croisière au large de la Somalie. Qu’est ce qui peut pousser des citoyens du Monde à partir en vacances au Baloutchistan ? Un engagement militant, le goût du risque, un désir d’exotisme forcené, l’ignorance de ce qui s’y passe ? Il semble se confirmer qu’il n’est pas raisonnable de voyager au Baloutchistan comme en Somalie.

22/05/2009

Délicieuse expo Tati à la Cinémathèque où l’on revient sur le regard perçant que portait le cinéaste sur les illusions de notre société et les défauts de nos compatriotes. Tout ceci est terriblement actuel, malheureusement !

20/05/2009

Intéressant (mais compliqué) rapport de l’INSEE (dit rapport « Cotis » du nom de son directeur général) sur le partage de la valeur ajoutée, des profits et les écarts de rémunérations en France. Il en ressort que la part des rémunérations dans la valeur ajouté des entreprises non financières (donc hors administration, sociétés financières et ménages, soit environ 60% de la valeur ajoutée nationale en 2007) est restée stable depuis 1950 aux environs des 2/3, avec un pic post-choc pétrolier dans les années 70 puis une redescente dans les années 90. Mais à l’intérieur de ce bloc de 2/3, la part consacrée aux charges sociales a progressé plus vite que le salaire net. De même que la progression du millième le mieux rémunéré a été plus forte que celle des salaires médians, elle-même moins forte que celle des bas salaires.

On y découvre que les 10% des plus hauts revenus salariaux appartiennent aux trois secteurs du conseil, des activités financières et du commerce de gros. En 2005 le revenu moyen (salaires + divers transferts) était de 20 500 EUR, avec une progression très forte à partir des années 90 pour les 0,01% des plus hauts revenus que pour les 90%. Il semble que le creusement de cet écart en faveur des plus riches soit beaucoup plus fort dans les autres pays. La France est dans la moyenne, entre les Etats-Unis où les inégalités sont les plus fortes et la Suède à l’autre bout de l’échelle.

L’excédent brut d’exploitation, c'est-à-dire les 40% de valeur ajoutée restant après déduction des 60% consacrés aux rémunérations, est réparti en 2007 est réparti entre l’autofinancement des entreprises (40%), les revenus du capital versés aux propriétaires du capital (25%), les impôts (15%), les frais financiers (10%) et divers dont (10%).

La conclusion note que malgré la stabilité sur longue période de la part de la valeur ajoutée consacrée aux rémunérations (60%), la faible « dynamique » (ce qui signifie croissance) des salaires nets s’explique notamment par l’augmentation de la part des salaires bruts consacrée au financement de la protection sociale de haut niveau (choix politique français), la montée en puissance de l’emploi précaire.

Bref, une réflexion sophistiquée histoire de donner un peu de sens aux débats « café du commerce » que l’on entend dans les enceintes politiques relayées par les journaux de TF1.

17/05/2009

Tranche de vie du XIVème arrondissement (3) : festnoz devant la mairie du XIVème.

16/05/2009

Tranche de vie du XIVème arrondissement (2) : L'Imprévu, bistrot musique tous les samedis après-midi à deux pas de chez moi, 4 musicos, plutôt talentueux,s’amusent et nous régalent. Ils font scène ouverte et convient les amateurs du coin à venir s’associer aux gigs. Très, très sympa, je me tape une petite bière en écoutant leur blues-rock de quartier.

12/05/2009

Tranche de vie du XIVème arrondissement (1) : au tribunal où je vais déposer une procuration de vote pour les prochaines élections européennes. Une administrée placée devant moi fond en larmes en découvrant un jugement rendu (qu'elle lit tout haut comme pour être sûre de bien le comprendre) qui bloque « l'exhumation du corps ». Je ne sais de quel cadavre il s'agit ni pourquoi, ni comment ni pour qui il était nécessaire de le ressortir de son cimetière : une recherche en paternité, un complément d'enquête pour un crime ? Allez, c'est aussi bien comme ça, il n’est pas nécessaire d’aller interroger les morts pour régler des soucis de vivants.

Il est rassurant de voir la République rendre la Justice, même si cela se passe dans un bâtiment un peu délabré. On ne peut pas aller déterrer les morts n’importe comment.

08/05/2009

7 mai 1945, Jodl signe la reddition militaire de l'Allemagne à Reims. Les signataires conviennent de garder le secret jusqu'au 8 mai afin de laisser encore un peu de temps aux populations allemandes pour passer en zone alliée, de l'autre coté de ce qui sera bientôt le rideau de fer.

Le lendemain à Berlin l'acte définitif est signé au quartier général soviétique par Keitel et une brochette de militaires nazis.

C'est la fin d'un carnage qui aura fait plus de 50 millions de morts. C'est l'aboutissement d'une tragédie dans laquelle la vieille Europe s'est compromise d'une façon définitive et qui n'a pas fini de produire ses effets délétères.

07/05/2009

Concert de The Ting Tings au Bataclan, un incroyable duo britannique à l'énergie communicative. Lui à la batterie/chant (plus quelques excursions guitare et claviers), elle guitare/chant. Un groupe qui serait l'enfant des Talking Heads et de Devo menée par deux personnalités fortes. Le Bataclan sombre dans l'hystérie et la moiteur. Une grande découverte.

06/05/2009

Lily Allen à la Cigale : petite brune londonienne de 23 ans, mutine et cabote, délicieuse et "tête à claques", lolita en collant résille, nouvelle héroïne des adolescents, alternant clope et verre de blanc, nous déroule un show sucré devant un parterre de gamin(e)s en adoration. Lorsque l'on dépasse un peu les 25 ans il faut tout de même quelques minutes avant de rentrer dans le spectacle, mais on y arrive finalement. On peut lui reconnaître un vrai talent de show-woman et surtout une très jolie voix au service d'un véritable talent de chanteuse. Le reste est sans trop d'importance et sera vite oublié.

02/05/2009

Marc Touati, oracle économique mondain devant les caméras et les micros, explique que la moitié des chômeurs actuels est due à la crise et l'autre à la "peur de l'avenir" ! Et la peur de l'avenir elle est due à quoi ?

Pour rappel, Touati avait commis un site web intitulé www.stoptrichet.com qui vouait aux gémonies le patron de la banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, accusé de dogmatisme, de cynisme, d'attitude méprisante, j'en passe et des meilleures. Evidemment ce brûlot a été lancé fin 2006 début 2007, depuis les choses ont un peu évolué, les prévisions et analyses de Trichet se sont peut-être révélées plus adaptées que les envolées mondaines de Marc Touati. Le site web existe toujours mais avec bien moins de promotion.

Touati tient un blog vidéo : www.marctouati.com, sorte de café du commerce financier où le chroniqueur parade chaque semaine avec une nouvelle cravate à rayures, et continue sa charge contre la banque centrale qui semble relever de l'obsession.

29/04/2009

Bouton, président de la société générale, jette l'éponge et démissionne, cette fois-ci pour de bon. Ancien fonctionnaire de la République il n'a finalement pas été ni meilleur ni moins bon que ses coreligionnaires ou ses employés, il a simplement été plus voyant. Il y a une vidéo repassée en boucle ces derniers temps par les télévisions qui le montre dans une réunion en train de rallumer un gros cigare coincé entre ses dents, serrées dans un rictus pour tenir la bête. Ces images lui ont fait autant de mal que ses stock-options.

Il a participé à la grande fête financière de ces dix dernières années, attisant les illusions auxquelles il a sans doute cru, que le Monde serait financier ou ne serait pas. Il a mangé dans la même soupe que toute la communauté financière, il l'a même aussi servie d'ailleurs. Il a réussi à maintenir sa banque indépendante ce qui n'est pas le plus mince de ses exploits. Il l'a sauvée après la découverte de l'escroquerie de Kerviel le trader-fraudeur. Mais il aurait bien voulu rester encore quelques années dans son fauteuil car lorsque l'on a goûté aux charmes des hauteurs il est bien difficile d'en redescendre.

Dans sa lettre adressée au personnel il explique que les attaques personnelles dont il est l'objet en permanence lui sont insupportables et risquent de nuire à la banque. C'est vrai, à force d'être trop voyant et de rallumer ses cigares devant les caméras il est devenu le symbole de tous les excès du capitalisme financier et la ciblepréférée des médias et gouvernants. En ces temps de débâcle mondiale il a tellement incarné le patron arrogant repu de rémunération à 6 zéros que le petit monde des internautes et autres blogueurs en est venu à l'exécrer quand dans le même temps il glorifiait Kerviel le trader-fraudeur. Déplorable inversion des rôles mais résultat prévisible d'un comportement général du monde de la finance.

Il se retire, c'est correct de sa part et utile pour son entreprise. Il ne sera pas irremplaçable, la Société-Générale vivra après Bouton.

28/04/2009

Tapie, ancien taulard, repris de justice, truqueur de matchs de foute-balle, ex-ministre, ex-député, comédien de boulevard, en faillite personnelle mais refinancé par le contribuable français, se remet à l’ouvrage et fait la une de l'actualité. Il fait part de son intérêt pour racheter des entreprises comme Le Club Méditerranée. Aussitôt le cours en bourse de celle-ci flambe. C’est dire que les soi-disant analystes financiers et investisseurs en mal de bonnes idées estiment que Tapie à la barre du Club pourrait apporter de « la valeur » pour l’actionnaire. A quel point de désespoir en sont-ils arrivés !

Ce Tapie est tout de même un incroyable phénomène. On peut lui reprocher tout ce qui précède et percevoir son retour avec effroi dans les différents mondes qu’il a déjà fréquentés, mais on ne peut guère l’accuser de manque de pugnacité. Bien d’autres que lui seraient allé se la couler douce au soleil grâce au magot empoché sur le dos du contribuable français et du fait des erreurs du Crédit Lyonnais (parmi bien d’autres). Eh bien non, lui il remet ça.

On risque même de le revoir en politique car en France les repris de justice se présentant au vote des électeurs remportent généralement un franc succès (Emmanuelli, Mellick, Juppé). Il lui faudra tout de même veiller au grain car c’est un domaine où il a trouvé plus roué que lui par passé.

27/04/2009

Le Fonds monétaire internationale (FMI) publie des prévisions économiques pessimistes, expliquant que les actifs des banques sont encore sérieusement surévalués et que des pertes sont encore à craindre. Les gouvernements s'émeuvent de cette communication non susceptible de remonter le moral des consommateurs, et sans vraiment justifier leurs divergences d'analyse. Comme on ne peut pas dire que globalement les économistes mondains, publics ou privés, aient brillé ces dernières années par la pertinence de leurs analyses ni la clairvoyance de leurs oracles, on ne voit pas pourquoi les dernières prévisions de FMI seraient moins fondées que leurs propres visions mainte fois démenties par les faits.

Ce qui est sûr c'est que l'on ne peut rien avancer de sûr en terme de prévisions économiques et que les analystes seraient bien inspirés d'être un peu plus modestes.

26/04/2009

Hillary Clinton déclare au Mexique que les Etats-Unis sont un grand consommateur de la drogue vendue par les cartels mexicains et sont donc en partie responsables du déchaînement de violence et de corruption qui s'abattent sur ce pays du fait desdits cartels. C'est frappé au coin du bon sens.

25/04/2009

Finalement, après quelques effets de tribune convenus et prévisibles, la déclaration finale de la conférence d'examen de la mise en œuvre et de la déclaration et du programme d'cation de Durban sur les droits de l'Homme est un texte correct qui paraît équilibré. Quelques extraits :

11. Réaffirme que la démocratie et une gouvernance transparente, responsable, soumise à l’obligation de rendre des comptes et participative aux échelons national, régional et international, prenant en compte les besoins et les aspirations de la population, sont essentielles pour prévenir, combattre et éliminer effectivement le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée;

12. Déplore la recrudescence mondiale et le nombre des cas d’intolérance et de violences raciales ou religieuses, notamment d’islamophobie, d’antisémitisme, de christianophobie et d’antiarabisme, se manifestant en particulier à l’égard de personnes par des stéréotypes désobligeants et une stigmatisation fondés sur leur religion ou conviction, et, à ce propos, exhorte tous les États Membres des Nations Unies à appliquer le paragraphe 150 de la Déclaration et du Programme d’action de Durban;

13. Réaffirme que toute apologie de la haine nationale, raciale ou religieuse incitant à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence doit être interdite par la loi, réaffirme en outre que toute propagation d’idées reposant sur la notion de supériorité raciale ou sur la haine, l’incitation à la discrimination ainsi que les actes de violence ou l’incitation à commettre de tels actes doivent être érigées en infractions tombant sous le coup de la loi, conformément aux obligations des États, et que ces interdictions sont compatibles avec la liberté d’opinion et d’expression;

62. Rappelle que l’esclavage et la traite des esclaves, en particulier la traite transatlantique, l’apartheid, le colonialisme et le génocide ne doivent jamais être oubliés et, à cet égard, se félicite des mesures prises pour honorer la mémoire des victimes;

86. Exprime sa préoccupation face à la persistance de la discrimination contre les femmes et les filles fondée sur la race et de la discrimination raciale, de la xénophobie et de l’intolérance à leur égard et souligne combien il est urgent de lutter contre une telle discrimination en donnant la priorité à l’élaboration d’une approche systématique et cohérente en ce qui concerne l’identification, l’évaluation, la surveillance et l’élimination de cette discrimination à l’égard des filles et des femmes, conformément à la Déclaration et au Programme d’action de Durban;

129. Invite la Fédération Internationale de Football Association à adopter, à l’occasion de la coupe du monde de football qui se tiendra en Afrique du Sud en 2010, un thème frappant les esprits sur le non-racisme dans le football et prie la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, en sa qualité de Secrétaire générale de la Conférence d’examen de Durban, de porter cette invitation à l’attention de la Fédération et la question du racisme dans le sport à l’attention d’autres organismes sportifs internationaux intéressés;

Il y a même un couplet sur le racisme dans le foute-balle, ce qui n'est sans doute pas inutile. Bien sûr tout ceci n'est qu'un texte, mais ce sont au moins des objectifs communs signés par la communauté internationale, toutes tendances confondues. C'est bien d'avoir pu le faire.

20/04/2009

Joy Division à l’Espace Saint-Michel hier soir, un documentaire de Grant Gee sur l’histoire fulgurante de ce groupe et son leader charismatique, disparut précocement après seulement deux disques qui ont marqué l’Histoire du Rock : Unknowm Pleasures et Closer. Les musiciens survivants et les acteurs de cette période punk racontent l’étrange alchimie qui a unit ces quatre puristes de Manchester. Ils disent le coté sombre d’Ian Curtis, sa maladie, ils parlent de leur soif de réussir dans la musique. Après le suicide d’Ian, les trois autres ont rencontré un franc succès au sein de New Order, avec un peu moins d’inspiration mais tout de même plus de lumière.

Le nom Joy Division fait référence aux quartiers de femmes dans les camps de concentration qui étaient consacrés aux plaisirs des nazis. Il fait suite à une premier nom, Warsaw, rapidement abandonné en référence au Warzawa de Bowie.

Plus rigolo : en 2001 New Order sort un énième tube Crystal dont le clip montre une bande gamins jouant en playback. Les kids de l’époque s’emballent pour ce nouveau groupe… dont les membres ont tous plus de 45 ans et ont été parmi les fondateurs de la musique post-punk des 80-90’s !

19/04/2009

Exposition William Blake au Petit Palais, j’ignorais que le poète était aussi peintre et graphiste. On découvre des poèmes enluminés sur papier parchemin, les lithographies, des divagations romantico-religieuses, des gravures sur bois, des dessins. On passe de formes et de couleurs dignes de bandes-dessinées psychédéliques à la précision monacale de motifs grands comme un timbre poste. Tout l’art pictural d’un maître des mots.

17/04/2009

La meilleure de l’année, voire de la décennie ! Des footeux français se sont fait sortir de je ne sais plus quelle compétition de foute-balle par des ukrainiens et c’est évidemment une tragédie nationale. J’entends une analyse journalistique étonnante : cette défaite serait due au taux d’imposition excessif des footeux résidents français. Rendez-vous compte, les revenus desdits joueurs seraient imposés 20% de plus que leurs collègues britanniques ce qui expliquerait leur incompétence face à l’Ukraine. Et la concierge de presse d’implorer le gouvernement d’abaisser le taux d’imposition des footeux jouant les clubs nationaux pour leur redonner de la motivation. Il vaut mieux entendre ça que d’être sourd. Dans le même temps une bagarre générale éclate sur un stade où joueurs, spectateurs et arbitres se mettent sur la troche devant les télévisions qui se régalent du spectacle.

Mon Dieu, pardonnez-leur et faite que cette génération abrutie par les matchs de foute-balle et les journaux de TF1 puissent un jour s’en sortir.

16/04/2009

Goldman Sachs lance une augmentation de capital de 5 milliards de dollars pour pouvoir rembourser, au moins en partie l’aide de 10 milliards que le contribuable américain lui a versé pour lui sortir la tête hors de l’eau. Il semble que le but principal soit de se défaire de la limitation des rémunérations imposée par l’Etat fédéral américain aux dirigeants des banques aidées par la ressource publique. Donc on va demander aux actionnaires de souscrire 5 milliards de capital pour permettre aux dirigeants de Goldman Sachs de revenir à leurs salaires d’avant crise qui se chiffraient en dizaines de millions de dollars. Sans doute lesdits actionnaires estiment que si les dirigeants des entreprises qu’ils possèdent sont mieux payés, leurs propres dividendes seront eux aussi à la hausse. L’expérience récente prouve que ce n’est pas toujours le cas. En plein ouragan financier international, il y a des dirigeants de banque qui passent une partie de leur temps à se demander comment pouvoir rétablir leurs rémunérations dantesques. J’imaginais qu’ils consacraient plutôt leurs belles intelligences à redresser un système bancaire sérieusement défaillant ou à analyser les erreurs commises… Le plus extraordinaire dans cette affaire est que les enseignements de la crise à peine tirés sont déjà oubliés et tout recommence comme avant.

15/04/2009

Maurice Druon qui vient de nous quitter avait dit à l’Assemblé nationale en 1973, du temps où il était ministre de la culture : « ceux qui viennent au ministère avec une sébile dans une main et un cocktail Molotov devront choisir ! » Bien entendu toute l’intelligentsia parisienne s’était immédiatement levée contre cette atteinte insupportable à sa liberté d’expression. Je trouve que cette remarque était plutôt rigolote et bien vue, surtout à l’époque…

11/04/2009

L’armée française prend d’assaut le voilier de plaisance piraté par des somaliens : deux pirates et un otage tués dans la bagarre. Mais qu’allait faire une petite famille de bretons en goguette dans le golf d’Aden ? Il semble que la marine nationale avait tenté de les décourager de traverser ces eaux dangereuses, mais sans succès.

Les américains ont également récupéré par la force  leur otage, capitaine d’un cargo chargé d’aide humanitaire. La tension monte, la Somalie en pleine déliquescence continue à faire peur au reste de la planète. Tout le monde s’est cassé les dents dans ce pays anarchique. L’opération restore hope en 1993 où 25 000 soldats et à peu près autant de personnel pour reconstruire et tenter de faire négocier les cheffaillons de guerre pour re-créer un Etat, qui se terminera par un retrait piteux. L’Ethiopie en 2006 entre en Somalie avant d’en ressortir tout aussi piteusement deux ans plus tard. Depuis le pays sombre dans le banditisme, la violence et le chaos. C’est un cas d’école à peu près unique au monde et personne ne sait comment s’en sortir.

Mais après tout la piraterie est un mode de fonctionnement dans la région depuis plusieurs siècles. Relisons Rimbaud et de Monfreid…

10/04/2009

Le dernier disque d’Archive est disponible : controlling crowds. Un joyau !

09/04/2009

Un bateau de plaisance français encore détourné par des pirates somaliens, avec quatre personnes à bord plus un bébé. Mais que vont encore chercher des bateaux de plaisance au large de la Somalie ? Les gens ne sont-ils pas suffisamment informés que la région est dangereuse ? Le bon sens populaire semble se perdre.

Dans le même temps un navire américain chargé d’aide alimentaire du PAM à destination du Kenya probablement pour distribution aux affamés somaliens, est aussi attaqué par des pirates somaliens… Cela me fait penser à un magistral roman de Jean-Edern Hallier, Fin de Siècle, sur l’aide humanitaire qui commençait par le crash sur l’aéroport de Bangkok d’un avion transportant des enfants thaïlandais à adopter, avec un convoi de médicaments. La réalité plus forte que la fiction. Pauvre planète.

08/04/2009

Chez NATIXIS (1,5 milliard de pertes en 2008 suite à des spéculations hasardeuses, 500 suppressions de poste ou plus, quelques échos de parachutes dorés et autres bonus, sans parler de la nomination contestée du nouveau pédégé des deux maisons mères Caisses d’Epargne et Banques Populaires) il y a une commission « Stress, prévention du harcèlement et souffrance au travail » très fréquentée en ce moment parait-il par les traders éprouvés par les états d’âme…

07/04/2009

L’Etat se fait des nœuds au cerveau pour trouver comment expliquer aux élus locaux que l’on va supprimer leur taxe professionnelle mais que ce trou dans leur budget sera intégralement compensé par d’autres ressources. C’est la que la bât blesse pour une France budgétivore. Si l’on supprime un impôt il faudrait arriver à supprimer des dépenses en conséquences, mais si aussitôt la taxe professionnelle passée à la trappe on la compense avec d’autres impôts, on revient au point de départ. Eternel recommencement !

Et les impôts locaux 2009 sont annoncés en forte hausse dans quasiment toutes les villes de France. En fait les municipalités spéculaient sur l’immobilier en encaissant des droits de mutation en constante progression. Du fait de la baisse des transactions immobilières, en nombre et en valeur, l’assiette taxable se réduit comme peau de chagrin. Les dépenses ne suivant pas la même voie, il faut bien se rattraper sur d’autres impôts. Les municipalité, comme les propriétaires, petits et grands, avaient fini par considérer comme normal que la valeur immobilière progresse de plus de 10% par an. Cela s’appelle de la spéculation, au sens propre du terme.

06/04/2009

La Turquie fait un psychodrame et cherche à empêcher la nomination d’un danois comme secrétaire-général de l’OTAN à cause des publications dans la presse danoise des fameuses caricatures du prophète. Ce n’est pas très malin de la part du gouvernement turc, pourtant habituellement plus avisé, d’introduire des critères religieux dans une alliance militaire. Il donne les cordes pour le battre.

05/04/2009

Un point intéressant dans le plan d’assainissement des écuries d’Augias du système financier américain c’est que les tombereaux de fumier de la dette de ces établissements va être rachetées en association entre le contribuable américain et des fonds spéculatifs. L’objectif est évidemment de revendre cette dette en encaissant une plus-value lorsque les jours seront meilleurs. C’est un peu désarmant de voir rentrer ces institutions par la fenêtre alors qu’on les avait chassées par la porte, mais il semble que l’on ne puisse se passer d’eux. Ils sont prêts à spéculer sur une dette dont la valeur s’est effondrée notamment du fait de leurs propres spéculations débridées. C’est un peu comme si l’on demandait à un cambrioleur de donner des conseils pour protéger les maisons.

04/04/2009

Ma supérette change de look en passant de la marque « Attac » à celle de « Simply Market ». Le caissier m’explique doctement qu’il s’agit d’un nouveau concept ! En gros tous les rayons ont été secoués, on y trouve la même chose mais à des endroits différents, un peu comme lorsque l’on passe de Windows XP à Windows Vista. Et au lieu de recevoir son bonus à la demande, il est déduit de chaque achat. Pipeautez, pipeautez, il en restera toujours quelque chose. Et puis je suggère que l’on réserve ce terme de concept qui veut dire « idée conçue par l’esprit » à des choses moins bestiales que la supérette du coin…

03/04/2009

Au cours de mes récentes pérégrinations aux Père Lachaise je découvre que la tombe de Paul Eluard est mitoyenne de celle de Maurice Thorez. Quelle insalubre promiscuité !

02/04/2009

Ca c’est une échographie de mon épaule gauche qui me fait mal depuis six mois. Les trucs blancs filandreux c’est une tendinite calcifiante… En gros ça commence à ne plus coulisser correctement et à se solidifier. Je rentre doucement dans le club des souffreteux des articulations.

01/04/2009

Ce soir jour de foot-balle national je monte à Belleville assister à un concert de l’immense Hugh Cornwell, j’ai nommé l’ex fondateur-leader des Stranglers, oui vous avez bien lu, LE Cornwell des Stranglers, chanteur-guitariste-compositeur anglais des plus belles épopées du post-punk. Il joue dans la cave de La Java, cela sent le shit et le kébab en surface, et en bas 50 fans assistent au concert comme dans leur salon. Il est entouré d’un batteur, et d’une bassiste de 25 ans aussi pulpeuse qu’agile à son instrument où elle tient largement la comparaison avec JJ. Mini-jupette léopard, rouge à lèvres curien sur un rictus enfantin, une bass rouge grenat, elle danse, fait les chœurs et déroule ses mélodies de bass comme si sa vie ne dépendait.

Hugh, habillé de noir, joue, très fort, de sa guitare noire des chansons noires. Il est parfois ironique et toujours un grand musicien. A eux trois ils nous donnent deux heures de rock pur et dur. Les 50 fans, dont beaucoup d’anglais, en restent sonnés. Le dernier disque (en téléchargement gratuit) est joué intégralement, agrémenté de reprises des Stranglers : Golden Brown, Always the Sun, No More Heroes, Black Hair Black Eyes Black Suit et d’autres joués en formation à 3, sans clavier bien sûr, le résultat est exaltant.

31/03/2009

Dernier concert d’Amy Macdonald ce soir. Les héros sont un peu fatigués, cette tournée a été longue. La voix est légèrement éraillée dans les aigus, un seul rappel qui se termine sur Let’s Start a Band enfiévré. Mais toujours cette émotion qui irradie de ce groupe dont la simplicité égale un vrai talent naissant. D’ailleurs Amy nous explique que ce soir a été vendu le 2,5 millionième exemplaire de son album.

30/03/2009

Amy Macdonald à l’Olympia. Elle et son groupe sont comme à leur habitude, jeunes, sincères, énergiques. Après 1 an ½ de tournée, Amy termine à l’Olympia après avoir découvert Paris il y a six mois à la Maroquinerie… Quel trajet ! Ce soir encore le grand mystère des Highlands reste dans les limbes : comment une artiste qui parle avec un tel accent écossais peut-elle chanter dans un anglais si limpide ?

28/03/2009

Délicieux concert de Sophie Hunger à la Boule Noire, pas même 25 ans, bourrée de talents, muti-instrumentistes, compositrice avérée, elle chante avec une voix soul sur les rythmes enlevés, brumeuse sur les ballades, émouvantes sur les reprises, jazzy sur l’ensemble. 4 rappels dont le dernier joué unplugged tous assis sur le rebord de la scène. Des reprises opportunes avec Like a Rolling Stone de Dylan à la guitare électrique, Le Vent l’Emportera de Noir Désir debout et Avec le Temps de Ferré chanté au piano. Elle est remarquablement accompagnée de 4 musiciens, dont un trombone bouchant sa machine d’improbables sourdines produisant des sons étranges.

23/03/2009

Fin de l’histoire SOCIETE GENERALE, les quatre mandataires sociaux renoncent à recevoir leurs stock-options, purement et simplement, via une lettre au personnel. Des syndicats internes à Sarko, en passant par les politicards, tout le monde s’est ligué pour faire chuter les impudents qui se sont finalement inclinés.

22/03/2009

Je suis allé écouter Bleu Pétrole cette après-midi sur la tombe de Bashung. Il est bien maintenant, au Père Lachaise, sous un monceau de fleurs, de regrets et de tendresse. A ré-écouter aussi, sa lecture des lettres de Calamity Jane à sa fille sur France Culture, c’est émouvant.

21/03/2009

Et pendant ce temps on continue à servir la soupe à la SOCIETE GENERALE (et probablement dans bien d’autres banques) en distribuant des stock-options. Le conseil d’administration de la banque a publié un communiqué du 18/03/2009 pour annoncer un programme de distribution de stock-options quatre mandataires sociaux du groupe. Evidemment les prix d’exercice est proche des cours du jours, donc particulièrement bas par rapport à la moyenne des dernières années.

Devant la levée de boucliers déclenchée par ces largesses, un nouveau communiqué du 20/03/2009 est publié informant que l’opération concerne également la distribution d’actions gratuites et de stock options pour les salariés du groupe. Le communiqué se termine en précisant que « …afin de favoriser un retour à une plus grande sérénité dans le débat sur la rémunération à long terme des dirigeants, les mandataires sociaux du groupe s’engagent à renoncer à lever ces stock-options tant que Société Générale bénéficie d’un appui en fonds propres de l’Etat. »

Même si de mauvais goût, toutes ces décisions sont prises bien entendu de façon parfaitement légale par assemblées générales et conseil d’administration. Je suis vraiment curieux de connaître les mécanismes conduisant les conseils mettre en œuvre ces résolutions de leurs actionnaires. Est-ce qu’il a au moins un administrateur qui lève le doigt en disant à ses camarades que ce n'est peut-être pas le meilleur moment pour de telles distributions ? Est-ce qu'il n'y en a pas même un qui pense que cela puisse poser un problème éthique ? Ou alors est-ce que tout le monde en est conscient mais s'en fout royalement ? Je penche plutôt pour la dernière option.

Après Merrill Lynch, AIG, les banques françaises, l'une des préoccupations importantes des top-managements des grandes banques mondiales semble être la rémunération des troupes et la leur. La refondation du capitalisme a encore du chemin à faire…

20/03/2009

Outre les émois provoqués par les bonus versés aux dirigeants d’AIG, assureur américain, n°1 mondial, sauvé de la faillite (pour le moment) par le contribuable de l’Oncle Sam, un point plus ou moins passé sous silence est qu’une bonne partie du prêt de sauvetage d’AIG de 170 milliards de dollars a servi à honorer ses engagements vis-à-vis de banques. On parle, en milliards de dollars, de 12,9 pour GOLDMAN SACHS, 11,9 pour SOCIETE GENERALE, 11,8 pour DEUTSCHE BANK, 4,9 pour BNP PARIBAS, 2,3 pour CALYON et la liste est longue.

En fait en renflouant AIG le contribuable américain a sauvé d’une mort probable certaines banques européennes. La SOCIETE GENERALE a affiché 2 Mds EUR de profit en 2008 si elle n’avait pas reçu les 12 d’AIG elle aurait sans doute perdu 10, donc c’était le dépôt de bilan… Hum, hum, hum.

Et tous ces bons banquiers se sont évidemment bien gardés de dévoiler le pot aux roses. J’imagine qu’ils ont serré les fesses en attendant de voir si le contribuable américain allait sauver AIG ou pas. Il y a du y avoir un sacré lobbying entre les capitales européennes et Washington sur le sujet. Sans doute si les contribuables américains n’avaient pas casqués c’est nous (au moins pour les banques françaises) qui aurions craché au pot.

Dernière interrogation : qu’est-ce que la SOCIETE GENERALE est allé bricoler pour perdre 12 milliards de dollars (!!!) qu’une compagnie d’assurance américaine a du lui rembourser ? Sans doute des produits « dérivés » auxquels ses traders divas n’ont rien compris à leur création et qui se sont effondrés avec la crise actuelle. Tout ceci devait être couvert par des produits non moins sophistiqués auxquels les traders divas d’AIG n’y comprenaient pas plus. Les engagements réciproques sont montés, montés, sans que personne ne soit capable d’évaluer les risques véritables, pris dans « l’exubérance irrationnelle du marché » et on en est arrivé où nous en sommes.

19/03/2009

Les Etats-Unis découvrent que l’assureur AIG, n°1 mondial, qui a été sauvé de la faillite par le contribuable américain via un prêt public de 150 milliards de dollars en échange d’une nationalisation à hauteur de 80% de son capital, est en train de verser des bonus à ses salariés à hauteur de 450 millions de dollars.  L’assureur, empêtré avec des actifs sans valeur (credit defaut swap) a perdu 99,3 milliards de dollars en 2008. Le pédégé du groupe auditionné par les parlementaires a déclaré : « nous devons continuer à gérer notre entreprise comme une entreprise… en tenant compte de la froide réalité. A cause de cela et de certaines obligations légales, AIG a récemment versé des bonus, dont certains sont une faute de goût. » Une faute de goût, c’est peu dire. Il s’est aussi engagé à demander à ses cadres de reverser la moitié des bonus perçus pour ceux qui ont touchés plus de 100 000 USD.

Quandil parle de « froide réalité » c’est l’un des paradoxes de cette gigantissime escroquerie aux contribuables : ceux qui ont mis en place ces instruments financiers « dérivés » tellement complexes que plus personne, pas même eux, n’y comprend plus rien, et qui ont générés les faramineuses pertes actuelles du système financier sont les seuls à pouvoir essayer de « démêler les pelotes ». Dons les banques en quasi-faillite sont tout de même obligés de garder les coupables dans leurs effectifs et, qui plus est, de leur verser des bonus en principe destinés à récompenser leurs performances, sous peine de les voir partir à la concurrence… On marche sur la tête et ce type de situation a le don d’exaspérer les contribuables. On peut le comprendre. C’est la négation même des principes capitalistes.

18/03/2009

Benoît 16 soupapes nous fait encore une sortie de son cru. Rien de bien neuf sous le soleil, toujours une vision très conservatrice du monde qui l’entoure. Mais pourquoi changerait-il ? Il a été élu pour ça.

Il s’agit cette fois-ci de préservatifs qui ne seraient pasl a solution du problème du Sida en Afrique, et même l’aggraverait. Il a dit cela dans l’avion qui l’emmenait à Yaoundé donc cela a créé un léger buzz sur les ondes médiatico-mondaines. Il ne s’agit pas d’une gaffe ou d’un raté de communication mais de sa pensée profonde sur le sujet. C’est un dogme, comme l’immaculée conception, et il ne faut pas s’attendre à ce qu’il en change. Voir un jour le pape distribuer des préservatifs sur le marché de Douala, c’est un peu comme si Fidel Castro montait un hedge fund à Wall-Street ! Cela ne se produira pas, ne rêvons pas. S’attendre à ce qu’il passe ses convictions sous le tapis n’est guère plus réaliste.

Mais après tout, est-ce si grave ? N’a-t-on pas tendance à surestimer l’influence de la parole papale ? Combien d’individus sur les 22 millions de malades du Sida en Afrique ont été sensibles aux pensées de Benoît 16 soupapes ? A mon avis une infinitésimale minorité, donc le pape peut pérorer ses dogmes et ses convictions tant qu’il le voudra que cela ne change plus la face du Monde, dommage pour lui mais heureusement pour les malades. Autant traiter cette sortie comme elle le mérite, pas le mépris plutôt que dans le tintamarre. Si l’on aime pas son auteur, il ne fallait pas voter pour lui.

17/03/2009

La France qui compte rend hommage à Bashung : France 2 repasse hier soir La Tournée des Grands Espaces et diverses interviews, Libé ce matin titre : Vertige de la Vie et France Inter rejoue ce soir le concert des Francofolies l’été dernier. Dans mon train ce soir en provenance de Guingamp j’écoute Bleu Pétrole, bien sûr.

16/03/2009

Les brutes anabolisées étaient de sortie hier et se sont fait étendre par l’équipe d’Angleterre. Eh oui, on ne vainc pas comme ça les descendants de la Reine Victoria qui a étendu son empire sur la planète entière, ni les enfants de la Reine Elisabeth qui en 1940 haranguait son peuple début sur les ruines de Londres ; on ne peut guère contre les contemporains de David Bowie et Mick Jagger ; d’autres s’y sont cassé les dents et mangent les pissenlits par la racine aux Invalides, c’est le cas de le dire. Les franchouillards avaient pourtant sorti la Bête ; vous savez celui mi-homme de Cro-Magnon mi-loup-garou, celui qui n’est que système pileux-nerveux et qui parade sur les publicités Seat, celui qui a un nom qui ressemble à une marque de bifteck haché. Eh bien même lui n’a pu éviter ce Trafalgar du ballon ovale. Merci à la malicieuse Albion de ramener régulièrement l’orgueil hexagonal à un peu plus de modestie.

15/03/2009

Pour lutter contre le surendettement des ménages les banques (qui en sont il est vrai en partie responsables) vont devoir signifier à leurs emprunteurs que : « le crédit est remboursable » ! Cela me fait penser au logo qu’il a fallu ajouter sur les bouteilles d’alcool pour rappeler qu’il est dangereux pour les femmes enceintes.

Le message sur le crédit est un bon message. Il pourrait à mon avis être complété par une information similaire aux contribuables français, et autres, rappelant que les montagnes de dettes en cours d’empilement par les Etats aux abois devront également être remboursées, et que cela ne pourra être fait que par une augmentation massive des impôts et une réduction drastique des dépenses publiques dès que la fin de la crise sera en vue. Tout gouvernement qui raconterait autre chose devrait être brûlé vif en place publique pour les chefs d’accusation de mensonge, félonie, escroquerie, duperie, manipulation, forfanterie et faux-jettonerie, bref, pour politicaillerie aggravée.

J’ai toutefois du mal à imaginer que toute cette dette pourra être intégralement remboursée un jour… Il y aura bien à un moment ou à un autre des accords de rééchelonnement/ annulation du style Club de Paris, mais cette fois-ci débiteurs et créditeurs seront sans doute issus du même club de pays riches. L’accord n’en sera que plus compliqué à trouver.

14/03/2009

Bashung est parti cette après-midi à 61 ans. C’était attendu mais c’est un jour terriblement triste. Il était apparu mal en point aux dernières victoires de la musique au début du mois. Il y avait trouvé l’énergie de chanter Résident de la République et de souffler dans son harmonica. C’est un artiste immense qui nous a quitté aujourd’hui, poète espiègle, troubadour solitaire, rocker jusqu’au fond de l’âme, ses compositions parfois étranges nous accompagnent depuis 30 ans. Instillant son inspiration dans notre vie de tous les jours, déclinant ses notes sur la bande-son d’une génération, il a montré que l’exigence, la hauteur, l’originalité, la pureté, sont encore des valeurs dans notre civilisation-zapping. Merci pour ça, ce ne fut pas vain.

Il reste une œuvre d’une immense grandeur, le souvenir de tournées exceptionnelles : celle des Grands Espaces, pleine de rêves nomades ; celle de Bleu Pétrole, imprégnée d’une beauté poignante ; et toutes les autres ; il reste le souvenir d’un Homme qui a su parler aux siens !

13/03/2009

  • J’entends Luc Ferry dire à la radio que désormais plus personne n’achète des CD, « sauf les vieux ». Bonne nouvelle… Et quelques minutes plus tard Mélanchon qui cite Radiohead en exemple pour le mode de vente sur internet de son dernier disque.
  • La semaine dernière lors d’une conversation de bar à Kiev avec un ami serbe (plutôt modéré), il me confirme que le problème du Kosovo est loin d’être résolu, qu’il ne s’agit pas d’une excitation de nationalistes enfiévrés mais bien du cœur de la Nation serbe. Jamais la Serbie ne reconnaîtra l’indépendance du Kosovo et le peuple entier soutient ses dirigeants dans cette position, pour toujours et à jamais. Donc on n’a pas fini d’entendre parler de cette question kosovar. Nous sommes d’ailleurs dans une situation internationale plutôt inédite avec un paquet d’Etats ayant reconnu et un autre paquet refusant de reconnaître, sur des motifs plus ou moins avouables. Il est difficile de prononcer le match nul sur ce genre de sujets…

12/03/2009

Très intéressant : un texte antillais trouvé sur Internet, le « world wide web » décidément de plus en plus sauvage. Une déclaration de 2000 du syndicat UGTG dont le nouveau patron est Elie Domota, héraut de la rébellion guadeloupéenne de ce début 2009. On y lit quelques perles qui sont frappés au coin du bon sens:

  • La classe politique guadeloupéenne a perpétuellement agi pour sa propre reproduction. Toute son énergie a consisté à domestiquer les masses, à contraindre les hommes à agir pour sa propre ascension, à limiter l'action politique collective à la satisfaction de ses intérêts personnels et immédiats. Elle a utilisé la division, elle a encouragé l'assimilation, elle a façonné la lâcheté et la capitulation, elle a zonbifié le peuple de Guadeloupe.
  • Tous prétendent que notre majorité, notre identité, notre authenticité ne pourra s'exercer sans le contrôle de la France et le financement de l'Europe. Ils poussent le ridicule jusqu'à réclamer les mêmes droits que les nations libres de la Caraïbe tout en restant Français et Européen. Ils n'ont jamais reconnu que les 50 ans de départementalisation et d'intégration à l'Europe a exclu notre pays de la Caraïbe, a anéanti la créativité, a aliéné notre peuple. Comment en effet vouloir aujourd'hui se réclamer Caribéen après avoir des années durant utilisé les difficultés des pays de la Caraïbe comme repoussoir aux idées indépendantistes, après avoir dénigré et pourchassé les peuples de la Caraïbe vivant en Guadeloupe, après n'avoir juré que par la France ?
  • Le développement économique de la Guadeloupe comme fondement de l'équilibre social et de l'épanouissement des hommes est un leurre si elle ne relève pas d'une stratégie politique révolutionnaire tendant à transformer les rapports sociaux, à rompre avec les liens coloniaux qui nous lient à la France et à combattre les rapports de domination capitaliste.
  • Nous soutenons, comme depuis décembre 1973 que : Le peuple Guadeloupéen a droit à l'autodétermination ; le droit de la Nation Guadeloupéenne à la pleine souveraineté et à l'Indépendance Nationale est inaliénable ; les intérêts de la classe ouvrière, des producteurs et des créateurs Guadeloupéens ne seront préservés que par leur engagement dans la lutte.

S’en suivent un appel à la grève général et une liste d’objectifs à « arracher » dont certains sont légitimes comme la promotion de l’histoire de la Guadeloupe, la conception de programmes d’éducation populaire, le développement économique et néanmoins durable, etc. mais parfois aussi quelques dérapages révolutionnaires du style la production par des « entreprises réellement guadeloupéennes », « l’arrêt du génocide par substitution de notre peuple » ainsi que l’énigmatique point 15 de cette liste à la Prévert qui stipule « le financement de tous nos projets par la dette coloniale ».

Très finement Elie n’a pas mêlé de revendications autonomistes aux négociations de février 2009, il aurait pollué le débat et donné à ses adversaires la corde pour le pendre. Il lui reste maintenant à diffuser ses idées indépendantistes auprès de « ses frères », je crains que la tâche ne soit autrement plus ardue que de faire plier un préfet de la République sur des augmentations de salaire qui seront réglées par le contribuable, y compris antillais d’ailleurs.

11/03/2009

Ils n’ont pas un communiquant chez Total ? A priori non car sinon ils auraient sinon été un plus discrets pour virer 600 personnes un mois après avoir annoncé un profit consolidé de 14 milliards. Il aurait sans doute suffit de laisser faire tranquillement les départs naturels plutôt que des annonces de licenciement évidemment mal à propos. Cela aurait peut-être coûté quelques centaines de milliers d’euros supplémentaires mais serait resté plus anonyme. On ne me fera pas croire que Total est à ça prêt. Même un actionnaire, financièrement rapace, intellectuellement borné et géographiquement domicilié à Andorre est capable de comprendre, parfois, la nécessité d’un investissement « politique ». Soit cette boîte le fait exprès soit elle manque du plus élémentaire sens politique. J’avoue qu’entre les deux hypothèses mon cœur balance.

10/03/3009

Madoff risque 150 ans de prison, il va plaider coupable. A mon avis il sera plus tranquille à Sin Sin pour le restant de ses jours car sinon, en liberté, je crains qu’un jour ou l’autre une investisseur ruiné ne le pende par ses boyaux à un lampadaire de Time Square ! D’ailleurs il paraît que la police lui fait porter un gilet pare-balles lorsqu’elle l’amène voir le juge.

09/03/2009

Les accusés corses au procès en appel du meurtre du préfet Erignac changent de version comme de cagoule. Ils s’accusent les uns les autres, se renient, se dénient, se nullifient. Ils sont malins, ils jouent avec le système et en tirent les ficelles devant un tribunal ébahi et Madame Erignac dépitée. Les avocats (corses généralement) se lancent dans des tirades sans fin sur les atteintes à la démocratie, se disent victimes de la raison d’Etat. Les journalistes à sensation présentent comme un coup de théâtre le fait qu’Alessandri s’accuse du crime alors qu’il ne fait que renouveler sa position de 2004. Pendant ce temps le comité de soutien de Colonna vend des T-shirts sur un site web Yvan Colonna. Tout ceci n’est guère brillant.

08/03/2009

Elie Domota, syndicaliste indépendantiste antillais, directeur-adjoint de l’ANPE dans son île, traité de « tonton macoute » par Frédéric Lefevbre le porte-parole de l’UMP aux cheveux longs et gras, nous a fait une sortie sur les entreprises guadeloupéennes : « Soit ils appliqueront l’accord (prévoyant une augmentation salariale mensuelle de 200 euros), soit ils quitteront la Guadeloupe. Nous sommes très fermes sur cette question là. Nous ne laisserons pas une bande de békés rétablir l’esclavage ». Le microcosme politico-médiatique s’émeut de cette tonitruance mais je n’y vois rien de nouveau sous le soleil ! C’est la version cocotier de « la valise ou le cercueil » qui a plutôt réussi qui FLN algérien.

Le peuple sait bien au fond de lui que les iles antillaises seront un jour indépendantes. L’économie est coloniale, Domota a raison, mais la seule façon malheureusement de mettre fin à ce triste état de fait c’est de mettre fin à ladite colonisation. Il ne sera pas possible de le faire dans le cadre juridique actuel. Ce nouvel avatar de la résistance guadeloupéenne ne fait que confirmer ce sentiment : un fonctionnaire de l’Etat français négociant contre des entreprises locales à coups de menaces et de piquets de grève musclés, c’est tout le déprimant symbole de l’incohérence antillaise qui n’a point été brisé cette fois-ci encore. Un nouveau combat gagné comme les précédents, en apparence seulement, le contribuable métropolitain paiera, mais perdu sur le fond, celui de la maturité comme celle dont a fait preuve le peuple de Nouvelle-Calédonie qui est en route vers l’indépendance et du coup a retrouvé cette « dignité » dont les départements d’outre-mer disent que la leur est tellement attaquée.

Le préambule de l’accord salarial obtenu au forceps est parlant, il suffit maintenant de le mettre en œuvre : « considérant que la situation économique et sociale actuelle existant en Guadeloupe résulte de la pérennisation du modèle de l’économie de plantation ; considérant que cette économie s’appuie sur des rentes de situation, de monopole, des abus de positions dominantes qui génèrent des injustices ; considérant que ces injustices touchent aussi bien les travailleurs que les acteurs économiques endogènes ; considérant que ce sont autant d’obstacles au développement économique endogène et à l’épanouissement social ; considérant la nécessité de faire tomber tous ces obstacles en instaurant un ordre économique nouveau prônant une revalorisation du travail de chacun (chefs d’entreprise et salariés) et promouvant de nouveaux rapports sociaux ; considérant que les parties conviennent à ce titre de la nécessité d’une revalorisation substantielle du pouvoir d’achat par un relèvement des bas salaires selon les modalités qui suivent. »

07/03/2009

ExpositionWarhol TV à la Maison Rouge ou les pérégrinations télévisuelles du pape du pop art. On y voit entremêlés des rock stars (Courtney Love, Blondie, Rick Ocasek), des pubs, des mannequins, et Andy sous toutes ses coutures, bref, la jet set new-yorkaise d’une époque révolue, celle du New-York underground tristement remplacé par celui des traders diva, lui-même en bonne voie de décomposition. Quel dommage que cet artiste ait disparu si précocement (des suites d’une bénigne opération en 1987). Grands absents le Velvet Underground et ses membres flamboyants, Lou Reed et John Cale se sont réconciliés à la messe d’enterrement d’Andy et ont produit le disque Songs for Drella en hommage à leur égérie.

05/03/2009

Dînerà Kiev, Ukraine. Ambiance architecture néostalinienne, le tout bien délabré.

01/03/2009

Un beau texte de neuf intellectuels antillais sur la situation de leurs iles. Ils s’écoutent un peu parler ces intellos, mais les bonnes idées sont là : moins de prosaïque et plus de poétique, compléter l’accès aux produits de première nécessité par des facteurs de haute nécessité (vision politique, responsabilité, « manger local » et moins importé, rompre avec le « tout automobile », etc.) Je ne suis pas bien sûr que le domien en train de faire la queue depuis 3 jours devant la station Total du coin de la rue soit bien sensible à ces envolées lyriques, mais l’essentiel est dans ces lignes, dont nombre d’entre elles devraient être d’application bien au-delà des DOM…

28/02/2009

Bashung annule (reporte ?) ses trois Grand Rex de mars. Il apparaît ce soir aux remises de prix de la musique française, plutôt pâlichon. La maladie gagne, hélas. Tiens bon  Alain !

27/02/2009

Encore un exploit de Monsieur « le Marché ». Les bourses n’arrêtent pas de dévisser et la dernière explication avancée serait que « Monsieur le Marché » estime insuffisants les plans de relance mondiaux mis en place pour refinancer ses propres errements. C’est à se taper la tête contre les murs ! Les marchés que l’on découvre aujourd’hui peuplés de banquiers divas, d’analystes mondains et moutonniers, et de traders parfois fraudeurs, ces marchés qui depuis 15 ans s’évertuent à pousser les entreprises à cracher du cash flow au-delà du raisonnable à grand coups d’OPA hostiles, de synergies industrielles, de dézinguage de patrons, de démontage de filières, d’extraction de valeur, et autres pipeautages divers, ces marchés par définition parfaits ont conduit la planète finance à la banqueroute totale.

Pour éviter la fin du monde, les Etats sont en train de pressuriser leurs contribuables à un point tel que nos arrière-petits-enfants continueront à payer des impôts pour rembourser les dettes colossales accumulées pour combler les pertes abyssales générées par les visions de « Monsieur le Marché » (à mon avis d’ailleurs ces dettes ne pourront jamais être intégralement remboursées mais c’est une autre histoire dont nous reparlerons un jour). A coté de ces montagnes de dettes, la RDS/CRDS mise en place par Juppé pour combler les déficits sociaux sur 10 ou 15 ans est de la petite bière. Et donc « Monsieur le Marché » estimant insuffisants ces efforts de plusieurs générations de contribuables continue à casser les bourses histoire de marquer son mécontentement. C’est l’hôpital qui se moque de la charité.

Petit coin d’espoir dans ce monde fou, les ex-patrons britanniques des banques RBS (la plus grosse perte jamais enregistrée par une entreprise au Royaume-Uni : 27 milliards d’euros en 2008) et HBOS, nationalisées par le contribuable anglais pour les sauver de la faillite, ont fait acte de contrition à Westminster avec quelques formules sans doute plus ou moins imposées du style : « je présente mes profondes excuses sans réserve », « nous sommes désolés de la tournure des évènements », « j’accepte pleinement ma responsabilité », « nous avons échoué à prédire ce qui s’est passé sur les marchés du financement » sans pour cela s’empêcher de tempérer leurs fautes personnelles par l’aveuglement collectif : « je ne me sens pas particulièrement coupable à titre personnel. »

Malgré tout, Sir Fred Goodwin, 50 ans, ex-directeur-général de RBS se fait servir une retraite à vie de 720 000 euros/an, sans doute pour bons et loyaux services, qui fait actuellement scandale à Londres où même le premier ministre s’en est ému.

26/02/2009

Polémique sur la déontologie de la nomination du Sieur Pérol à la tête des Banques Popu mariées en urgence avec les Caisse d’épargne, l’une et l’autre coupable d’avoir joué et perdu avec notre épargne. Le contribuable est appelé à la rescousse pour réparer les bêtises de la gestion passée d’une direction défaillante qui a voulu faire de la « banque d’affaires » avec l’épargne populaire. Que l’Etat nomme un patron de son cru alors qu’il met quelques milliards au pot ne me gêne pas. Que la commission de déontologie anti-pantouflage soit un peu bousculée en ces temps de crise ne m’empêche pas de dormir. Par contre que la classe politique unanime reconnaisse a priori des compétences incontestables au Pérol me titille un peu.

Ce monsieur a traîné dans de nombreux cabinets ministériels puis a fait un petit tour à la banque Rothschild, archétype de la banque d’affaires, institutions dont on ne dira jamais assez combien elles portent une lourde responsabilité dans la crise actuelle. Peuplées de divas surpayées elles ont des années durant poussé les entreprises à se manger les unes les autres, mis dans la tête « des investisseurs » qu’ils pouvaient escompter jusqu’à la fin des temps des rendements de 15% et autres billevesées. Pérol fut l’un des leurs. Comme le remarque Marianne, son cv est assez proche de celui de Messier lorsqu’il a pris les commandes de la Générale des Eaux et dont l’un comme l’autre n’ont guère eu à gérer vraiment que leur secrétaire… selon le mot de Jacques Calvet, l’ex PDG de PSA, lorsqu’il s’était opposé à la nomination de Jean-Marie Messier au sein du Conseil d’administration de la Générale des Eaux. Je veux bien laisser le bénéfice du doute à Pérol pour le moment mais il n’est sans doute pas encore temps de crier au génie !

Extrêmement comique également dans cette affaire, c’est que Pérol lorsqu’il était chez Rothshild a participé à la création de la« banque d’affaires » Natixis, filiale commune des Banques popu et des Caisses d’épargne, et source de tous leurs problèmes. Pour paraître à la hauteur dans les dîners mondains ces deux institutions ont créé leur banque d’investissement… qui a perdu 2,8 milliards d’euros en 2008, mettant ses deux maisons mère au bord de la faillite.

Pour diriger ce nouvel ensemble Banques Popu/ Caisses d’épargne j’aurais plutôt vu un bon patron régional de l’une ou l’autre institution, les pieds sur terre, la bon sens vrillé au corps, loin des mondanités financières et de leur « exubérante irrationalité ».

24/02/2009

Madame Butterfly à l’Opéra Bastille ce soir. Toujours une grande pureté de la mise en scène de Robert Wilson et une immense émotion de la musique de Puccini.

23/02/2009

  • J’entends le député de Guyane, Christiane Taubira rappeler que lorsque l’on parle de la Lozère on ne parle pas de subventions à ce département comme mais de solidarité nationale. Heureusement aussi on voit assez peu de manifestations dans les rues de Mende déclamant « la Lozère est à nous, pas à eux. ». Par contre, en Lozère comme en Guadeloupe on peut voir des manifestants tirer des coups de fusil sur les barricades, malheureusement.
  • Monpremier concert de techno avec Leïla au Café de la Dance et une première partie espagnole du même registre. Tout ceci est obsessionnel et envoûtant. De la techno, oui, mais de la techno sophistiquée pas du Justice pour jeunes capuchonnés.

19/02/2009

A l’embarquement à Orly pour Berne je surprends un bagagiste et un technicien, tout deux antillais, se marrer en créole sur le sort qui va être réservé aux escadrons de gendarmerie envoyés en renfort en Guadeloupe. Encore un peu de travail avant l’apaisement dans les Caraïbes…

18/02/2009

Un mort tué par balles sur les barricades d’une Guadeloupe à feu et à sang depuis des semaines. Et nos départements d’outre-mer continuent à traîner leurs deux boulets que sont l’esclavage qui voient cohabiter sur des territoires limités les arrières petits-enfants d’esclavagistes et d’esclaves, et la départementalisation qui relève de la plus grosse aberration administrative jamais commise par la République. On n’arrive à extraire ni l’une ni l’autre de ces épines profondément enfoncées dans la vie de ces populations. Accessoirement on pourra se demander si ces petites îles peuvent développer suffisamment d’activité pour faire assurer le même PIB par tête qu’en métropole. Je crains que la réponse ne soit négative mais par contre régler les deux premiers sujets permettrait sans doute de mieux faire avaler le dernier.

17/02/2009

« Balai de chiottes », j’ai nommé le patron à la moustache la plus risible du CAC40, chef pompiste chez Total, affiche les plus gros profits d’une société française. Comme quoi on peut être clownesque et profitable.

14/02/2009

Je dors ce soir à Lisbonne dans la rue où habitait  Fernando Pessoa.

13/02/2009

Je me fais traiter de gauchiste par la nouvelle garde de mes collègues de bureau, que j'ai emmenée déjeuner hors de la cantine habituelle, quand je marque mon intérêt pour les émissions politico-culturelles de Frédéric Taddeï le soir sur France 3. A ma question étonnée sur ce qu’ils lui reprochent on me répond qu’hier soir en fait il y avait un match de foot-balle qui a remporté leurs suffrages… Ils sont étonnants ces soi-disant jeunes, ils ont entre 25 ans et 30 ans et ils sont déjà branchés sur le ballon rond dribblé par des divas anabolisées, plutôt que des émissions intelligentes et sereines qui laissent des intellectuels et des politiques s’exprimer calmement (en principe…) sur des sujets de la pensée ! Le plus drôle est que la garde privée de mes amis, évoluant dans la recherche ou la musique, me prend plutôt pour un indécrottable réactionnaire au service du grand capital.

12/02/2009

Le procureur américain de l'Etat de New York adresse une lettre au président de la commission des Services financiers de la Chambre des représentants le 10 février pour expliquer le résultat de ses investigations aboutissant à la conclusion que, au bord de la faillite avec 27 milliards de pertes sur l’année 2008, quelques jours avant de se faire racheter par Bank of America, sous l’impulsion et avec les sous du contribuable, américain distribuait des centaines de milliards de dollars d'aide, la direction de Merrill Lynch a versé 3,6 milliards de dollars de bonus à 700 de ses cadres et s'est octroyée une très grosse part :

  • Les quatre premiers bonus ont reçu 121 millions de dollars

  • Les quatre suivant 62 millions,

  • Les six suivant 66 millions,

  • 14 personnes ont reçu des bonus de plus de 10 millions, totalisant 250 millions

  • 20 personnes ont reçu des bonus de plus de 8 millions

  • 53 personnes des bonus de plus de 5 millions

  • 149 personnes des bonus de plus de 3 millions

Au total, les 149 plus gros bonus représentent 858 millions. Et 696 personnes ont reçu des bonus d'un million ou plus.

Dans le même temps le contribuable américain avait annoncé qu'il investirait 20 milliards de dollars dans le sauvetage de Merrill Linch et offrait une garantie de 188 milliards contre les pertes futures de son portefeuille. Le patron de Merrill vient d’être débarqué par Bank of America pour ces broutilles plus les frais d’1,2 de dollars qu’il venait d’engager pour la rénovation de son bureau. Les bras continuent de nous en tomber en de désespérés moulinets avant de frapper sinistrement le sol…

10/02/2009

Travis au Grand Rex. RAS.

09/02/2009

Vous avez aimé la Charte des Investisseurs en capital ? Vous allez adorer la future Chartre de la rémunération des professionnels des marchés financiers à publier bientôt par la Fédération bancaire française. De même qu’il n’y a plus une entreprise cotée qui n’affiche ses « valeurs », en interne comme en externe, toute fédération professionnelle, et particulièrement celles objet d’attaques médiatiques, se croient obligées de sortir leur « charte éthique » pour faire bonne figure. Celle annoncée par la FBF est belle et bien bonne mais elle ne pose pas la vraie question qui est de savoir si des rémunérations de plusieurs dizaines de millions (ou même simplement plusieurs millions) d’EUR sont justifiables pour des individus qui jouent l’argent des autres ?

08/02/2009

Je ne suis pas sûr de bien comprendre la énième révolte des enseignants-chercheurs. Ils ne veulent pas être évalués par le président de leur université et s’élève contre l’indépendance annoncée dans la gestion des facs. Est-ce mal ou n’est ce que l’habituelle litanie des français qui s’opposent au changement ?

07/02/2009

Une liste de 163 pages des victimes de Madoff est disponible sur internet. On y trouve même les noms de son avocat, ses enfants, sa femme et son frère. Il a roulé son avocat, il fallait quand même le faire... Coment voulu-vous être bien défendu dans ces conditions ? C’était vraiment un escroc compulsif ce garçon ! Une dernière évaluation du montant de la fraude la ramène maintenant à 15 ou 25 milliards d’USD au lieu des 50 initialement annoncés. C’est déjà mieux mais moi qui ai déjà du mal à imaginer comment un patron de banque peut dépenser 50 millions de bonus annuel alors je ne comprends même pas comment un fraudeur peut dépenser 20 milliards. S’il a étalé ceci sur 20 ans cela fait 1 milliard par an. On achète quoi avec 1 milliard par an ? 10 000 Ferrari à 100 000 USD pièce ? 100 duplex sur la 5ème avenue à 10 millions l’unité ? C’est tout simplement insensé.

06/02/2009

Davos et ses mondanités nous ont offert un vrai festival de retournement de vestes et de faux-jetonneries :

  • Poutine qui explique  que la croyance aveugle dans l’omnipotence de l’Etat… est dangereuse pour l’économie »

  • Alan Greenspan, ancien patron de la banque centrale américaine, est désormais voué aux gémonies pour avoir inondé la planète de liquidités et favorisé le surendettement globalisé

  • Jean-Claude Trichet est désormais cité en exemple lorsqu’il continue d’affirmer avec constance ce qu’il explique depuis 10 ans, notamment que les marchés se trompent

  • Henry Kravis, l’un des patrons-propriétaires d’un des fonds de « private equity » les plus rapaces de la planète déclare : « Si nous en sommes là, c’est parce que nous nous sommes trop focalisés sur le profit. »

Sans vouloir me vanter, déjà agacé par les discours moralisateurs de ces  « princes » de la finance avide de grossir, j’écrivais en 1993 « De qui se moque-t-on ? ». N’ai-je point été plus visionnaire que Greenspan ?

05/02/2009

Les Stranglers à l’Olympia ce soir. Pas de nouveau disque mais juste le plaisir de tourner, et à l’Olympia qui plus est. JJ remerciera son directeur d’avoir « osé » inviter le groupe dans cette salle. Un pêle-mêle de chansons retraçant leur carrière. Toujours de noir vêtus, ils sont épanouis et violents, ironiques et virtuoses. 35 années de punk-rock mâtiné new-wave et toujours à votre service ! Ne changez rien les gars, always the sun.

04/02/2009

Bien vu Barack ! Les rémunérations des dirigeants d’entreprises américaines qui font appel aux contribuables pour survivre seront limitées à 500 000 USD par an et « on va ôter l’air » de leurs parachutes dorés. Selon Les Echos d’aujourd’hui, les rémunérations-bonus-stock-options de ces patrons en 2007 étaient en millions de dollars (par personne) : 70,3 chez Goldman Sachs, 40 chez Lehman Brothers, 30,4 chez JP Morgan Chase, 17,3 chez Merrill Lynch, 22,8 chez Ford ou 15,7 chez General Motors. Pour leurs équivalents en France, il faut diviser par 8 ou 10. Qu’est-ce qui peut justifier des rémunérations pareilles ? J’ai tendance à penser que c’est plus la cupidité et l’indécence que la compétence et la modestie… Je n’imagine même pas comment on peut dépenser de pareils montants annuels.

Evidemment ce n’est pas l’économie de ces sommes qui sauvera la planète finance mais leur suppression ne fera pas de mal. Un peu de morale dans un monde déliquescent. Et encore faudrait-il faire les mêmes coupes claires avec les traders divas. Les Cassandres craignent leur départ ? Eh bien on les remplacera avec des traders payés moins cher.

31/01/2009

Berardo, riche homme d’affaires portugais a dépensé (une partie de) ses sous en accumulant des œuvres d’art du XXème siècle, de Miro à Warhol, titre de l’exposition organisée par le Musée du Luxembourg. En ces périodes d’affairisme débridé sur fonds de crise financière, quel bonheur qu’il reste quelques Hommes riches encore préoccupés par autres chose que la concession Ferrari ou les séminaires de Davos.

En route pour le musée du Luxembourg, rencontre avec le point de départ d’une manifestation des « les jeunes qui veulent vivre autrement » et dont quelques représentant sont mis en examen suite aux dégradations contre les installations de la SNCF et dont le leader est toujours embastillé. Un camion sono diffuse sous une banderole noire affichant fièrement : « Nous sommes tous des terroristes, Al Queida c’est possible. ». Ambiance ! Un rap sample Edith Piaf et un refrain répétitif « destruction de la police » qui fait vibrer la statue de Catherine de Médicis qui en a vu d’autres…

30/01/2009

Barack s’énerve contre les primes « honteuses » que les banques de Wall Street auraient versées à leurs traders diva en 2008 alors que les contribuables américains (et internationaux) financent leur survie.

« Au moment où la plupart de ces institutions étaient près de s'effondrer et où elles demandent l'aide des contribuables pour les soutenir, et où les contribuables eux-mêmes sont dans une situation difficile parce que le système tout entier pourrait leur tomber sur la tête s'ils ne leur venaient pas en aide, c'est le comble de l'irresponsabilité, c'est honteux » a dit Obama.

« Et ce qu'il va falloir entre autres, c'est que les gens de Wall Street, qui demandent de l'aide, fassent preuve de retenue, de discipline et de davantage de sens des responsabilités », a-t-il ajouté.

Libération précise que Les autorités de l'Etat de New York ont indiqué mercredi que les établissements de Wall Street avaient versé 18,4 milliards de dollars de primes à leurs salariés l'an dernier. C'est beaucoup moins que l'année précédente (32,9 milliards en 2007). La baisse est aussi la plus forte en pourcentage (44%) depuis 30 ans. Mais la somme reste la sixième de l'histoire en valeur absolue. Bon, pour être juste il faudrait savoir combien cela fait par bénéficiaire… mais a priori cela doit faire plus que mon salaire annuel.

Certains économistes mondains y vont de leurs commentaires sceptiques sur le fait que si on ne verse plus de prime, ou si l’on baisse leur niveau, on verra s’effondrer de nouveaux établissements financiers. Bon, et alors ? Je fais partie de ceux qui pensent que la chute de Lehman Brothers n’a pas été une si mauvaise chose. Si la survie d’une banque, ou de n’importe quelle autre entreprise, repose uniquement sur un système de rémunération aberrant eh bien la moralisation du système peut justifier qu’elle disparaisse. L’objet social d’une entreprise n’est tout de même pas la rémunération de ses dirigeants !

29/01/2009

Grève sur France-Culture ce matin, je me rase sur RMC. Cela fait longtemps que je n’avais traîné sur les ondes « commerciales » (depuis la dernière grève publique en fait) et j’avoue que cela fait mal ! Entre deux tranches de pub il y a parfois un peu d’information. Enfin, « information » c’est une façon de parler. Aujourd’hui le pauvre Eric Woerth, ministre du tiroir-caisse essayait de paraître intelligent (ce qu’il semble être d’ailleurs) au milieu d’une horde de pipleettes dont l’unique objectif était de l’interrompre dès qu’il échouait à développer un sujet en plus de 10 secondes et de le ramener à des sujets débilitants dès qu’il essayait d’expliquer à ces ignares les subtilités de la finance publique. Bref, mais pourquoi RMC ne fait pas grève ?

28/01/2009

Demain grève générale en France. Une manifestation nationale contre la crise c’est un peu comme une grève contre la tempête dans le sud-ouest, cela ne sert à rien mais ça fait toujours plaisir à ceux qui manifestent. Après tout on laisse bien pérorer les analystes-experts-mondains sur les ondes à longueur de journée avec la même inutilité-vacuité que les marcheurs de demain. Alors pourquoi le bon peuple ne pourrait-il pas aussi s’exprimer ?

27/01/2009

La Grande Sophie à l’Alhambra ce soir après Les Maxens en warm up. Une grande bringue, rigolarde et sympa, guitariste talentueuse à la voix chaude. Mi-rock, mi-pop, elle chante en français des textes tendres et ironiques, nous offre une reprise de Barbara (Dis quand reviendras-tu ?), fais joujou avec sa box à répéter, laisse décoller sa voix et éclate de rire entre les portées.

26/01/2009

Au secours, Messier revient ! Le culot de certains loosers communiquants est sans limite. Jean-Marie Messier, plus obnubilé par son image que par les comptes des entreprises qu’il a dirigées, commet un livre explicatif sur… la crise financière, le tout assorti d’un plan média avec interventions télé et radio soutenues où il donne des leçons de gestion aux dirigeants de notre pauvre planète. C’est l’hôpital qui fait la charité à l’hospice. Le manque de décence et l’aplomb de ce personnage sont assez éblouissants. Un petit rappel d'un communiqué Reuters :

    VU ignorait que Messier avait vendu 258.669 actions en 2001

    PARIS, le 10 avril 2003 (Reuters) - Le groupe Vivendi Universal a déclaré jeudi n'avoir appris qu'il y a deux jours que l'ancien président du groupe, Jean-Marie Messier, avait vendu 258.669 actions du groupe en décembre 2001.

    "Vivendi Universal n'a appris que le 8 avril 2003 que M. Messier avait vendu 152.000 actions le 21 décembre 2001 et 106.669 actions le 27 décembre 2001, soit un total de 258.669 actions Vivendi Universal", a déclaré le groupe dans un communiqué.

    VU déclare avoir immédiatement transmis ces informations aux autorités boursières compétentes, la COB en France et la SEC aux Etats-Unis.

    Jean-Marie Messier avait déclaré jeudi que le rapport annuel 2001 de Vivendi Universal comportait une information incorrecte concernant le montant des titres qu'il détenait dans le groupe de médias, dont il est l'ancien président.

    "Au 31 décembre 2001, je possédais 333.243 actions VU, et le chiffre cité par le rapport annuel 2001 n'a pas pris en compte l'ensemble des opérations de décembre 2001 en raison semble-t-il d'un décalage de leur transcription par la banque gérant les titres pour Vivendi Universal. Le rapport annuel a été établi sur la foi de ce relevé bancaire", soulignait alors Jean-Marie Messier dans un communiqué transmis à Reuters par son avocat.

    Dans un communiqué, la BNP, qui assure les services liés au titre VU et en particulier les plans d'options de la société, "dément l'existence d'erreurs sur la comptabilisation de l'exercice des options et la conservation au nominatif des actions de M. Messier au 31 décembre 2001 dans les comptes dont elle a la responsabilité".

    L'établissement financier ajoute que sa filiale BNP Paribas Securities Services "a fait parvenir à Vivendi Universal toutes les informations nécessaires et a précisé récemment le détail".

    Dans son propre communiqué, Jean-Marie Messier avait alors détaillé un certain nombre d'opérations réalisées sur les titres VU, dont celles réalisées en décembre, mentionnées par le groupe de médias dans son communiqué.

    Cette mise au point de l'ancien patron de Vivendi Univeral contredisait ainsi des articles de presse selon lesquels il aurait cédé des titres du groupe avant qu'une crise financière majeure ne le pousse à la démission en juillet dernier. Jean-Marie Messier indique ainsi qu'il détient actuellement 410.366 titres VU d'une valeur de 5,58 millions d'euros, équivalente à son emprunt non remboursé.

    Dans ce même communiqué, Jean-Marie Messier a indiqué qu'il n'avait cédé aucune action VU en 2002 et en 2003 et qu'il avait quitté l'appartement de Park Avenue à New York, propriété du groupe de communication français.

24/01/2009

Le pape Bebe 16 soupapes annule l’excommunication prononcée par son prédécesseur à l’encontre de quatre évêques anti réforme « vatican II ». L’un des évêques en question conteste l’existence du génocide des juifs. Tout ceci n’est pas fortuit. Bebe est un intellectuel qui développe sa stratégie réactionnaire en toute connaissance de cause. Après ses commentaires sur la violence de l’Islam il y a quelques mois, il provoque maintenant la religion juive et remet en cause les décisions du concile vatican II, rien de bien surprenant, c’est dans sa logique et il a été nommé pour cela par ses pairs.

Conséquence de cette stratégie sur la crise économique = 0, sur l’état de la planète = 0, sur l’élévation de la pensée = 0, sur le moral des catholiques = epsilon (la grande majorité des cathos vivent en Afrique et en Amérique latine, ne savent même pas ce qu’est la shoah et se contrefoutent de la messe en latin). Le mieux est donc de traiter ceci par le mépris et l’indifférence. On a les dirigeants que l’on mérite !

22/01/2009

  • Devant les commentaires ironiques, Ségo explique qu’elle a en fait donné une réponse humoristique à une question provocatrice. Ce même jour, Kerviel le Trader-fraudeur dément avoir donné l’interview publiée par le Parisien ce matin. Il s’agirait en fait d’un bla-bla « off » bien tenu par l’ectoplasme mais qui n’était pas sensés lui être attribués officiellement. Si toutes ces divas des radios et des télés faisaient un peu plus leur boulot et paradaient un peu moins sur les plateaux, ils éviteraient d’avoir à se dédire et contredire en permanence, et d’occuper indument l’espace médiatique où ils n’ont rien à faire. Que Ségo propose une alternative au PS, que Kerviel prépare ses explications à la justice sur comment il a fait perdre 5 milliards à son employeur, et par pitié, qu’ils débarrassent le plancher de nos écrans et nos ondes, tout le monde en sera infiniment satisfait.

21/01/2009

- Ségo explique à la presse ébahie qu’elle a inspiré les équipes d’Obama. Même si c’était vrai, à quoi cela sert-il de le claironner ?

- Fitoussi ce matin sur France Culture explique que l’une des déviances majeures du système capitaliste depuis un quart de siècle est l’augmentation des inégalités entre les salariés et les actionnaires. Les salaires sont plus ou moins restés stables quand les dividendes ont augmenté. Redonner du salaire permettrait indirectement une relance par la consommation. C’est Salaire, Prix & Profit de Marx ...

- Les banquiers français après avoir fait la sourde oreille aux stances de notre agité du ciboulot s’entichant de les faire renoncer à leurs bonus, tout au moins pour les dirigeants, font maintenant amende honorable.

Heu…, il y a quelque chose que je ne comprends pas bien : malgré les résultats des banques françaises en 2008, réduites à faire la manche auprès des contribuables, leurs dirigeants auraient eu droit à des bonus dont le calcul est en principe basé sur la performance ? Si tel est le cas, il y a effectivement un petit problème conceptuel dans le système de rémunération de ces nababs.

Hier le Crédit Agricole a publié le communiqué suivant :

    Paris, le 20 janvier 2009

    Réuni ce jour, le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A. a statué sur les rémunérations variables des dirigeants. Soulignant que le Crédit Agricole s’en est toujours tenu à des niveaux modérés, il a rappelé que si la rémunération du Directeur général de Crédit Agricole S.A., Georges Pauget, intègre une part variable, celle du Président, René Carron, n’en comporte pas.

    Le Comité des Rémunérations et le Conseil d’administration ont souligné la qualité du travail réalisé par Georges Pauget dans la gestion de la crise et son engagement au service de l’entreprise. A l’initiative de Georges Pauget, le Comité des Rémunérations a proposé au Conseil d’administration qui l’a validée, la suppression de la partie variable de sa rémunération 2008.

Le communiqué de la Société Générale est du même ordre :

    Paris, le 20 janvier 2009

    Le Conseil d’Administration de la Société Générale, réuni le 20 janvier 2009, a notamment examiné les conditions de rémunération des dirigeants du Groupe. Dans le respect de la gouvernance du Groupe, le Conseil a accepté la proposition de Daniel Bouton, Président, et Frédéric Oudéa, Directeur général, de renoncer sans considération de performances de Société Générale ou de sa situation de fonds propres, à la part variable de leur rémunérations pour l’année 2008.

    La Société Générale rappelle par ailleurs que les parts variables de Daniel Bouton et Philippe Citerne avaient été fixées à zéro pour l’année 2007.

Ce que ne précise pas la Société Générale c’est que les bonus 2007 ont été annulés suite à la malversation du trader-fraudeur Kerviel qui a coûté 5 milliards d’euros, et non du fait d’un élan de générosité et de sacrifice de ses dirigeants. Par contre elle publie un autre communiqué ce matin informant le bon public des investisseurs ébahis qu’elle est favorable au déblocage de la deuxième tranche de fonds publics dont sa part est de 1,7 milliard, payée par le contribuable.

Donc il semble bien que les dirigeants du Crédit Agricole et de la Société Générale auraient pu prétendre à des bonus au titre de l’année 2008 malgré l’effondrement du secteur financier avec les conséquences que l’on connaît. Et il semble également qu’ils n’avaient aucune intention d’y renoncer si l’Etat ne les y avait pas poussés très fort dans le dos. On espère que leur seule rémunération fixe leur permettra de survivre.

On aurait pu imaginer un peu d’élégance dans ce monde de voracité et de faillite, d’avidité et d’illusions, voire ces nababs, sinon démissionner devant l’échec de leur gestion, à tout le moins renoncer à une partie de ces rémunérations imméritées et injustifiables. Une telle attitude aurait fait souffler une brise fraîche sur ce monde de ruines qu’est devenu la Finance internationale. I have a dream…

20/01/2009

Libération de ce matin ironise sur les comparaisons excessives et termine son article Nicolas Sarkozy, le drame de la jalousie par le paragraphe suivant :

    « … Obama bénéficie d’une popularité hors norme dans son pays, ce qui n’a jamais été le cas de son homologue français. Des millions d’Américains ont fêté son élection en novembre et se pressent aujourd’hui à Washington pour assister aux concerts de U2 ou Bruce Springsteen, puis vivre un moment historique avec son investiture. Un périple en train au parcours symbolique a conduit l’élu vers la capitale américaine. Sarkozy, lui, a fait du Fouquet’s, de la place de la Concorde où chantait Mireille Mathieu à ses côtés et de son expédition sur le yacht de Vincent Bolloré, les premiers symboles de son mandat. Sur le plan du style, tout sépare ces deux hommes. »

On ne saurait mieux dire !

19/01/2009

Concert sous la statut de Lincoln au Capitol de Washington pour l’investiture d’Obama. Pete Seeger, son fils et Bruce Springsteen chantent This Land is Your Land de Woody Guthrie, ça a tout de même plus de gueule que Sarko au Fouquet’s avec le CAC 40!

THIS LAND IS YOUR LAND

words and music by Woody Guthrie (1956)

Chorus:

This land is your land, this land is my land

From California, to the New York Island

From the redwood forest, to the gulf stream waters

This land was made for you and me

As I was walking a ribbon of highway

I saw above me an endless skyway

I saw below me a golden valley

This land was made for you and me

Chorus

I've roamed and rambled and I've followed my footsteps

To the sparkling sands of her diamond deserts

And all around me a voice was sounding

This land was made for you and me

Chorus

The sun comes shining as I was strolling

The wheat fields waving and the dust clouds rolling

The fog was lifting a voice come chanting

This land was made for you and me

Chorus

As I was walkin'  -  I saw a sign there

And that sign said - no tress passin'

But on the other side  .... it didn't say nothin!

Now that side was made for you and me!

Chorus

In the squares of the city - In the shadow of the steeple

Near the relief office - I see my people

And some are grumblin' and some are wonderin'

If this land's still made for you and me.

16/01/2009

L’Est Républicain publie intégralement le rapport Tracfin sur les mouvements de fonds douteux des comptes bancaires de Julien Dray. C’est un peu violent pour ce garçon qui n’est même pas encore accusé (ce n’est qu’une enquête préliminaire) et encore moins condamné. Je ne suis pas bien sûr que dans ce cas la déontologie journalistique soit compatible avec la publication d’un document confidentiel qui va durablement briser la réputation d’un citoyen. Je ne comprends pas grand-chose au projet de réforme de l’instruction en France mais il est vrai qu’il y a tout de même un problème avec l’illusoire secret de l’instruction. Il parait que la perquisition qui a eu lieu chez Juju un matin à 8h était « fuitée » aux journalistes le même jour à 8h17. On retrouve régulièrement des procès-verbaux d’instruction répandus intégralement dans la presse dès leur signature. Qui diffuse ces informations ? Si on suppose que ce ne sont pas les mis en examen, ce ne peut être que les cabinets des juges. Qui d’autre, ce n’est tout de même pas la femme de ménage du Palais de Justice ?

13/01/2009

Esther Duflo, brillante et jeune chercheuse sur l’économie du développement inaugure au Collège de France la Chaire internationale « Savoirs contre Pauvreté » avec le soutien de mon ancien employeur l’Agence française de développement. Elle développe dans sa leçon inaugurale une théorie scientifique du développement à la manière des essais cliniques. Bon, voyons ce que cela donne mais il est bon que le Collège de France, temple de la pensée, s’ouvre à ces sujets.

11/01/2009

Je trouve dans TGV magazine une double-interview désopilante sur le coaching bourrage de crâne et intrusif, tel que les entreprises aiment le pratiquer, sujet de deux livres ainsi chroniqués, à acheter d’urgence : Michela Marzano Extension du domaine de la manipulation, de l’entreprise à la vie privée et Robert Ebguy Je hais le développement personnel ! Rien que les titres des ouvrages me font frétiller d’aise.

10/01/2009

Sarko s’attaque maintenant à la réforme de l’instruction et affiche son souhait de supprimer le juge du même nom. La matière est complexe et me dépasse largement. Mon seul souhait de citoyen est que des affaires d’Etat comme les scandales Elf ou de l’Angolagate puissent continuer à être portés à la connaissance des électeurs afin de balancer les promesses politiques avec les errements de certains responsables. On peut quand même se demander s’il y avait véritablement urgence à bouleverser encore l’institution judiciaire aujourd’hui ?

09/01/2009

Papy Merkle dont nous avons narré les exploits boursiers qui se seraient terminés en 1 milliard de pertes, s’est suicidé. 100ème fortune mondiale il avait spéculé à la baisse contre le titre VW. Du coup la survie de son groupe familial aux multiples activités (construction, pharmacie) était en jeu et il avait du s’abaisser à négocier avec les banques des crédits de sauvetage, ce qu’il n’a pas supporté. Quelle absurdité ! Bêtise d’avoir été attiré par le mirage des jeux boursiers alors que la crise financière déjà battait son plein, surestimation de sa compétence dans un domaine où les meilleurs s’étaient déjà cassés les dents, égo démesuré qui n’a pas supporté l’échec alors que ses actifs auraient pu compenser ses pertes, mais bien entendu au prix de la diminution de son pouvoir. Il est allé au bout de l’absurdité et a préféré mourir plutôt que d’affronter le déshonneur de sa chute. Comme tout ceci est affligeant !

08/01/2009

Bois de Vincennes sous la neige, les cygnes et les canards cherchent l’eau libre et la neige crisse sous les pieds des promeneurs.

06/01/2009

L’une des grandes escroqueries de notre monde de communication : la taxation des numéros de téléphone spéciaux. J’appelle Air France au 36 54 pour annuler un billet d’avion, non seulement j’attends cinq minutes car ce fournisseur n’a pas les effectifs suffisants pour répondre immédiatement à mon appel, deuxio je subis une musique horripilante assortie d’une voix gnan-gnan me répétant sans fin le même message lavage de cervelle, mais surtout je paye 0,34 EUR la minute d’attente. Que l’on fasse payer le service téléphonique soit, mais que son coût soit lié à l’attente cela revient vraiment à baser sa rentabilité sur le niveau d’insatisfaction du client.

05/01/2009

- L’un des graves problèmes de la rentrée : la suppression de la pub sur la télé publique et la façon dont les français vont désormais organiser leurs soirées. Les journaux papier, télévisés, web titrent sur ce fait majeur à grands coups d’enquêtes chez la ménagère de moins de 50 ans pour évaluer comment elle va vivre cette révolution. Mon Dieu quel dilemme !

- Eh ben ! J’ai eu plus de 4 000 visiteurs sur www.rehve.fr en décembre 2008. L’année se termine en beauté.

04/01/2009

Jeu de rôles sordide au Proche-Orient entre Israël et le Hamas sur fond de mésentente internationale. Chacun plonge jusqu’à l’absurde dans la violence qui sied à son rôle et laisse parler les armes. Chacun sait que la guerre ne solutionnera pas ce conflit millénaire. On attend les hommes intelligents et visionnaires qui pourraient transcender la haine. Peu d’espoir à l’horizon pour le moment.

03/01/2009

Après les attaques aériennes contre Gaza, l’armé israélienne est entrée dans le territoire à coups de chars et de commandos. Cela va être saignant et ne réglera rien.

Il y a tout de même un truc que je ne saisis pas bien dans cet Orient compliqué : qu’Israël exerce un blocus sur sa frontière sud depuis plusieurs mois je peux comprendre ses raisons, mais pourquoi l’Egypte fait-elle de même ? Si on ouvrait coté Sinaï cela ferait quand même un peu d’air frais pour Gaza, susceptible de faire baisser la pression ? Cela doit être un raisonnement trop primaire, désolé…

Le plus absurde dans cette situation est que Gaza et le Hamas se rebellent, entre autre, à cause du blocus israélien qui empêche les gazouites d’entrer sur le territoire de l’ennemi juré. Evidemment c’est une question de survie économique pour Gaza d’avoir accès à Israël, mais on marche un peu sur la tête devant de telles contradictions. Ce mélange inextricable entre les populations d’Israël et arabes de la région sera aussi la force qui rend inévitable un accord à terme comme préconisé par l’ONU et la communauté internationale. Reste à évaluer le terme…

02/01/2009

Les voitures brûlent comme chaque réveillon de nouvel-an. Sarko propose d’interdire aux incendiaires de pouvoir passer leur permis de conduire tant qu’ils n’auront pas indemnisé les propriétaires des voitures brûlées. Pas mal comme idée !

01/01/2009

La guerre reprend au Proche-Orient, cette fois entre Israël et son front sud. Les mêmes arguments ressassés, l’agresseur qui se présente comme l’agressé et vice versa, la violence identique, les roquettes de Dieu, de moins en moins artisanales, face aux jets de la puissance, l’éternel recommencement de gens qui ne savent pas s’entendre. Comme cela est triste.


Copyright (c) 2002 Spiders from Mars Limited. Tous droits réservés.