2004
AccueilLes Kronics concertKronic musiqueLiens


31/12/04 : Sympathique réveillon chez des amis dans un magnifique appartement dominant la rade d’Alger depuis un 16e étage (propice aux angoisses en cas de tremblement de terre). Nous dînons avec des amis de la bonne société algéroise, jeunes, détendus et pleins d’humour. Et tout ceci nous emmène jusqu’à trois heures du matin.

30/12/04 : Je suis arrivé à Alger hier soir, sous la tempête de vent et de pluie.

27/12/04 : Camille (de Nouvelle Vague) précise dans le magazine TGV : « La création n’est jamais que l’art de décliner l’esprit en plusieurs formes », je ne lui fais pas dire à la douce Camille qui annonce un deuxième opus de Nouvelle Vague pour février 2005.

25/12/04 : La sonde Huygens en route depuis sept ans pour Titan emporte, en plus de ses instruments scientifiques, quatre morceaux de rock composés par deux français inconnus : Civange et Haeri, histoire d’édifier d’éventuels et improbables extra-terrestres. Le monde rock anglo-saxon doit frémir d’une telle hérésie !

Il se rattrapera avec le classement des lecteurs de Rock’n Folk qui classent 901 chansons dans un numéro hors série dont le tiercé est : n°1 Smells Like Teen Spirit de Nirvana, n°2 Satisfaction des Rolling Stones, n°3 Whole Lotta Love de Led Zeppelin. Il faut attendre le n°6 pour Lou Reed et son Walk On the Wild Side, le 21 pour Heroes de David Bowie et la 22 pour The Passenger d’Iggy. Plus loin viennent Bruce Springsteen avec Born To Run et Roxy Music avec Virginia Plain. En bref, les lecteurs de Rock’n Folk, dont je suis, n’ont pas mauvais goût !

La NASA avait d’ailleurs déjà envoyé une de ses sondes dans l’espace en 1986 avec un enregistrement de Eda MOSER chantant l'air de la Reine de la Nuit de la Flûte Enchantée, en plus d’une plaquette en or sur laquelle étaient gravés la position de notre Terre dans le système solaire, une représentation d'un homme et d'une femme. La sonde vogue à l’heure qu’il est bien loin du système solaire.

24/12/04 : J'ai eu mon cadeau de noël avec un peu d'avance, un superbe appareil photo numérique, de quoi publier des images. Et pour commencer, la Bretagne, conjoncturellement un peu sombre, où je passe quelques jours depuis hier :

23/12/04 : Nous fêtons les 18 ans de ma petite cousine aux Deux Magots, café parisien s’il en est, cher à ma famille. J’y ai passé des moments, en d'autres temps, lorsque âgé de trois mois, ma mère y prenait son café, Sartre et Simone de Beauvoir pas loin. Je me souviens avoir fêté mes 18 ans à la Closerie des Lilas.

On peut avoir 18 ans et de bons goûts musicaux, je lui offre la biographie David Bowie, une étrange fascination. Un livre de spécialiste pour passionné. C'était donc pile dans la cible !

22/12/04 : Je fais la queue à la caisse de la FNAC, le client qui me précède paye le Kama Sutra d'une part, "Jésus" de Jacques Duquesne d'autre part. Intéressante bibliographie.

Les journalistes otages en Irak sont libérés.Le monde politique est en effervescence, Chichi revient de Marrakech pour parader sous les caméras aux pieds de l’avion ramenant les enfants prodigues, Barnier est parti à Chypre pour les récupérer, les flashs spéciaux se succèdent sur les télés, etc. Voilà de quoi donner aux électeurs un peu de réconfort sous les sapins de noël.

19/12/04 : Expo Le Ciel dans un Tapis à l’Institut du Monde Arabe ; de l’empire ottoman à la Perse, les peuples d’Orient ont laissé dériver leur créativité tentée de religiosité sur les mailles de soie des tapis. Belle exposition !

Encore l'Orient : la presse turque titre "La Turquie conquiert l’Union européenne", tout un programme ! L’Union n’est donc plus européenne mais intercontinentale, une partie d’Asie y est accolée, et très bientôt une partie d’Afrique car je vois mal maintenant qu’est ce qui pourrait empêcher les pays du Maghreb de déposer officiellement leurs candidatures, rien que pour faire monter les enchères et obtenir des compensations en échange de leur modération ou de leur bonne volonté d'avoir reconnu Chypre.

18/12/04 : J’ai acheté The Wall en CD et réécoute ce monument de ma vie étudiante. Emotion ! Je me passais ce disque en boucle en 1979 lorsque je révisais mes cours de fiscalité. Et le film, quel autre monument ! J’aime ces mythes.

MFB m'offre un tableau pour me récompenser de mes services de webmaster de son site d'artiste, aussitôt accroché au-dessus du canapé orange :

17/12/04 : Ca y est, le Forgeard avec sa tête en bouteille de Perrier est nommé co-président d'EADS, en remplacement de Camus, l’homme de Lagardère, après une campagne politico-médiatico-élyséenne qui a énervé les partenaires allemands. Est-ce que nos hommes politiques à ce niveau n’ont rien d’autre à faire que d’interférer dans des nominations de personnes, ex-haut fonctionnaires, à la tête d’entreprises majoritairement privées ? D’autant plus le Camus ne semble pas avoir démérité bien que probablement moins malléable !

16/12/04 : Ce cher Gbagbo en remet une couche avec sa légèreté habituelle et compare la France à Abidjan, à l’Union Soviétique à Prague ! Incorrigibles, certains français expatriés qui avaient été rapatriés à Paris, retournent déjà en Côte d’Ivoire pour préparer les prochains pillages dont ils seront victimes.

15/12/04 : Françoise Verny est morte. Surnommée la papesse de l’édition française elle savait encourager les jeunes talents et les pousser à la création. Que Dieu lui rende grâce d’avoir favoriser ainsi la littérature.

Chichi affirme à la télévision que les français seront désormais consultés par référendum pour chaque nouvelle adhésion à l’Union européenne grâce à la lumineuse réforme constitutionnelle qu’il initie. Ce faisant il fait semblant d’ignorer que ce qu’a fait une réforme constitutionnelle peut être défait par une autre réforme constitutionnelle. Le journaliste de service se garde bien de lui rappeler ce point de droit pourtant important.

14/12/04 : Le bon peuple français écoute sereinement son gouvernement l’escroquer une nouvelle fois en lui racontant que l’ouverture des négociations d’adhésion avec la Turquie pouvait ne pas déboucher sur l’adhésion inéluctable de ce pays ! Oui Monsieur le Ministre, qui au passage sort de sa manche un nouvel argument dilatoire, il faudrait maintenant que la Turquie reconnaisse le génocide arménien sans que l’on sache vraiment si Barnier en fait une condition préalable, résolutoire ou définitive. Bref, le psychodrame ottoman continue et la France n’en finit pas d’avoir envie de la Turquie tout en la repoussant.

13/12/04 : Notre ministre de la santé découvre que les adolescents sous anti-dépresseurs se suicident deux fois plus que les autres. Bon, je ne voudrais pas avoir l’air de défendre l’industrie pharmaceutique plus que de nécessaire mais Douste-Blabla a-t-il pensé que les adolescents sous anti-dépresseurs sont peut-être "déprimés" et que l’on peut sans doute expliquer pourquoi ils se suicident plus que la moyenne ?

12/12/04 : Pour recevoir le président français à Windsor, la Reine Elisabeth rebaptise le salon Waterloo en salon de Musique. Diplomatique et sensible attention ! Chirac comme un beauf de base arrive une demi-heure en retard. Au bout d’un quart d’heure, la Monarchie désespérant de la République va l’attendre au salon.

11/12/04 : Mon Dieu ! Une chaîne de télé engage 600 millions d’euro pour présenter pendant trois ans… les matchs de foute-balle français. De tels sommets financiers pour tomber si bas.

09/12/04 : Je suis de retour à Paris. C’est bien de rentrer chez soi.

05/12/04 : Encore une secousse sismique ce matin (4,4 chez Richter) au bureau qui déclenche une petite panique et quelques pleurs des cœurs sensibles.

04/12/04 : Un vent de renouveau souffle sur le PS qui nous ressort Aubry, Lang et Strauss-Khan pour remplacer dans son comité de direction les partisans du Non à la constitution européenne. Afin de parachever cette refondation, Fafa, qui avait pourtant voté pour le Non, est maintenu à son poste de n°2 du parti. Décidément c’est confirmé : le PS n’est plus en quête de changer la vie. A part ça, on nous ressasse la victoire écrasante du Oui. Mais il y a tout de même plus de 40% des militants qui ont voté Non. Le qualificatif d'écrasant est aussi journalistique qu'excessif.

03/12/04 : Le nouveau système de cryptage de TPS en bloque l’accès aux pirates maghrébins. C'est la consternation à Alger qui accuse la France d’abandon quand le visionnage des chaînes francophones aurait permis aux algériens d’apprendre le français qui n’est plus enseigné à l'école pour cause d’arabisation. Je ne suis pas bien sûr que les matchs de foot ou la star’ac fassent beaucoup progresser la cause de la francophonie… Evidemment, il reste Arte et les chaînes françaises hertziennes classiques mais il semble qu’elles aient moins d’impact sur l'enseignement de la langue de Molière.

02/12/04 : Les amis à qui j'ai passé les places des concerts auxquels je n'ai pu assister du fait de ma présence à Alger m'ont qualifié Morrissey de « grandiose » et le chanteur d’Archive de « christique ».  Et je me souviens du concert d’Amnesty International à Bercy où l'un d'eux m'avait traîné de force il y a plusieurs années au motif que Bruce The Boss était de la partie. Finalement, en retard, nous avions raté Bruce mais j’avais fait deux découvertes musicales marquantes, définitives et « christiques » elles aussi : Alanis Morissette et Radiohead. J'ai encore, marquée dans mes neurones, l'inspiration de ces artistes majeurs connectés avec des espaces où nous n'irons jamais, que nous ne saurons pas même effleurer. En fait, ces cosmos sidéraux nous les imaginons lorsque ces musiques transportent au-delà du plaisir les spectateurs (passifs) que nous sommes.

01/12/04 : Une secousse de 5,7 sur l’échelle de Richter ce soir à Alger alors que je suis encore au bureau. Mon cœur s’emballe à nouveau et je passe une partie de la nuit à guetter les mouvements improbables du lustre qui orne ma chambre d’hôtel.

Grand débat franco-ivoirien : l’armée française a-t-elle tiré sur des manifestants "aux mains nues" lors des manifestations d’Abidjan ? La réponse donnée par la MAM est "oui". La presse semble s’en émouvoir qui pensait sans doute que la foule de 40 000 jeunes "patriotes" ivoiriens avait été stoppée par des bonnes paroles des marsouins du 43e BIMA…

Juppé est reconnu coupable par la Cour d’appel d’emplois fictifs du RPR à la mairie de Paris. Sa peine d’ineligibilité est réduite de dix à un an, sa prison avec sursis à 14 mois. Il lui est donc possible de se présenter aux élections présidentielles de 2007. Que Dieu l’en préserve parce que vu l’immense popularité qui le caractérise et son légendaire coté enjoué et convivial, un nouvel échec risquerait de lui casser définitivement le moral à l’orée de sa retraite d’inspecteur des finances. Une partie de la droite semble le considérer comme l’unique sauveur potentiel du parti conservateur et cherche à lui faire renoncer une nouvelle fois à sa Tentation de Venise mainte fois annoncée et mainte fois ravalée. Il est étrange de voir comment quelques caciques droitistes fort peu clairvoyants continuent à défendre contre vents et marées une vieille carne que les électeurs ont de tous temps rejetée. Cet homme n’est tout de même pas irremplaçable ! Et de toutes façons il faudra bien le remplacer puisqu’il ne sera jamais élu président de la République. Pauvre Juppé, il avait la larme à l’œil en démissionnant de la mairie de Bordeaux ce soir. Rien de grave, il y reviendra dans un an car en France, les repris de justice politiques sont réélus triomphalement à l’issue de leurs peines d’ineligibilité. Pauvre Juppé, il s’est fait avoir, tout simplement. Sa glorieuse et cassante intelligence n’a rien pu faire contre la rouerie de son chef Chirac. Son aveugle loyauté lui fait encaisser des condamnations infamantes pour couvrir le grand benêt, pas si ahuri qu’il en a l’air finalement. Grandeur et décadence de la fidélité politique lorsque l’on choisi mal son leader !

Malgré tout, nous avons des élections présidentielles en 2007 et la droite ne semble avoir personne d’autre à présenter sous ses couleurs qu’un repris de justice ou Sarko dont la loyauté n'a jamais été à toutes épreuves ? Soyons optimistes, un candidat consensuel va sûrement émerger d'ici 2007...

28/11/04 : Le Sarko et madame remportent tout au congrès de l’UMP au Bourget : scène gigantesque pour ce petit bonhomme qui nous sort même en final deux beurettes chantant la marseillaise. Très fort, il ira sans doute loin le Sarko. !

Je vais à pieds ce matin de l’hôtel au bureau, quinze minutes de marche dans un nuage de CO² et les klaxons des voitures engluées dont le nuage des échappements masque la vue sur la rade.

27/11/04 : La presse télé n’y tient plus, c’est le 100ème jour de captivité en Irak des deux journalistes français, voici donc une excellente occasion de racler le caniveau en interrogant les parents et la fiancée de l’un des deux, qui n’ont évidemment rien à dire de nouveau sinon d'afficher leur inquiétude.

26/11/04 : Alger est toujours Alger, suite à la tempête il y a deux semaines, un cargo est échoué sur la route de l'aéroport, on croirait qu'il est au milieu de l'autoroute. Je suis maintenant à l'Hôtel El Djezzaïr (ex-Saint-Georges) où était installé l'Etat-Major allié en 1943 et où furent préparés les plans de la libération de l'Europe. Ça fleure bon l'Histoire pesante et le monde colonial d'antan.

24/11/04 : Chichi se rend en Libye pour rencontrer Kadhafi ! Il faut vraiment aimer avaler son chapeau pour faire de la politique... Kadhafi est tout de même plus ou moins responsable de vagues de terrorisme en occident au cours des années 80/90, il semble que ses services soient à l’origine de l’explosion du DC10 français au Niger, il a fait la guerre aux français au Tchad (certes ni les uns ni les autres n'avaient rien à faire dans ce bled) et on continue à le reconnaître. Qu’on pardonne à la Libye, je veux bien, mais est-il vraiment nécessaire qu’un président français se déplace pour déposer ses hommages aux pieds du leader éclairé ? On aurait au moins pu attendre qu’il soit remplacé par quelqu’un de plus présentable. La raison d’Etat vue par Chichi semble compatible avec le refus d’assumer sa responsabilité politique par le chef qu’il visite. C’est dommage.

20/11/04 : J’atterris à Alger à 18h. Le fidèle N. m’attend à l’aéroport et me mène dans un hôtel de Chéraga. Auberge arabe toute en céramique avec patio sympathique et lit inconfortable. C’est local et plus coloré que les impersonnels palaces intercontinentaux qui sont tous réquisitionnés par le sommet du NEPAD, énième initiative pour le développement de l’Afrique. La ville est sens dessus dessous, parcourue de toutes parts par les convois officiels agressant sans vergogne des milliers de citoyens bloqués dans d’interminables embouteillages provoqués par cet abus de pouvoir caractérisé.

19/11/04 : Concert Interpol  à l’Elysée Montmartre, Bloc Party en première partie. J'arrive à la fin des « guest stars », juste le temps d’en humer la saveur plutôt goûteuse. Interpol nous sert un concert remarquable seulement interrompu par un malaise du batteur parti se remettre backstage. Cette musique venue de New York est sombre mais enlevée, une voix très Joy Division plutôt troublante et un remarquable guitariste rythmique qui donne le tempo avec bonheur et simplicité.

Pendant l’entracte je lis Libération distribué gratuitement à l’entrée, le journal sponsorise le concert, pour apprendre que l’Afghanistan se transforme de nouveau en vaste champ d’opium alimentant l’occident, et ses propres consommateurs, en héroïne d’excellente qualité. Des talibans aux narcotrafiquants, l’Afghanistan toujours sous le joug d’une tyrannie.

Un écrivain publié chez Actes Sud obtient le prix Goncourt. C’est l’apothéose pour cette collection tellement sympathique.

Je me fais fourguer par téléphone des actions Autoroutes rhin-rhône par ma banquière. Cette fois-ci, c’est juré, ces actions vont doubler de valeur dans les prochains mois !

17/11/04 : Je prends un an de plus, triste chose !

14/11/04 : Gabgbo clame à la radio que les français expatriés vont revenir. Le pire c’est qu’il a probablement raison. D’ailleurs, beaucoup d’entre eux le confirment à leur arrivée à Roissy. Ils attendent que les choses se calment avant de rentrer "chez eux". Peut-être seraient-ils moins enthousiastes si l’armée française rentrait dans ses casernes hexagonales, ce qui est tout de même hautement souhaitable.

Et pendant ce temps l’armée américaine continue la bataille de Fallouja en Irak. 1 200 "rebelles" seraient laissés sur le carreau à ce stade, forgeant ainsi pour longtemps l’anti-occidentalisme de ce pays.

13/11/04 : J’écoute une émission de Nouvelle Vague sur le site Internet de RFI pour apprendre qu'un album n°2 est en préparation, plus un morceau de New Order. Après le Buzzckoks joué à l'Elysée, il semble que ce groupe ait encore quelques tours à sortir de son sac.

Les évacuations d’expatriés français de Côte d’Ivoire se poursuivent. Quelques informations commencent à filtrer sur les viols de femmes blanches qui se sont déroulés durant les émeutes. Tout le monde reste discret sur le sujet et je pense que c’est une attitude prudente, sous peine de voir ressortir par la partie ivoirienne les dossiers de "vieux blancs" qui vivent là-bas avec des gamines ivoiriennes à peine nubiles…

12/11/04 : Le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’écharpe sur la dépouille d’Arafat, son président et son vice-président, qui ne se parlent plus, se rendent en ordre dispersé à l’hôpital français où le Raïs est décédé. Je ne vois d’ailleurs pas pourquoi le CFCM en tant qu’institution va s’incliner sur la dépouille d’Arafat. Que l’on estime légitime de rendre hommage au combattant, je n’ai pas de problème avec ceci, mais les croyances de celui-ci me semblent peu importer et devoir être mises de coté. Le mélange des genres entre politique et religion est l’un des cancers de notre monde soi-disant moderne, au Moyen-Orient comme aux Etats-Unis d’ailleurs.

11/11/04 : Tout se déroule comme prévu en Côte d’Ivoire :

  • une foule haineuse se déchaîne contre les français et achève de piller tout ce qui est hexagonal, viole quelques blanches au passage et s’agglutine devant les carrefours tenus par l’armée française qu’elle arrose d’injures et de projectiles divers.
  • des soldats (français ? ivoiriens ?) tirent sur la foule qui laisse ses morts sur le pavé qui font les premières pages de la presse internationale.
  • des ivoiriens résidents en France crachent leur haine de leur pays d’accueil devant l'ambassade ivoirienne à Paris
  • pour maintenir un semblant de coopération, des patrouilles « mixtes » ONU-France-Côte d'Ivoire sont organisées à Abidjan… On imagine que les français doivent avoir leurs fusils autant braqués sur leur "collègues" ivoiriens que sur la rue !
  • l’ambassadeur ivoirien à l’ONU demande la condamnation de la France par le conseil de sécurité pour ingérence inadmissible dans les affaires ivoiriennes après la destruction de la vaillante armée de l’air de son pays par une armée d’occupation.
  • les rebelles accusent la France de l’empêcher de régler son compte aux loyalistes et vice-versa.
  • les premiers avions évacuent les français expatriés.
  • Gbagbo claironne sur France 2 : « Ne vous inquiétez pas, les français reviendront ».

Bref, tout se passe comme d’habitude, les morts en plus… Il faudrait simplement que la suite du scénario ne reprenne pas son cours habituel de simili discussions autorités-rebelles sous l'égide l’ancienne puissance coloniale, que l’on fasse semblant de croire que tout peut retourner dans l’ordre et que l’on ramène les civils français à leur point de départ. Non, le vin est tiré, il faut le boire. On a déjà fait tourner trois Boeing 777 soit environ 1 200 personnes rapatriées sur Paris, il en reste donc 13 800 sur place soit 35 nouvelles rotations. Ce n’est pas la fin du monde. Il faut poursuivre et à l’issue de l’opération, la France se tiendra à la disposition de la Côte d’Ivoire pour lui fournir des militaires, de l’aide au développement ou même lui remplacer ses Sukkoï, mais au moins elle n’aura plus à le faire, ou pas, sous la menace permanente qui plane sur ses concitoyens.

Osons un petit calcul, purement intuitif : sur les 15 000 français expatriés la moitié doivent travailler pour le compte de grosses sociétés qui devraient pouvoir les recaser ailleurs, un quart doit être constitué de chefs de PME qui ont probablement mis suffisamment de sous de coté durant les années de vaches grasses pour survivre désormais dans de bonnes conditions. Il reste le dernier quart constitué des "vieux blancs" qui ont des petits commerces (je me souviens de mon coiffeur de Bamako installé dans son échoppe depuis toujours), pillés consciencieusement à chaque montée de tension, et que la communauté nationale devra aider à se réinsérer en France. Eh bien faisons le ! Même si les proportions ne sont pas celles que j'imagine, aider ces expatriés sur le retour reviendra toujours moins cher au contribuable français que de maintenir des forces armées dans un pays qui rejette et réclame le départ de la France. Les Bouygues et autres Bolloré ont du par ailleurs déjà amortir leurs investissements dans ce pays pour pouvoir envisager de tirer les marrons du feu sans trop s’y brûler.

Ah, dernier point, interdire définitivement à tous diplomates français de mettre son nez dans les affaires africaines qu'ils ont du mal à cerner ! Cette corporation n'est pas bénéfique pour le continent à force de rêver et de promouvoir le consensus impossible. Elle aurait été capable en 1945 de proposer un gouvernement d’union nationale à Paris réunissant de Gaulle et Pétain autour de la même table du conseil des ministres.

09/11/04 : Concert final du Festival des Inrocks : Nouvelle Vague, Estelle, LCD Soundsystem et Soul Wax qui est obligé de partir après 20 mn pour cause de couvre-feu.

08/11/04 : Je lis dans Le Monde que les pilotes des ex-Sukkoï ivoiriens étaient biélorusses. J’ai pu joindre mes collègues là-bas qui sont planqués chez eux à Abidjan en attendant des jours meilleurs.

07/11/04 : J’essaye à nouveau la Fondation Cartier, de nouveau fermée malgré une supposée ouverture le dimanche comme affiché sur la grille d’entrée… Décidément, l’Art contemporain se refuse à moi, je survivrai. Je poursuis sur le Jardin des Plantes pour une belle ballade avec Muse dans le baladeur et un grand crème place d’Italie avec une cop.

Ca chauffe en Côte d’Ivoire : comme d’habitude, la France est prise à partie par les deux cotés et la force de l’ONU explique qu’elle n’a qu’un mandat défensif et ne peut pas intervenir. Le légionnaire franchouillard de base doit être un peu nerveux après avoir enterré 9 de ses collègues flingués hier par l’armée ivoirienne, il y a donc eu des accrochages cette nuit et l'armée française a tiré sur la foule des "patriotes en marche contre l’occupant français". La présence de nos militaires permet, oh miracle, de rassembler nordistes et sudistes, rebelles et loyalistes, sur un même sujet : l’occupation française. C’est un comble ! Et cela fait deux ans que cela dure. Alliot-Marie s’égosille à la radio à rendre Gbagbo "personnellement responsable" de la vie des français de Côte d’Ivoire : effet de manche. Qu’est ce qu’elle va faire contre lui ? Le traduire en justice ? Clamer à la tribune de l’ONU que c’est un méchant ? Le faire dézinguer ? Attendre qu’il revienne à la raison ?

Alliot-Marie (sans parler du Chichi), il faudrait aussi qu’elle comprenne qu’une armée étrangère installée sur le territoire d’un Etat tiers reconnu par l’ONU sera éternellement qualifiée "d'occupation", que ce soit en Allemagne, en Irak, au Tibet ou en Côte d’Ivoire. Et une armée dite d’occupation favorise les récriminations du peuple, largement attisées par leurs dirigeants démagogues qui y voient un bouc émissaire tellement facile. Je l’ai vécu en direct en 1997 en Centrafrique avant le départ de l’armée française de ses casernes de Bouar et de Bangui où elle cantonnait depuis des décennies sous les manguiers de la forêt tropicale. Se rendant à l'évidence devant les messages de haine délivrés avec assiduité, la France a plié bagages et tout le monde s’en porte aussi bien, en tout cas pas plus mal, même si les expatriés laissés là-bas (dont je faisais partie) étaient un peu inquiets.

Bon, il y a 15 000 expatriés qui ne sont plus bons qu’à se faire piller chaque fois que la tension monte. Le lycée français en est à sa troisième destruction par incendie allumé par des "patriotes" énervés. Deux journalistes français ont été tués ces derniers mois. Si j’appréhende bien la situation… il semble qu’on ne nous aime plus beaucoup en pays baoulé ! Il faut donc quitter cet eldorado tropical. En Algérie, la France a évacué un million de colons en quelques mois mi-1962, alors ne peut-on pas sortir 15 000 expatriés de Côte d’Ivoire ? Ce pourrait être la dernière mission des 4 500 militaires français installés dans ce pays quitte ensuite à les réinsérer dans des forces de l’ONU si le gouvernement ivoirien le leur demande. Mais il faut cesser d’impliquer la France en tant que telle dans cette Afrique qui la rend responsable de tous ses maux et la rejette par tous les pores de ses peaux.

L’ancienne puissance coloniale est la plus mal placée pour intervenir en direct dans ses anciens territoires, politiquement comme militairement. Il faut donc « lâcher » la Côte d’Ivoire comme le demandent avec une belle unanimité les rebelles, le gouvernement et la population, avant un nouveau Kolwezi où la sauvagerie des massacres contre blancs et noirs avait laissé perplexe nos légionnaires pourtant endurcis à ce genre de réjouissances. C’était en 1978, le peuple et ses dirigeants ont la mémoire courte ! Depuis, les anciens expatriés de Kolwezi animent un site web où l’on retrouve des recettes de cuisine africaines sur http://kolwezikat.free.fr/. Il faut croire qu’ils se sont remis de leur brutale évacuation du Katanga.

Evidemment, la hantise de tout le monde est de voir tourner les choses à un génocide à la rwandaise. Le pire n’est pas toujours certain, même si l’Afrique nous a habitué à quelques records en la matière… En cas de dérapage tournant au massacre généralisé, l’occident pourra organiser rapidement une opération appropriée style Kolwezi-bis pour calmer les ardeurs locales.

En attendant, rendons la responsabilité à ces pays et leurs dirigeants élus, c’est sans doute la ressource qui leur manque le plus.

06/11/04 : Finalement les Sukkoï n’auront pas volé très longtemps : après avoir bombardé "par accident" un camp de la force française Licorne (9 morts et 23 blessés), ils ont été détruits par l'armée française à leur retour à leur base de Yamoussoukro… Bien entendu, la population des patriotes ivoiriens s’enflamme contre cet acte néo-colonialiste.

05/11/04 : Côte d’Ivoire, le retour de Gbagbo ! L’armée sudiste décide d’attaquer les rebelles du nord. Ils ont même réussi à faire voler des chasseurs Sukkoï pour aller bombarder Bouaké. Quel exploit ! L’armée française, toujours engagée en Côte d’Ivoire malgré la présence de troupes de l'ONU, regarde passer les trains… En principe, les munitions et la logistique devraient manquer dans les heures à venir ce qui permettra de calmer l’intensité des combats armés, mais probablement ouvrir la voie aux règlements de compte ethniques à la machette.

04/11/04 : Je visionne enfin La Bataille d’Alger sur ARTE, célèbre film italien sorti en 1966 et tourné sur place, au moment même où Boumédienne organisait son coup d’Etat contre Ben Bella. On y revoit les « exploits » du Colonel Mathieu pour casser le FLN à Alger. C’est un film frappant de vérité et posant avec justesse, si peu de temps après la fin du conflit, les véritables raisons de la fin de la présence coloniale en Algérie.

03/11/04 : Dîner au Ganvier pour l'anniversaire d'une copine rockeuse : poulet yassa arrosé à la Flag, l’Afrique éternelle.

02/11/04 : Il semble que je vais faire un mi-temps Paris-Alger pour les mois à venir. Je vais donc rater les concerts de Morissey et d’Archive.

01/11/04 : Visite au Père La Chaise où je dépose des fleurs blanches sur la tombe de ma fammille et une rose de la même couleur sur celle de Chopin. Michel Petrucciani réside deux tombes après celle du compositeur. L’année prochaine, je viendrai avec deux roses pour ces pianistes-compositeurs de génie.

31/10/04 : Je sers de cobaye pilote dans une interview destinée à cerner le comportement de base des français moyens, pour je ne sais quelle boîte à vendre des attrape-gogos générateurs de cash flow pour actionnaires voraces. Deux heures de questions pour finir dans mon réfrigérateur qui est paraît-il représentatif de ma personnalité :

Coup de chance, il était plutôt plein...

Après avoir été complice de cet acte de renseignement économique décervelateur de citoyen, je cherche à noyer ma culpabilité dans une démarche culturelle qui sera couronnée d'échec : la Fondation Cartier est fermée malgré ce qu'annonce son site internet. Je convertis cette initiative volontariste en une grande ballade pédestre jusqu'à Saint-Germain. Au passage, je dépose un cierge à Saint-Sulpice, pour que Dieu veille sur mon avenir, après un Bloody-Mary au Sélect.

30/10/04 : J’achète une guitare.

29/10/04 : Le légendaire radio DJ britannique John Peel est mort. C’était l’organisateur des "Peel sessions" qui ont donné lieu à la sortie de nombreux disque live des plus grands groupes de rock. Un pilier du rock s’effondre !

23/10/04 : Je découvre le DVD Reality acheté cette après-midi à la FNAC. Evidemment cela rappelle d’excellents souvenirs mais je ne suis pas sûr d’apprécier à 100% la façon dont est filmé le show ; un peu trop d’effets de flou et de flash de lumière.

22/10/04 : Mon canapé orange est arrivé et se marie au mieux avec les Club’s :

21/10/04 : Patti Smith est de retour à Paris, au Zénith. Je suis là. J'ai aimé passionnément, bien sûr ! Je suis très émotif avec cette femme. Elle déclenche dans mes neurones perturbés des torrents d'émotion tragique qui me déchirent le coeur et me mettent les larmes aux yeux.

Les problèmes techniques qui ont perturbé le concert ne sont rien au regard du message qu'elle nous a délivré :

Il faut honorer nos poètes

Faisons le ! Honorons Patti, Arthur, Jim, Lou, Joe et les autres. C'est la voie étroite qu’elle nous ouvre pour survivre. Aujourd’hui j’ai décidé que si jamais j’ai un jour une petite fille je l’appellerai Gloria.

15/10/04 : Passage dans les mains du corps médical hospitalier ce matin. Tout va bien, on est accueilli au mieux, par des gens compétents et prévenants. Le service public "à la française" a du bon.

France-Culture repasse des entretiens et débats avec Jacques Derrida : cela réconcilie avec l'Homme et la Pensée ! Quelle puissance intellectuelle, quelle rigueur dans l’analyse, quelle intelligence ! Vite, je dois lire cet homme.

14/10/04 : Eric Clapton est attrapé à 216 km/h dans le sud de la France. Il y laisse son permis et son bolide.

13/10/04 : Election présidentielle en Afghanistan : il y aurait eu des fraudes ? Quand on sait qu’il y en eu en Floride ou à Bastia, comment s’étonner qu’il y en aient à Kandahar ? C’est en tous cas la première fois qu’il y a des élections.

Election présidentielle au Cameroun : Biya rempile pour quatre années supplémentaires après vingt deux ans de pouvoir absolu. Belle constance et grande efficacité pour utiliser à son profit les règles « démocratiques » imposées à ce pays comme à ses voisins par des bailleurs de fonds à la recherche vaine de l’universalité des droits de l’homme.

12/10/04 : Ca y est, la Turquie a son ticket d’entrée dans l’Union Européenne. Une ouverture des négociations aboutira inéluctablement à une adhésion, quoiqu’en disent les intellectuels qui font semblant de croire aux conditions d’étape. En fait le ticket avait déjà été oblitéré lors de la signature de son traité d’association avec la Communauté économique européenne en 1963 (je crois) qui lui donnait noir sur blanc "vocation à l’adhésion".

Que veulent-ils les turcs ? Un accès au marché européen et des sous bien sûr pour leur développement, sans doute ensuite une illusion d’un peu plus de sécurité ! Depuis quarante ans les dirigeants occidentaux ont fait assaut de subtilités diverses pour ne pas respecter leur engagement et retarder le moment où les turcs vont pouvoir adhérer ; un coup on parlait des droits de l'homme, un autre du génocide des arméniens, un troisième du statut de Chypre, ou encore de leur code pénal. A chaque conseil européen on leur sortait une argutie qu’ils arrivaient à lever pour le suivant. Et on a fait le yoyo pendant quarante ans ! Les turcs sont fatigués, perspicaces et malins. Ils mettent les européens face à leurs engagements. Il va être difficile de continuer à se défiler sauf à avaler son chapeau.

Maintenant que le critère géographique d’appartenance au continent Europe a été abandonné pour l’adhésion à l’Union "européenne", la vraie question est de savoir ce qu’on va dire aux maghrébins, ukrainiens et autres biélorusses qui vont immanquablement réactiver leurs candidatures dès le lendemain du sommet européen de décembre qui lancera officiellement les négociations avec Ankara. Il va être intéressant de voir comment nos diplomates de salon vont arriver, ou pas, à faire lanterner ces candidats aussi longtemps que la Turquie. La position… d'Ankara sur le sujet sera d’ailleurs à analyser. En ce qui concerne l’autre ancien critère d’une Europe "club de riches", il a été abandonné depuis déjà longtemps.

Un énième rapport pour une réforme de l’éducation : le rapport Thénot, qui préconise notamment que les élèves arrivant à l’issue de leur période d’école obligatoire soient munis d’un "socle" de connaissance basé sur le français, les mathématiques, l’anglais, la bonne éducation, et que les enseignants fassent un peu plus d’heures de présence dans les lycées. Quelle hérésie, quel scandale, quelle révolution ! Il faudrait maintenant que les élèves sachent un minimum de choses pour passer en secondaire ? Où va-t-on, crient, les syndicats enseignants ; Finkelkraut parle du dernier clou planté dans le cercueil de l’école publique, etc. Le décor est en place pour un enterrement de première classe de ce rapport scélérat.

11/10/04 : Jacques Derrida est mort. Je ne l’ai jamais lu, seulement vu et entendu dans quelques médias, mais j’ai l’impression que c’est un géant de la pensée qui nous quitte.

10/10/04 : L’Union européenne fait le forcing pour lever l’embargo sur les armes appliqué à la Libye. On croit rêver ! Déjà sous embargo, le leader de Tripoli faisait sauter les avions ou les bars, alors avec accès aux dernières trouvailles en armement on ne sait pas vraiment ce que nous réserve le guide de la révolution sous ses airs de repenti.

09/10/04 : Fête des 50 ans d'un vieux pote. On fait des rébus pour voir si nos neuronnes tiennent encore la route. Les miens ne sont pas très brillants à ce jeu et mon équipe termine dernière, tirée par le bas par mes maigres performances.

03/10/04 : De plus en plus clownesque, la bande à Julia serait de mèche avec Gbabo, dirigeant ethnique de Côte d’Ivoire, qui leur aurait fourni un avion pour se déplacer. Depuis Damas où il passe le week-end, Julia, 70 ans, accuse les américains d’avoir bombardé le convoi dans lequel se trouvaient les otages français en route pour une libération en Syrie. Voilà qui va réchauffer les relations franco-américaines. Il en profite pour en passer une couche sur la diplomatie française incapable de faire son boulot et… rentre à Paris bredouille. L’Elysée proteste, le Quai d’Orsay fait dans le diplomatiquement correct, après tout ces gens sont payés pour ça, et reste prudent des fois que les mercenaires de Juju ramènent nos otages.

02/10/04 : Intéressant article du New York Times publié dans Le Monde faisant un parallèle entre les retraites d’Algérie et du Vietnam, avec celle à prévoir d’Irak. Après avoir fait assaut de patriotisme, puis de mea culpa, la presse américaine fait maintenant dans le réalisme. Progrès éditorial !

Julia, député UMP et chantre des amitiés franco-irakiennes des temps Saddamiens refait des siennes et, a priori, échoue dans sa tentative solo de libération des journalistes français. Ce n’est pas la première fois qu’il sévit ce garçon, expert es diplomatie parallèle, avec chaque fois des résultats du même acabit. C’est tout de même bizarre qu’il ne se soit pas, au minimum, fait déjà virer du parti gaulliste pour ridicule avéré. Il doit détenir de sérieux dossiers sur les uns et les autres…

Je passe une partie de la nuit à parcourir les créations culturelles contemporaines de La Nuit Blanche.

01/10/04 : Poncelet, 76 ans, est réélu chef du Sénat ; Raff, élu, a annoncé qu’il ne siégerait pas ; et Pasqua, 77 ans, entre trois/quatre mises en examen pour trafics d’armes et d’influence, retrouve un siège au Palais du Luxembourg… Je ne suis pas bien sûr que ce soit la meilleure façon de redonner un peu de légitimité à cette institution.

27/09/04 : Le fiston Kadhafi se fait attraper samedi dernier à 3 heures du mat dans une Porsche à 140 km/h à contre sens sur les Champs-Élysées. Ses gardes du corps se battent avec les policiers français. Le chérubin étant affublé d’un passeport diplomatique n’a pas eu de comptes à rendre et a été relâché. Une délégation officielle libyenne est venue ensuite présenter des excuses à la République. Le papa a pourtant fait beaucoup d’efforts pour acheter sa réhabilitation internationale (en gros, x centaines de milliers de dollars multiplié par le nombre des morts des attentats du B747 de Lockerbie, du DC10 du Niger et de la discothèque de Berlin), ce serait dommage que son rejeton agité vienne gâcher cet investissement à long terme. Le statut de fils de dictateur semble pousser aux excès en voitures de sport. On se souvient de Oudaï, progéniture de Saddam célèbre pour ses exploits du même ordre, et d’autres beaucoup plus sanglants. Lui ne risque plus de contravention.

Le Monde expose la satisfaction du Crédit Agricole d’avoir digéré plus vite que prévu le Crédit Lyonnais. 4 600 emplois disparaissent soit 3,5% de l’effectif mondial, dont 2 800 en France, sans remous sociaux, du moins dans l’hexagone. Personne n’a été contraint au départ, entre pré-retraites et départs volontaires, efforts à faire et nécessité de rentabiliser au plus vite un investissement qui a coûté cher à la banque verte, les charniers se remplissent malgré les engagements de l’acheteur de maintenir les deux réseaux. Il y a les vrais volontaires et ceux dont le poste est supprimé dit un responsable syndical, veut-on nous intégrer, nous digérer, nous mettre en concurrence avec le réseau Crédit Agricole ? s’interroge un directeur régional de Calyon. A méditer.

26/09/04 : J’assure plutôt bien la garde de deux enfants de 8 & 10 ans, pour le dimanche pendant que leurs parents sont à l'étranger : Palais de la Découverte, déjeuner aux jardins des Tuileries & shopping au Carrousel du Louvre. Tout ceci est sympathique et demande une attention soutenue. Donc, j'y arrive... parfois !

24/09/04 : Françoise Sagan est décédée. Je ne connais pas son œuvre. J’ai l’image d’un écrivain « rock » avant l’heure. Je dois la découvrir.

22/09/04 : La CGT marseillaise de la société nationale des bateaux reliant la Corse au continent lance une grève pour protester contre l’arrêt de la… grève de leurs collègues corses de Corse, obtenue après un engagement de la direction de « rééquilibrer » les recrutements en faveur des corses de Corse. Marrant ! Question : comment va-t-on reconnaître un corse de Corse d’un corse de Marseille ?

21/09/04 : Des terrorristes islamiste continue d’égorger de l’infidèle à Bagdad. Comment lutter ? Comment l'occident va-t-il se sortir de ce cirque ? En avalant son chapeau certainement ! Vous avez aimé les accords de Paris (ou d’Evian) ? Vous allez adorer ceux de Bagdad.

20/09/04 : Je passe deux heures en studio avec Charivari le groupe rock dans lequel chante une copine. Deux guitaristes, un bassiste, un batteur et deux chanteuses ; ça pulse, c’est rigolo, dynamique, frais, rock et créatif. Des gens qui se font plaisir. Ils jouent des chansons que j'adore : Alanis, Muse, 4 Non Blondes, des créations propres également. Et un concert parisien le 18 novembre.

19/09/04 : Musée d’Histoire Naturelle au Jardin des Plantes avec expo spécifique sur les mammouths. On y voit des dessins de mammouths, des crottes de mammouths, des pattes de mammouths, des poils de mammouths, des os de mammouths, et beaucoup d’enfants en rangs serrés.

Je n’étais pas retourné dans la galerie de l’évolution depuis que j’habitais rue Jussieu. C’est vraiment une magnifique réalisation : qualité du musée, pédagogie des explications, intérêt des questions posées et bâtiment lui-même. Et puis j’aime le jardin des Plantes qui me rend rappelle mes jeunes années lorsque j’y visitais le zoo.

18/09/04 : Entre deux grèves des bateaux reliant la Corse et le continent, des encagoulés locaux flinguent un pompiste marocain, sans doute pour cause de couleur de peau. De plus en plus accueillante l'Ile de Beauté !

13/09/04 : D'après une enquête de l'institut bidule, seulement 15% des salariés se sentent motivés par leur entreprise en France et éprouve de la passion pour leur emploi. Donc, 85% travaillent pour payer leur loyer et le reste... Est-ce une vraie surprise ?

12/09/04 : Ca chauffe à Bagdad, guérilla urbaine contre les troupes de la coalition qui tirent des missiles dans les rues. Nos otages plumitifs sont toujours détenus, rejoints par deux italiennes pacifistes. L’opposition irakienne fait preuve de ressources inattendues dans cette bataille, tout est bon, otages, voitures piégées en pleine ville, attaques de chars américains, manipulation de l’information. Rien ne les arrête. C’est impressionnant d’efficacité. Les soldats américains doivent avoir un moral proche de celui des GI’s de Da-Nang au lendemain de l’offensive du Têt ! Mais de ceci on ne dit rien.

11/09/04 : Le président de la fédération française de foute-balle démissionne « pour prendre du recul ». On rêve ! Y va prendre du recul pour quoi faire ce gros plein d’soupe ? Vu qu’y va plus trimbaler sa tronche de merlan frit dans les tribunes VIP des stades de foot-balle à tacher ses costumes prince de galles sur la sueur des joueurs milliardaires, j’vois mal dans quoi y peut s'r'classer. VRP en chaussures Adidas sans doute !

06/09/04 : 00h30, je sors du concert de Madonna à Bercy. Je sais, j’ai 46 ans et ce n’est peut-être plus l’âge d’aller voir la Madone se trémousser, mais quel spectacle ! Pro, visuel, scénique, décoiffant. Après tout, 46 ans c’est exactement l’âge de Madonna, donc tout est permis.

05/09/04 : C’est quoi une Université d’été ? Encore un de ces oxymore cher à Mme. Maier. L’été, les universités sont fermées. Donc y-a-pas d’université d’été qui vaille, du PS, du MEDEF ou de l'UMP. Appelons plutôt ces pince-fesses politicards Festival de la Communication franchouillarde qui fera fort peu concurrence au cinéma américain en festival au même moment à Deauville.

Sarko a débarqué à Avoriaz en téléphérique avec sa miss, sous les vivas des « jeunes » encartés de l’UMP et leurs pom-pom girls. C’est quoi un Jeune de l’UMP ? Encore un de ces oxymores... Bon, allez, j’arrête. Heureusement qu’il y a encore des militants, jeunes ou pas.

Je disais donc, le Sarko est descendu de son téléphérique en vainqueur, tel Leclerc de son char à la gare Montparnasse en août 44 pour libérer Paris et recueillir la reddition de Von Choltitz. Il n’a recueilli les redditions que de Chichi et du Raff mais c’est déjà pas mal car ce petit monde s’est incliné devant son coup d’UMP. Belle stratégie pour ce p’tit bonhomme.

Il y a tout de même un sérieux problème, c’est qu’il transpire beaucoup du dos le grand Sarko. Cela fait plusieurs fois que les caméras le montrant de dos on découvre son costar intégralement imprégné de sueur. C’est bizarre car devant il est propre comme un sou neuf. C’est sans doute parce qu’il est habitué à faire ses coups par derrière ! Il faut que Madame lui trouve un anti-transpirant qui ne laisse pas de traces blanches, ou alors que sa directrice de la propagande interdise à ces gauchistes de FR2 de le filmer de dos, ou alors qu’il ne porte exclusivement que des costumes sombres.

Et pendant ce temps, nos otages en Irak dont la libération est annoncée comme imminente depuis plusieurs jours par la presse et la politique française, sont toujours en captivité. On commence à expliquer ce retard inexplicable par des opérations de pacification actuellement menées par les forces irako-américaines dans la zone où ils seraient détenus bien qu’il faille faire preuve de la plus extrême prudence sur l’endroit où ils sont retenus et blablabla. Les américains doivent effectivement regarder tout ceci d’un air narquois !

N’y aurait-il plus personne de bon sens dans les rédactions et les cabinets ministériels pour recommander à ces impénitents bavards qui nous gouvernent, de la boucler, tout simplement, en attendant que les otages soient dans un avion de la République en route pour Paris ? Et tant pis si nous n’avons pas un ministre et sa suite médiatique sur le tarmac de l’aéroport d’Aman, on pourra faire tout ce cirque à Villacoublay pour moins cher. Après tout, les élections ne sont qu’en 2007 !

04/09/04 : Je dévore dans l'après-midi le désopilant Bonjour Paresse écrit par une économiste d'Electricité de France qui croque avec délice et cynisme les travers et superficialités qui font la vie dans les grandes entreprises. On y trouve de courts chapitres sur les sujets qui agacent notre artiste. Par exemple :

  • La culture d'entreprise : culture mon cul !
  • Le mot "culture" s'est introduit dans l'entreprise il y a une vingtaine d'années... La culture, qui par définition ne sert à rien, va enfin servir avec la culture dite d'entreprise. D'emblée il y a baleine sous le gravillon, car il n'y a rien de plus méprisant vis-à-vis de la culture que l'entreprise ; culture d'entreprise est donc un oxymore, une formule de style qui consiste à associer deux mots qui n'ont rien à faire ensemble. Si elle est très utile au management quand tout va bien car elle crée artificiellement un sentiment d'identité et d'appartenance, elle est perçue quand tout va mal comme un archaïsme qui fait obstacle aux changements. etc, etc.

03/09/04 : Et pendant ce temps les tchétchènes remettent le couvert et se payent une école russe. 500 otages dont 150 marmots. L’armée russe avec sa délicatesse habituelle donne l'assaut et le carnage se renouvelle. Les preneurs d’otage qui ne sont pas fait dézingués par les russes s’enfuient en se mêlant à la foule.

Ce matin, la chronique d’Alexandre Adler étaient plutôt mordante au sujet de la Tchétchènie, rappelant que, certes, les tchéchènes avaient été malmenés par Staline, mais qui ne l’a pas été (30 millions de morts dans le goulag, ou à peu près ?), certes, ils n’avaient sans doute pas été particulièrement gâtés par le régime soviétique mais que Doudaeiv qui a prononcé unilatéralement l’indépendance de la Tchétchénie était quand même un ex-général de l’armée rouge commandant d’une base de bombardiers nucléaires soviétiques pendant la guerre froide, certes ils n’ont sans doute pas été très favorisés depuis l’écroulement de l’Union Soviétique mais sont-ils fondamentalement plus maltraités que les ingouches, les sibériens ou les ossètes au point de déclarer une indépendance qui a mis le feu aux poudres ? Bref, le Tchétchène est au Russe, ce que le Corse est au Français, en plus nihiliste car bien sûr il a moins à perdre.

Donner l’indépendance à la Tchétchénie (comme à la Corse d’ailleurs) serait légalement envisageable et permettrait de placer ces gens en responsabilité. Malheureusement nos républiques n’arrivent pas à se résoudre à de telles extrémités de peur de voir filer leur pouvoir et se décomposer leur unité. Alors la « pacification » de la Tchétchénie se terminera sûrement dans la même douleur que celle des djebels.

Il est intéressant de voir comment les mouvements terroristes « politiques » ont pu être réduits, parfois violement, par nos démocratie occidentales : les Black Panthers aux Etats-Unis, les Brigades Rouges en Italie, la Fraction Armée Rouge en Allemagne ou Action Directe en France, parce que leurs revendications rentraient tout de même dans des schémas de pensée compréhensibles ; mais comment la lutte contre le terrorisme assis sur des bases religieuses de la martyrologie est inefficace bien que le principe de base soit toujours le même depuis que Mao l’enseignait dans les campagnes rouges : le triptyque célèbre Action-Répression-Révolution.

02/09/04 : Les média radio-télé ressassent en boucle que les deux otages français en Irak vont bientôt être libérés mais que rien n’est sûr et que d’ailleurs ils n’ont pas d’informations précises et qu’en plus il convient d’être très prudent, conseil que bien entendu ils commencent par ne pas suivre. En attendant ils demandent aux familles des enlevés « et comment vous sentez-vous ? ». Bref, on bat les bras en l’air, on mouline du vent, on parle pour ne rien dire, on s’agite, on s'époumone, et on fait pleurer la ménagère de moins de 50 ans. Encore une brillante illustration du néant dans lequel est tombé notre information populaire. Si jamais ces deux là sont finalement flingués, les journalistes de rencontre qui meublent aujourd'hui leurs flash de vide vont encore regretter leurs errements et nous servir des mea culpa drapés dans le devoir d’informer.

01/09/04 : Deux journalistes français pris en otage en Irak sous prétexte de loi anti-voile dans l'hexagone laïque. Bien triste récompense pour la France qui voulait rester en dehors de tout ce chaos. L’islam français et international soutient la République sacrilège qui a banni les signes religieux ostentatoires dans l’école publique. Les assemblées d'oulémas, de muftis et autres édiles du Coran demandent la libération de nos pigistes. Même le Hamas et Yacer Arafat implorent l’indulgence des ravisseurs mésopotamiens. C’est Sharon qui doit être content ! Par souci de bien faire, la politicaille franchouillarde en rajoute et on voit Villepin la Gargouille aller « prier » à la grande mosquée de Paris. Comme je doute que notre fringuant premier flic-poète de France ait beaucoup d’espoir dans une intervention divine pour régler ce rapt crapuleux, surtout qu’il ne comprend pas un traître mot des sourates en arabe auxquelles il s’associe, cela en dit long sur notre impuissance. Les terroristes de Nadjaf doivent se tenir les côtes…

En attendant, la profession journalistique envoie ses intérimaires au front plutôt que ses propres salariés. Comme les licenciements dans l’industrie, ça doit coûter moins cher à indemniser en cas de « départ ».

31/08/04 : Sortie du dernier disque de Björk aujourd’hui : Medulla, avec interview dans Le Monde, couverture des Inrockuptibles, chronique sur France-Culture, etc.

24/08/04 : 24 août 1944, de Gaulle reçoit Leclerc à Rambouillet qui lui expose ses plans d’entrée de la 2ème DB dans Paris. Il écrit dans ses Mémoires de Guerre : « Alors, regardant ce jeune chef en proie déjà à la bataille et qui voyait offrir à sa valeur un concours extraordinaire de circonstance bien agencées, je lui dis « Vous avez de la chance ! ». Je pensais aussi, qu’à la guerre, la chance des généraux c’est l’honneur des gouvernants. »

Le 25 août de Gaulle entre dans Paris, rejoint le Ministère de la Guerre rue Saint-Dominique quitté en catimini en juin 40. Il constate : « Rien n’y manque, excepté l’Etat. Il m’appartient de l’y remettre. Aussi m’y suis-je d’abord installé. »

Le 26 août, c’est la remontée des Champs-Elysées : « Ah ! C’est la mer ! Une foule immense est massée de part et d’autre de la chaussée. Peut-être deux millions d’âmes. … Si loin que porte ma vue, ce n’est qu’une houle vivante, dans le soleil, sous le tricolore. … Je vais donc, ému et tranquille, au milieu de l’exultation indicible de la foule, sous la tempête des voix qui font retentir mon nom, tâchant, à mesure, de poser mes regards sur chaque flot de cette marée afin que la vue de tous ait pu entrer dans mes yeux, élevant et abaissant les bras pour répondre aux acclamations. Il se passe, en ce moment, un de ces miracles de la conscience nationale, un de ces gestes de la France, qui parfois, au long des siècles, viennent illuminer notre Histoire. … Et moi, au centre de ce déchaînement, je me sens remplir une fonction qui dépasse de très haut ma personne, servir d’instrument au destin. »

Et pendant ce temps le général Leclerc de Hautecloque poursuit sur Strasbourg pour respecter le serment de Kouffra et rétablir la France dans ses frontières. Il mourra en 1947 dans un accident d’avion dans les Sud algérien.

Mon Dieu ! Quels destins, quelle époque, quelle grandeur !

16/08/04 : J'ai fait des emplettes au rayon DVD de chez Virgin :

  • DVD de Björk sur la tournée de Vespertine au Royal Opera House de Londres avec un orchestre classique et un chœur inuit en décembre 2001. Elle est lumineuse de naturel, éclatante de créativité, touchante de vérité, déchirante de solitude au milieu de ses esquimaux et de ses machines. Björk c’est le vent glacé du Groenland qui souffle sur nous entrecoupé des geysers brûlants de son Islande natale. Elle avait fait le même concert à la Sainte Chapelle de Paris. Je n’y étais pas, dommage !
  • DVD de Portishead au Roseland de New-York en 1998, également avec un orchestre classique, plus un DJ. Beth Gibbons et la musique qu’elle susurre sont déprimantes mais oh combien troublantes.

15/08/04 : Anniversaire du débarquement en Provence : la République fait défiler ses navires au large des côtes du Var. Chichi fait la claque sur le pont de notre porte-avions solitaire, devant le parterre habituel de la Françafrique. Les Bongo, Eyadéma et toute la clique ordinaire des chefs empressés se bousculent sur la piste d’envol. Le Charles de Gaulle avec ses hélices au rabais est tenu en laisse par l’arrière par un remorqueur qui doit craindre de le voir s’échapper ou s'oublier sur la plage. Surprise du patron, la MAM, en figure de proue, tailleur blanc au vent, se prend pour un Etendart en post-combustion. Mon Dieu comme les empires déchus sont pathétiques lorsqu’ils n’arrivent pas à oublier leur splendeur d’antan.

Finalement, j’ai trouvé une discipline olympique intéressante : le beach volley féminin, et tout spécialement quand l’équipe brésilienne est de la partie !

14/08/04 : Je passe ma matinée sur le DVD Sade Lovers Live sans arriver à m’en arracher. Sade Adu, quel monument d’harmonie et de douceur, d’élégance et d’à-propos (ma cousine la dit tellement parfaite qu’elle en "est énervante"). On est porté par une vague jazzy intemporelle qui fait tutoyer le paradis. Je me souviens de Smooth Operator, hymne de mes années caraïbes. La vie était belle.

Je ne comprends plus rien au sport ! Je croyais que les jeux olympiques étaient réservés aux nobles sportifs amateurs (amateurs de la « beauté du geste » et de « l’important c’est de participer ») et je découvre que Virenque et sa bande de professionnels de la dope représentent la France à Athènes. Il y a quelque chose qui a du m’échapper…

11/08/04 : Le suspense est intolérable : Zidane va-t-il quitter l’équipe de France de foot-balle ? Je n’en dors plus la nuit !

10/08/04 : Talamoni traite les élus corses de l’assemblée locale de « Harkis ». Quel ectoplaste !

Incroyable ! Le Lay (le laid), chef de TF1 affirme « Le métier de TF1 c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. Pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est à dire de le divertir, de le détendre, pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible » (in Les dirigeants face au changement, Editions du huitième jour). Il faut quand même la Foi pour professer une telle assertion !

07/08/04 : Je flâne dans le programme de Paris Quartier d’Eté et me retrouve au concert de The Legendary Tiger Man au square Le Gall au bout de la rue du XIII° arrondissement où j’ai passé quinze années de ma jeunesse. Et l’on découvre un one man show époustouflant de ce guitariste portugais attiré par les mystères du rock Mississipi. Multi-instrumentistes, il pince la première corde de sa guitare avec le pouce pour la basse, déchire des riffs traînants à faire se pâmer les blueseux des champs de coton de la Nouvelle Orléans avec les quatre autres doigts, pied droit sur la batterie et le gauche pour les percussions, deux micros pour la voix plus un harmonica trafiqué posé sur un pied. Nous passons un bon moment sur le gazon parisien en rêvant aux grands espaces de la Louisiane.

02/08/04 : Retour d'un merveilleux week-end à Londres avec un cop. J’écris la kronic de Londres dans la nuit. Tamara de Lempicka, Edward Hopper, bar de Bill Wyman, dîner chez des amis, bière dans les pubs, sun bath sur bords de Tamise : London’s so gogo / And everything taste nice.

27/07/04 : Des français, prisonniers des américains dans le camp de Guantanamo sont remis aux autorités françaises qui doivent les placer en garde à vue suite à une information judiciaire ouverte contre eux en 2002 en France. Bon, tout ceci est très bien et il vaut certainement mieux pour ces lascars de Vénissieux d’être jugés en France que sous le droit américain qui d’ailleurs n'a pas cours à Guantanamo, enclave extra-territoriale. Malgré la présomption d’innocence, il n'est sans doute pas interdit de se demander ce qu’ils faisaient en Afghanistan en 2001/2002, les armes à la main pour certains… Certainement des vacances au ClubMed de Kaboul !

27/07/04 : Le gouvernement va faire passer sa loi de décentralisation en utilisant l’article 49.3 de la constitution qui permet d’éviter tout débat parlementaire. L’opposition qui avait déposé 5 000 projets d’amendements, histoire de bien prolonger ledit débat, crie à l’atteinte intolérable à l'honneur de la représentation nationale et aux droits de la démocratie… C’est niveau maternelle 1e année, de quoi réconcilier les électeurs avec la vie politique. On croit rêver !

23/07/04 : Jorma Kaukonen et Jack Cassady, ex-Jefferson Airplane, créateurs de Hot Tuna, étaient en ville ce soir au New Morning. Prévenu trop tard, je n’ai pas de ticket. Nous essayons tout de même d’en trouver sur place avec un pote. Peine perdue ! Du coup dîner au Delaville Café à Bonne Nouvelle, sympa et jolie déco mais moins magique que le blues électrique de Hot Tuna.

27/07/04 : Patti Smith sur France Inter ce soir pour une longue interview d’une heure. Elle est comme toujours extrêmement émouvante et touchante, rappelle son attachement à la France, diffuse ses habituels messages politico-sociaux-artistiques. Tout ça dit sur un ton légèrement triste et nostalgique, comme un peu usé par les désillusions ; ou peut-être est-ce seulement mon oreille qui est « nostalgeante »… Elle glorifie chacun d’entre nous, refusant la déification des stars : nous avons le même sang, le même cœur, chacun peut être aussi beau dans ses actes et attitudes de tous les jours que le plus noble des poètes.

16/07/04 : En Bretagne depuis mardi, je découvre Nina Bouraoui, écrivain né en 1967 de père algérien et mère française, que j’avais vue l’an passé dans une émission littéraire de Philippe Labro où elle s’exprimait avec beaucoup de douceur et un peu de tristesse sur la création littéraire, sur son pays, l’Algérie, quittée à 17 ans. Elle est apaisante quand elle s’exprime oralement, percutante dans ses livres. Dans Garçon Manqué elle parle avec beaucoup d’émotion de son pays et d’elle même, de ses ambiguïtés, de ses déchirements. Une femme très intéressante.

15/07/04 : Un magnifique disque de reprises des classiques des années 80 : Nouvelle Vague. On y retrouve, chantées par des voix féminines et françaises parfaites : The Clash, Depeche Mode, XTC et d’autres. C’est frais, délicat, original, rythmé latinos. La découverte de l’été !

12/07/04 : Visite du mémorial de Caen dédié au débarquement du 6 juin 1944 et, plus généralement, aux guerres de notre vingtième siècle, chaudes et froides. Je suis toujours ému devant ces images de l’assaut du 6 juin sur nos plages normandes par une bande de gamins américains de vingt ans. Quelle grandeur dans cette lutte commune contre la barbarie ; autre époque ! Les drapeaux allemand et japonais pavoisent au milieu des autres sur le parvis du mémorial. Je ne suis pas sûr que ce soit une excellente idée…

11/07/04 : Départ pour la Normandie où je retrouve une cousine et sa famille : 7 enfants, deux baby-sitteuses, 4 frères et belles sœurs, plus deux parents. Grande maison pour une grande famille. Une immense plage normande désertée de ses habituels touristes pour cause de mauvais temps. Seuls quelques courageux kite-surfeurs osent braver les éléments. Les enfants font des pâtés de sable, les parents jouent aux boules dans le grand vent d’ouest. Vincent, François, Paul et les autres… le retour !

09/07/04 : Cinéma ce soir avec Farenheit 9/11 de Michael Moore, Palme d’or au dernier festival de Cannes. C’est un long pamphlet anti-Bush fait à partir d’images d’actualité et de jugements à l'emporte pièce. L’outrance des propos le rend peu crédible. La thèse principale est que, après des élections "truquées" qui ont porté Bush junior à la présidence des Etats-Unis, les intérêts financiers des pétroliers du Texas ont guidé la politique extérieure de Washington, jusqu'à la deuxième guerre d’Irak. Peut-être est la vérité ? Mais peut-être aussi tout cela repose-t-il sur un immense aveuglement, une colossale bêtise (thèse Guignols de l'Info de Canal+) ! Difficile de se faire une idée précise des causes de ce qui apparaît aujourd'hui comme un immense désastre, mais qui peut-être demain sera jugé à l'aune de l'Histoire comme un progrès démocratique si, malgré tout, l'Irak s'apaise, hypothèse qu'il convient quand même de ne pas exclure définitivement...

08/07/04 : Ce soir j’ai pleuré devant Patti Smith en concert au Bataclan. Mother courage du Rock, elle fait remonter au gré des mots et des hymnes la somme de nos compromissions avec le système. Elle est restée debout à scander We are the People quand nous avons pactisé avec le renoncement et oublié nos principes. Beaucoup d'émotion et de poésie à l'écoute de cette militante de la vie engagée. On la croyait apaisée par le temps mais on la retrouve combattante fiévreuse sur les rythmes emmené par Lenny Kaye. Un grand concert !

01/07/04 : La Cour d’appel de Paris ne voit pas d’opposition légale à ce que Battisti soit extradé en Italie. L’intelligentsia française est outrée que le terrorriste repenti puisse être livré à son pays pour y rendre des comptes. Nous sommes à la fois dans un monde où personne n’est plus responsable de rien et où la société est accusée de tout. Les bombes explosent toutes seules en Corse, les tutsis sont massacrés par l’opération du Saint Esprit dans leurs collines, les sunnites sont exterminés sur les rives du Tigre on ne sait pas comment ! Et pendant ce temps les planteurs de pommes attaquent la météo pour sécheresse aggravée, les maires sont mis en examen dès qu’un panneau de volley s’effondre dans une cour d’école. L’Etat est sommé rendre des comptes par des citoyens à la recherche d’indemnisations financières. De l’irresponsabilité individuelle généralisée à l’accusation collective systématique !

30/06/04 : La politicaillerie française dégoise sur le plan d’intégration sociale qui vient de sortir. On ne parle bien entendu pas de ce qu’il contient, mais simplement du fait qu’il manque de moyens quand on constate souvent une incapacité à même engager les crédits existants.

Déjeuner avec un ami qui qualifie Jean-François Revel "d’ultraréactionnaire". Toujours ce réflexe gaucho-franchouillard qui veut que critiquer la pensée marxiste ne puisse être le fait que de fascistes.

27/06/04 : Bush est en Turquie pour un sommet de l’OTAN et il trouve le moyen de se prononcer publiquement pour l’adhésion d’Ankara à l’Union européenne. Non mais, qu’est-ce qu’il dirait le doubleiouuuu si on lui envoyait le Chirac à Mexico pour annoncer son soutien à l’adhésion du Mexique comme 51° Etat des Etats-Unis d’Amérique ?

26/06/04 : Trois jours dans le Golfe du Morbihan pour marier ma cousine dont je suis le témoin. Les mariés sont émouvants. Histoires de famille sur la pelouse de Saint-Gildas, mes cousins & cousines me présentent leurs enfants, leurs femmes & maris, me parlent de leurs vie et écoutent la mienne. Eglise, Mairie, Manoir, on se retrouve tous à la plage du bout de la rue. Les plus courageux se baignent, les autres jouent au ballon.

23/06/04 : Concert de PJ Harvey sous haute tension au Zénith. Polly Jean arrive en vestale évanescente, habillée d'une robette blanche transparente et de santiags toutes aussi immaculées, cheveux bruns désordonnés. Des guitares grasses, un guitariste fou. Mi-ange, mi-démon, moitié-Pat Bénatar moitié Chrissie Hynde, les standards rock habituels sont enlevés, les morceaux du dernier disque, plus bluesy. Beaucoup d'énergie et de volume pour une artiste qui ne paye pas de mine.

22/06/04 : Je n'ai rien trouvé de mieux dimanche dernier que de fermer ma porte d'entrée avec ma clé à l'intérieur... Heureusement ma voisine me permet de rentrer chez moi par la fenêtre. Ce soir en rentrant ma moto au parking, je la découvre, penchée sur le moteur de sa 4cv avec un mécanicien. Passionnée de vieilles voitures elle possède aussi une 4cv flamboyante. Je saurais où aller chercher du sel la prochaine fois.

21/06/04 : Que faut-il pour que les journaleux arrêtent de pérorer sur l’âge de Desailly à longueur d’ondes ? Sans doute que la France soit vidée du championnat actuel. Pour le retour à un peu plus d’élévation dans le débat national je suis pour la défaite de la France au foot-balle le plus rapidement possible !

20/06/04 : La bibliothèque du rez-de-chaussée de l’hôpitalSaint-Antoine affiche un verset de Mahomet en grosses lettres sur sa porte vitrée, face vers l’extérieur…

Ciné Ladykillers des frères Cohen. Je fais une petite sieste au début. Le film est nettement moins puissant que les précédents, notamment Fargo qui m’a laissé un très fort souvenir.

18/06/04 :  Mon Dieu pourquoi nous as-tu abandonné ? Comment sommes-nous tombés si bas ? Ce soir la télévision française nous propose le foot-balle sur la 2 et la finale de « La Ferme – Célébrités » sur la 1. Consternation ! Bon, tout de même une émission sur Joyce pour le centenaire d’Ulysse sur Arte mais nous évitons de peu l’anéantissement total.

15/06/04 : Trois mille électriciens EDF emmerdent trois millions de parisiens en congestionnant tout Paris. Je suis obligé de faire tout le tour de la ville pour me rendre à un show COFACE à la Défense.

13/06/04 : Après une journée de bricolage, je dîne chez des potes. Tout à coup nous réalisons qu’il n’y a plus un bruit dehors, plus une voiture qui passe, on croirait les quelques minutes qui précèdent le cyclone ! Bien sûr, la France entière est devant sa télévision pour assister à un match de l’équipe nationale contre je ne sais plus qui. Nous entendons des clameurs sur la ville lorsque les deux buts franchouillards sont marqués.

Je n’ai pas pu voter car encore inscrit sur une liste électorale à l’étranger. Les régionales me furent ouvertes malgré tout alors que les européennes me sont interdites. Les mystères du code électoral. La droite se fait encore balayer et n’a pas le moral.

12/06/04 : Les sujets du bac philo : « Doit-on tout attendre de l’Etat ? », « L’inconscient psychique est-il contradictoire ? » ou un commentaire de texte.

Le vrai sujet de société aujourd’hui : Dessailly va-t-il jouer dans l’équipe de France de foute-balle ?

11/06/04 : Concert de Television, groupe mythique new-yorkais pré-punk emmené par son leader Tom Verlaine au nom prédestiné. C’est un aimable fouillis sur scène, amplis en panne, longues minutes entre les chansons pour accorder des guitares qui semblent prendre un malin plaisir à se déglinguer, chaleur intense dans la fosse du Bataclan… mais Verlaine est toujours le même, fiévreux et charismatique, longiligne et la mèche en bataille, habillé de sombre, il mène son groupe avec une inspiration hautaine et revient sur les standards d’une époque où nous avons enlisé nos illusions et sombré avec nos espoirs. Le show se terminera, sans rappel, sur un Marquee Moon d’anthologie prolongé d’improvisations hasardeuses de deux guitaristes d'exception.

Julie Delpy en première partie, reconvertie de la scène vers la musique, et avec beaucoup d’à propos. Elle chante en anglais, accompagnée de deux guitaristes jouant assis avec virtuosité. Une merveilleuse surprise !

07/06/04 : Fin d’un voyage à Dubaï , la ville est étonnante : buildings futuristes au bord du Golf, autoroutes à six voies, malls américanisés, grosses berlines allemandes, portraits géants du Cheik Zayed qui arrive à maintenir la stabilité politique dans un Moyen-Orient dévasté par la guerre et le terrorisme, chaleur humide intense et dunes de sable dès la sortie de la ville. Tout cela semble fonctionner remarquablement puisque l’économie est maintenant basée sur les services plus que sur le pétrole. Les compagnies occidentales ont basé à Dubaï leurs sièges régionaux pour rayonner sur les pays avoisinants, bénéficiant ainsi de bonnes infrastructures.

Le soir, les Ferraris et les Rolls-Royces s’alignent devant les boîtes de nuit de luxe. L’alcool y coule à flot et des femmes blondes venues d’Europe de l’Est proposent leurs services rémunérés. Ainsi va la vie à Dubaï, surfant sur un flot démesuré de richesses, sans âme et sans racine ! Il y a trente ans, c’était un carrefour de dunes de sable, rendez-vous de vendeurs de chameaux. La transformation est impressionnante. Mes amis algériens me disent : voilà ce que l’Algérie aurait pu devenir si ses ressources pétrolières avaient été mieux utilisées… Bon, oui, peut-être !

03/06/04 : Le foot-balle continue à nous les briser « menues » : après les psychodrames de finales diverses la semaine dernière perdues par les français, l’évènement du jour est le départ du sergent recruteur de l’équipe de France qui déclenche une véritable logorrhée de commentaires aussi inutiles qu’atterrants.

02/06/04 : Journée de travail à Londres. Bien que je n'ai quitté l'avion que pour le bureau et vice versa le soir à l'heure du retour, j'apprécie toujours l'atmosphère britannique. Nous passons devant la célèbre usine du disque du Pink Floyd, tout du moins je crois l'identifier comme telle.

29/05/04 : Encore des heures perdues sur l’informatique. Je n’arrive pas à me mettre en route mon WiFi…malgré l'intervention de mon cousin spécialiste en la matière !

20/05/04 : La maladie se rapelle au bon souvenir de ma famille. Le boulet ne passe pas trop loin de nos têtes mais fait choux blanc.

19/05/04 : Je dîne avec des amis algériens. Discussion sur la perception arabe de ce qui se passe au Moyen-Orient… ce n’est pas brillant. Ils sont outrés de voir l’armée d’Israël tirer sur la foule et les Etats-Unis appeler à « un peu plus de modération ». Ils sont révoltés de découvrir les agissements américains en Irak. Et nous sommes tous d’accord sur le fait que les relations entre l’Occident et le Monde arabe sont durablement compromises.

Affaire d’Etat en France suite à l’expulsion d’un footballeur marseillais dans une finale quelconque. C’est terrible, on parle de cruauté… Le foot envahi l’actualité d’aujourd’hui. Les déficits budgétaires, les crises internationales ne sont plus que détails de l’Histoire ; la France est en berne, sa finale de foot est perdue, de profondis ! J’en suis tout bouleversé. La bonne nouvelle c’est malgré tout qu’un peuple qui n’a pas de centre d’intérêt plus prégnant qu’une finale de foot ne doit pas être le plus malheureux des peuples.

18/05/04 : Gbagbo de Côte d’Ivoire continue à faire des siennes en soufflant le chaud et le froid sur le brasier d’une population en mal de boucs émissaires de tous ses malheurs. Le ver de « l’ivoirité » instillé par son prédécesseur dans le fruit mûr d’un pays en équilibre instable, prospère telle une bactérie sur un tas de fumier.

15/05/04 : Les hommes politiques, en l’occurrence socialistes, jamais à l’abri d’une compromission, vont à la soupe et se prononcent pour le mariage des homosexuels. C’est Strauss-Khan qui lance le pavé dans le marigot du microcosme ; on le voyait d’habitude plus en pointe sur la balance des paiements !

Le festival de Cannes est agité par les intermittents du spectacle qui continuent à exiger le financement de leur régime de chômage par la communauté. Le personnel du Carlton, où réside Tarentino, président américain du jury, déclenche également une grève illimitée. Les anglo-saxons présents à Cannes ne doivent pas en croire leurs yeux…

14/05/04 : Une ancienne « révolutionnaire » d’Action Directe, condamnée par contumace en France pour braquage, est arrêtée au Mexique où elle était en exil, quelques jours seulement avant que sa peine ne soit prescrite. Elle va être extradée et rejugée en France. Encore des débats en perspective pour l'intelligentsia française surtout si entre temps Battisti, ex-Brigades Rouges en exil à Paris a été ré-expédié sur Rome !

La Corse est à l’honneur : le fils Pierri (et un de ses potes) est rejugé pour meurtre après avoir été acquitté une première fois, pendant que son père est à l’ombre pour extorsion de fonds. Le fiston qui a assisté aux premiers jours du procès est maintenant en fuite. Les témoins n’ont rien vu du meurtre qui s’est déroulé dans un typique village corse. Papa Pierri a été sorti de sa prison pour venir témoigner que le meurtrier présumé ne l’a pas quitté d’une semelle tout au long de la soirée et qu’il ne peut donc être coupable de quoique ce soit. Le père de la victime affirme que même les pierres savent qui est l’assassin. On donnerait le Bon Dieu sans confession à tous ces gens. C’est du sous-Corléone.

13/05/04 : Mes anciens collègues d'Alger passent à Paris et s'interrogent tout haut : comment se fait-il qu’on appelle barbarie la décapitation d’un américain en Irak et pas les tortures infligées aux prisonniers irakiens dans les prisons de Bagdad ? Je manque un peu d'arguments pour répondre…

10/05/04 : L’Occident est en train de mettre un sacré boxon dans le monde arabe. Les images des sévices infligés à des prisonniers irakiens par des soudards de la coalition, plus ou moins privatisés, sont sûrement déjà un puissant vecteur de recrutement de bombes humaines. On a l'impression que l’armée de la coalition aligne toutes les dérapages possibles pour laisser un champ d’anarchie à long terme dans le Golf persique. La France se souvient douloureusement que ces peuples peuvent être coriaces et reste prudemment à l'écart du désastre !

Bon, maintenant il faut trouver un dirigeant présentable à qui le proconsul américain remettra les clés avant de claquer la porte du Royaume des mille et une nuits le 30 juin. Il devra s'attaquer à cette pétaudière qui règne entre Tigre et Euphrate et pour cette lourde tâche il lui faudra de « l’autorité », c’est le moins qu’on puisse dire. Il lui faudra également survivre et éviter de terminer comme son ex-future collègue de Tchétchénie explosé hier à l’occasion de la célébration à Grozni de la capitulation allemande de Berlin. Cet homme providentiel sera difficile à identifier…

Les Chypriotes grecs ont voté par référendum contre la réunification avec la partie de leur île occupée par les Turcs. Les eurocrates et autres diplomates mondains en sont fort marris mais ne peuvent pas remettre en cause les résultats d'un referendum organisé selon des critères démocratiques. Il n'est probablement pas très malin d'avoir mis en place cette consultation dont le résultat était prévisible : comment demander à des habitants d’une île qui a été envahie et est toujours partiellement occupée par une armée étrangère d’accepter une réunification. Si l'on avait organisé des referendums populaires en Europe de l'Ouest pour savoir si le bon peuple était pour l'adhésion à l'Union Européenne de la Lettonie et autre Pologne, le résultat aurait été très certainement également négatif. Il est des circonstances où la raison d’Etat dictée par des hommes politiques éclairés prime sur les desideratas démocratiques ! Lesdits eurocrates redoublent donc d'inquiétude de voir les nations organiser des referendums pour l'approbation du projet de constitution européenne…

09/05/04 : « Coffee and Cigarettes » de Jim Jarmush au cinéma ce soir, un peu ennuyeux mais original. On y voit Iggy Pop et Tom Waits jouer dans un sketch.

08/05/04 : Ce matin en sirotant mon café, je vois par la fenêtre une manifestation de mamas arabes qui occupent la rue. Plus tard en faisant mes courses, je découvre qu’un jeune Amine s'est fait dézinguer à coups de couteaux au coin de ma rue. Ambiance !

06/05/04 : Ah ! Je repense au voyage de la Reine Elisabeth à Paris : quelle grandeur, quelle noblesse, quelle élégance face aux gnomes de la démocratie agités par leur réélection...

05/05/04 : David Byrne au Bataclan ce soir : on apprend rien de nouveau sinon comment jouer des classiques de Talking Heads sur une rythmique latino diabolique menée par des blancs accompagnés de cordes. Le duo percussion/batterie permet à Byrne de placer ses riffs si caractéristiques sur un air de samba. On a quitté il y a quelques années un groupe hautement urbain et électrique, on retrouve un combo hispanisant.

30/04/04 : J'étais au cimetière de Gentilly cette après-midi, on a mis un tout petit cercueil dans une vaste tombe. C'est sinistre pour tout le monde et terrifiant pour les parents ; un abyme insondable de douleur qui s'ouvre sous leurs pieds et qui ne se refermera plus.

27/04/04 : Kadhafi reçu par la commission européenne en grande pompe à Bruxelles, drapé dans sa couverture en poil de chameau du désert. La « real politik » est sans doute une nécessité mais il faut quand même aimer le pétrole libyen, et avaler son chapeau, pour recevoir en grande pompe le chef d’un Etat qui a admis avoir dégommé deux avions de ligne occidentaux même si la Libye préside la commission des droits de l’homme à l’ONU.

24/04/04 : Le responsable de la communication de Raffarin est piqué avec une pute roumaine mineure dans sa voiture. Il crie à la machination, ce qui est possible. Les journaleux glosent sur cet élément essentiel dans le dispositif Raffarin. On parle d’un communicateur, ex-producteur de shows de télé-réalité du style Popstars… passé à la politique, ce qui en dit long sur le fond de la communication en question. A mon avis, la perte de son clown de service n’est sans doute pas le problème le plus grave que le Raffarin doit gérer en ce moment…

18/04/04 : Talamoni est embastillé à Paris pour complicité de racket avec Pierri. Bastia s’agite pour défendre son leader. Bien sûr il n’a rien fait. En Corse, les bombes explosent toutes seules les chefs mafieux sont abattus par l’opération du Saint-Esprit et la fraude fiscale s’opère sans que personne ne s’en aperçoive. Lourdes à coté de Bastia, c’est de la bibine !

17/04/04 : J’ai pris ma carte d’abonné au supermarché ATAC du coin de la rue : à chaque pot de yaourt j’ai droit à 1 point, et au bout de 100 points je gagne une assiette avec un baromètre à l'intérieur. C’est super la vie de quartier. Qui a dit que notre société moderne était déshumanisée ? Merci Monsieur ATAC.

14/04/04 : Je demande au vendeur de la FNAC (19 ans ½) s’il a encore des disques des Comateens, et il me regarde avec un air de commisération navrée. Il n’a évidemment jamais entendu parlé de ce groupe et après avoir tapoté sur son ordi, me déclare qu’il est inconnu au bataillon.

13/04/04 : Déjà plus de place pour les concerts de The Divine Comedy, The Pixies, ni David Byrne. Je me rabats sur PJ Harvey, Television et, surtout, Patti Smith.

12/04/04 : Je visite la maison d'enfance de ma mère à Maisons Laffitte où elle vécu avec son frère et ses parents jusqu'à l'exode de 1940.

08/04/04 : Renaud Muselier, sous-ministre aux affaires étrangères se fait agresser verbalement par Kagamé, le président rwandais à l’occasion des cérémonies du dixième anniversaire du génocide. Incident diplomatique et il plie bagages : retour à Paris.

01/04/04 : Concert émouvant des Stranglers, les derniers symboles de la pureté R&R. En rentrant je croise une bande d'algériens qui collent des affichent portrait de... Bouteflika en cours de réélection à Alger.

31/03/04 : Je trouve un épicier arabe en bas de chez moi ouvert jusqu’à minuit chez lequel j’aurai donc mes habitudes. Juste en face, le coiffeur du quartier avec encore des vieux fauteuils en cuir, affiche la tête de Bouteflika sur sa porte vitrée d’entrée. C'est bon, je retrouve mes marques.

28/03/04 : La gauche rafle tout aux élections régionales, la droite encaisse, les journalistes font assaut de platitudes, posant trois fois par minute la même question aux ministres du gouvernement sur la démission de Raffarin et s’attirant chaque fois la même réponse sur le fait qu’il s’agit d’une prérogative présidentielle et que c’est à Chichi de décider. Et ils pérorent sur la visibilité, la lisibilité, le rassemblement, le projet fondateur, bla-bla-bla...

La Ségolène triomphe car elle a battu le successeur du Raffarin comme présidente de région. Elle parle d’une nouvelle ère de démocratie participative qui s’ouvre… Bon, faudrait peut-être de pas trop en rajouter, le Poitou-Charentes c’était quand même pas le stalinisme dans les marais poitevins !

Tout ça n’est pas bien important, on ne parle que du pouvoir régional c'est-à-dire d’un tiroir caisse troué qui finance quelques lycées, quelques routes, subventionne quelques entreprises en faillite et entretient sur un grand pied des palais de région et le parc automobile des conseillers régionaux.

23/03/04 : Israël a tué le cheik Yacine d’un tir de missile dans la bande de Gaza. Les territoires autonomes sont en émoi et jurent vengeance. Il est vrai que flinguer un vieillard dans un fauteuil roulant ce n’est pas très marketing, mais guère plus que d'allumer deux cents péquins dans un train à Madrid. Ca va saigner. Les dirigeants européens n’arrêtent pas de crier au loup en assurant qu’une nouvelle attaque terroriste dans une capitale occidentale est certaine, il s’agit seulement de savoir où et quand ? Bref, c’est le boxon.

23/03/04 : Mon équipe de déménageurs est majoritairement algérienne : sympa et efficace, beurs de plusieurs générations je parle l’arabe mieux qu’eux, mais tout cela nous met dans la joie et la bonne humeur pour cette tâche plutôt ingrate. Ils retournent tous les étés au pays mais n’ont aucune intention de s’y réinstaller un jour. Je n’ai pas été particulièrement attaché à cet appartement mais on ressent toujours un petit choc à voir les pièces vides après six années d'accumulation. Je vais cuver ma nostalgie en sirotant des grands crèmes chez mon bougnat préféré du coin de la rue en attendant que le camion soit chargé.

Je suis maintenant dans le XIVe « populaire » mais bon enfant. Une bande de clodos semble avoir élu domicile juste en bas de chez moi, mais ce sont des poivrots de quartier, bon enfant donc !

17/03/04 : Le président rwandais réagit contre l’instruction française sur la destruction de l’avion présidentiel rwandais qui aurait déclenché le génocide. Il accuse dans la presse la France d’avoir directement participé aux massacres en livrant des tutsis aux hutus et des armes aux massacreurs. Tout est possible, mais cette version me paraît tout de même assez incroyable. Et puis en quoi les français auraient eu le moindre intérêt à mettre le doigt dans ce type de guerre ethnique ? Recoloniser le Rwanda ?

Certes la France a soutenu militairement le gouvernemet Habyarimana, pouvoir hutu ethnique (dans un pays à 80 ou 90% hutus) reconnu par l'ONU. Elle n'aurait pas du. Elle est maintenant accusée d'avoir les mains pleines du sang tutsi. Elle va traîner longtemps cette sinistre réputation.

15/03/04 : Aristide quitte son nit douillet de Bangui pour rejoindre la Jamaïque et se rapprocher de chez lui. Officiellement pour aller voir ses enfants aux Etats-Unis où il sera sûrement reçu à bras ouverts…

14/03/04 : Ciné « La jeune fille à la perle » ou comment une jeune fille inspire Vermeer pour l’un de ses plus célèbres tableaux.

12/03/04 : Suite aux révélations du Monde sur le Rwanda, l’ONU « retrouve » la boîte noire de l’avion abattu du président rwandais. Elle était dans un placard à New York depuis dix ans.

Le gardien de l’immeuble de mon futur appartement a réceptionné mes cantines venant d’Algérie. Après avoir vu les étiquettes, il me précise qu’il a été militaire de carrière pendant dix ans, dont trois comme parachutiste en Algérie vers 1958. Il n’en a pas gardé que des bons souvenirs semble-t-il...

11/03/04 : Concert Air : musique électronisante, élégante, harmonieuse, voix éthérées, vocodées, irréelles. Un bon moment musical. Je termine chez le Kabyle d’en face la Cité de la musique.

Discussion post-concert sur l’attentat de Madrid : 10 bombes dans des trains de banlieue au petit matin, 200 morts, un millier de blessés. Nous parlons de cet ex-terroriste italien des brigades rouges, Battisti, condamné à la perpétuité par Rome, réfugié en France et que l’Italie réclame pour qu’il rende des comptes. L’intelligentsia française s’émeut à l’idée d’une extradition et manifeste dans la rue sur le thème "après vingt ans il faut passer l’éponge". Et où placera-t-on le curseur pour passer l’éponge : l’ETA, le FLNC, Al Quaïda, l’extrême droite italienne, "nettoyés" aussi par les bonnes grâces de l’indulgente éponge de l’intelligentsia française ? Il est vrai que les Etats ont "nettoyés" le terrorisme de certains d'entre eux et Kadhafi s’est acheté une nouvelle virginité à coups de déclarations fracassantes sur l’abandon d'improbables programmes d'armement. Et il est toujours au pouvoir.

Il me semble que la moindre des élégances seraient qu’ils assument leurs responsabilités après avoir mis leur pays à feu et à sang durant les années de plomb de la démocratie italienne. Et puis après avoir mis ses "Actions directes" en prison pour le restant de leurs jours, sur quels fondements la France refuserait à l’Italie le droit d’en faire autant. Toni Negri, théoricien de l’autonomie de la gauche prolétarienne, a fait ses années de prison avant de revenir enseigner dans une université... parisienne.

09/03/04 : La presse sort des bribes de l’instruction du juge Brugière sur l’attentat qui, en 1994, a coûté la vie au président rwandais hutu et déclenché le génocide que l’on sait. On y « apprend » que les missiles qui ont descendu l’avion présidentiel étaient soviétiques, vendus à l’Ouganda, refourgués à la rébellion rwandaise et tirés par des servants tutsis. Le gouvernement rwandais actuel s’émeut et conteste cette thèse !

Bon, qui a bien pu abattre Habyarimana ? C’est tout de même pas le pape ou la reine d'Angleterre ! Même si ce n'est pas la seule hypothèse plausible, on ne peut quand même pas exclure que ce soit des tutsis qui aient abattu le président hutu, ce serait même dans le cours de l'Histoire. Et que l’homme blanc s’étouffe ou non dans ses sanglots, il reste à découvrir la vérité dans cette affaire, ce qui est sûr c'est que l'avion n'est pas tombé suite à une panne de moteur. Malheureusement et une fois de plus, la France a mis son nez dans les affaires troubles de l'Afrique dont elle n'aurait jamais du se mêler.

Accessoirement, les deux membres de l’équipage du Falcon étaient français, et ils convoyaient également le président burundais. Tout le monde est passé à la trappe sous le coup du SAM7. Une enquête n'était tout de même pas superflue.

04/03/04 : La France après avoir prôné, contre les Etats-Unis, la non ingérence en Irak, se retrouve en Haïti aux cotés de l'Amérique pour… s’ingérer et envoyer des troupes pour en dégager le président élu… Ah ! La raison d’État et la logique font bien deux. Du coup Bush congratule Chirac au téléphone. Le chef des nervis « insurgés » affirme devant la presse internationale qu’il n’a pas d'ambition politique. On tient là, c’est sûr, le prochain président haïtien !

01/03/04 : Les Etats-Unis s’énervent et dégagent Aristide de son trône. Il est expédié tambour battant en Centrafrique. Ce pauvre pays bantou qui a mis des années à se débarrasser de Patassé, récupère maintenant Aristide pour pas un rond. La Centrafrique n’a pas vraiment mérité ça, mais va-t-elle gagner au change ?

29/02/04 : Haïti s’enfonce dans l’anarchie dont elle n’est jamais vraiment sortie depuis Toussaint-Louverture. Je me souviens d’un voyage à Port au Prince et Cap Haïtien en 1982. À l’époque on ramassait déjà des corps sans vie dans la rue le matin, victimes des tontons macoutes, des gangs locaux et de la misère. Ce sont les premiers cadavres que j’aie vus dans ma vie. Alors qu’une « rébellion » de nervis dépenaillés et bourrés de rhum/ganja, sans leader ni idée, avance vers la capitale avec pour seul programme le pillage, Villepin la gargouille nous sort de ses tiroirs son éternel plan de paix avec instauration d’un gouvernement d’union nationale. Qui veut-il unir notre poète du Quai d’Orsay : un illuminé évangéliste avec des pillards pré-pubères ? On croit rêver.

Je crains que le seul choix acceptable pour ce malheureux pays soit : une dictature éclairée ou une mise sous tutelle internationale. Quand on pense qu'Aristide, prêtre marxisant d’opérette a été ramené à Port au Prince dans les soutes d’une force internationale il y a dix ans et qu’on en est revenu au même point…, c’est désolant. Et pendant ce temps, bébédoc, rejeton de Jean-Claude Duvalier qui a mis le pays en coupe réglés des années durant doit toujours traîner en villégiature en France. Est-ce qu’il n’avait pas disparu il y a quelques années de sa villa de la cote d’azur pour fuir ses créanciers ? Je crois me souvenir d’articles de presse en de sens.

28/02/04 : Les camionneurs râlent car ils sont bloqués sur l’autoroute par la neige, les viticulteurs râlent car les franchouillards boivent moins de picrate qu’auparavant, les scientifiques râlent car le budget de l’état ne suffit plus à financer leurs recherches, les intermittents du spectacle râlent car il n’y a plus de sous dans leur caisse de chômage…, la France décadente pleure sur son déclin.

27/02/04 : Pasqua envisage de laisser sa place de président du conseil général des Hauts de Seine à Sarkozy. On croirait la succession d’une monarchie. Ce duo de choc semble presque oublier qu’ils doivent auparavant passer devant l’électorat !

25/02/04 : J'ai trouvé un nouvel appartement. Je signe le bail aujourd'hui. Le plus drôle dans cette recherche c’est que les propriétaires se battent pour m’avoir comme locataire : revenus moyen-plus, célibataire sans enfant ni animal domestique, bonne présentation, bref, le gendre idéal pour un propriétaire près de ses sous. Je n’ai eu que des réponses positives lorsque j’ai déposé un dossier de candidature pour un logement visité.

20/02/04 : Concert de The Rapture « from NYC » à l’Elysée Montmartre : moderne, dissonant, original, créatif, jeune, un son grunge revisité à la sauce Talking Heads.

18/02/04 : Les candidats démocrates aux présidentielles américaines font campagne contre les multinationales dévoreuses d'emplois… Intéressant !

14/02/04 : Diner en ville et je fais la connaissance d'une femme qui fait une thèse d'ethnologie sur les bergers nomades du Rajasthan en Inde… La discussion avec elle relève effectivement de l’ethnologie profonde où comment découvrir la tribu des chercheurs calibrés « CNRS », à qui la collectivité finance des années d’études sur les bergers du Rajasthan et qui se plaignent hargneusement de la baisse des budgets de la recherche en France. Un autre monde !

13/02/04 : Les journaleux sont en émoi : grève à Radio France depuis trois semaines et démission du directeur de l’information de France 2. Ce dernier psychodrame est provoqué par le fait que Pujadas a annoncé le retrait de Juppé en entrée du journal télévisé de 20 h pendant qu’au même moment sur TF1, le Juppé annonçait qu’il restait en politique. Cela a fait désordre et plongé la rédaction dans une de ces agitations stériles dont elle a le secret, remuant du vent et évoquant des concepts creux comme le droit à l’information, l'honnêteté des médias, la moralité des journalistes, le respect des avis de la rédaction, bla bla bla… Pujadas a dit une connerie mais ce n’est ni la première ni la dernière, ce n’est pas la peine d’en faire tout un fromage. Il est vrai que pour un vieux journaliste, parier qu’un homme politique respecterait ses engagements publics est tout de même faire preuve d’une désarmante naïveté.

12/02/04 : Dîner en ville où l'on me ressort les théories ressassées sur l’armée algérienne qui serait en première ligne des massacres de ce pays… C’est drôle comme les gens ont du mal à imaginer que la religion n’a besoin de l’aide de personne pour massacrer et diffuser ses idées et pratiques moyenâgeuses. Est-ce que l’inquisition a nécessité un quelconque appui politique ou militaire pour faire régner sa terreur en France ? Non, simplement quelques idéologues bornés assis sur les dogmes du Livre, et ce fut largement suffisant pour atteindre des résultats inespérés ! L'armée algérienne a très certainement joué son propre jeu dans cette affaire, mais comme toutes les forces en présence. C’est la vie politique qui pousse ses acteurs à surfer sur les évènements, fussent-ils dramatiques.

08/02/04 : Exposition « Les Origines de l’Abstraction » au Musée d’Orsay, ou comment la peinture moderne du XIXe est passée de la représentation du réel à l’évocation surnaturelle de la lumière et du mouvement. Nous prenons ensuite un chocolat à la cannelle dans les salons lambrissés de ce superbe bâtiment d’Orsay. C’est dimanche, il fait froid, j’entends Lou murmurer Just a perfect day dans mes oreilles.

07/02/04 : J’essaye d’aider un ami à régler un problème sur son ordinateur personnel et je lui formate son disque dur sans même m’en apercevoir… hum, hum. L’informatique, une affaire de spécialistes à laisser dans les mains des spécialistes !

05/02/04 : Est-ce qu’on pourrait arrêter de parler du Juppé ? La presse titre sur le séisme politique, l’ébranlement de la droite et autres envolées verbeuses. On a l’impression que la République vacille parce que l’un de ses serviteurs a couvert des bêtises ! Faudrait tout de même pas exagérer, on va s’en sortir vivant, j’ai confiance, notre belle France a connu des moments plus dramatiques.

03/02/04 : Juppé a annoncé à la télévision ce soir qu’il ne respecterait pas son engagement de se retirer de la vie politique en cas de condamnation infamante. Il reste donc aux commandes de la droite malgré qu’il ait été pris les doigts dans le pot de confiture, faute qu’il a d’ailleurs avouée à demi-mot après l’avoir renié devant le tribunal, affirmant qu’il n’était au courant de rien. Rien de neuf sous le soleil politicard. On dirait que les hommes politiques ne savent plus quoi faire pour se décrédibiliser.

01/02/04 : Il paraît qu’il y aurait eu des pressions sur les juges en charge du dossier Juppé ! Notre bon président de la République en aurait demandé une enquête « indépendante ». Oh !!!!! Quelle horreur et quelle surprise ! Le petit monde journaleux-politicailleux semble s’émouvoir d’une telle découverte et joue les ingénus. Quand même, quelle faux-jettonerie. Comme si on pouvait imaginer une seule seconde que le procès du patron du premier parti de France, candidat putatif à la succession du benêt, accusé d’avoir piqué dans la caisse de la mairie de Paris, aurait pu se dérouler dans la sérénité et en l’absence d’interventions plus ou moins discrètes. Y vont encore nous jouer Liberté-Egalité-Fraternité la larme à l’œil. Bon allez, on sait qu’y faut qui z’en rajoutent une grosse louche à l’approche des z’élections. Y vont p’être aussi se lamenter sur les chefs d’entreprises qui ont été condamnés avec et comme Juppé au titre d’une loi sur le financement de la politique votée par la droite en son temps… ?

Les bordelais sortent leurs mouchoirs. C’est drôle comme à chaque fois qu’un homme politique est condamné par la justice, sa carrière électorale est considérablement boostée dès la sortie de sa période d’inéligibilité. On l’a vu avec Tapie, Mellik, Emmanuelli et d’autres. On dirait que l’électeur français est attiré par le repris de justice. C’est vraiment étrange et chaque fois renouvelé.

Chirac en appelle à soutenir cet homme intègre. C’est quand même à hurler de rire quand on sait que le chef de Juppé au moment des faits pour lesquels il est condamné est Chirac lui-même.

La meilleure nouvelle politique de la décennie c’est la retraite de Blondel. Il a incarné le pire du pire du syndicalisme franchouillard : destructeur, aveugle, démagogique, caractériel, anti-tout, crypto-trotsko, buté, borné, touchant aux bornes de l’abrutissement total, tête à claques, marionnette, pervers, fielleux, moyenâgeux, cromanionesque ; les mots manquent pour exprimer le soulagement face à son départ de la scène. Comme il est encore en bonne forme, il manifestera probablement une forte capacité de nuisance mais qui devrait logiquement aller en s’amenuisant.

Visite à l’Hôtel de Sully d’une exposition de photos sur la guerre d’Algérie. Certaines sont sorties des albums souvenirs des appelés.

31/01/04 : Juppé s’est fait avoir, condamné pour prise illégale d’intérêt à 18 mois de prison avec sursis : le responsable des finances de la mairie de Paris qu’il était faisait rémunérer par le contribuable parisien des employés permanents du RPR dont il assurait la présidence. Bien sûr il n'était au courant de rien. En droit des sociétés c’est ce qu’on appelle de l’abus de bien social, c’est d’ailleurs sur ce thème que des chefs d’entreprise ont été condamnés dans le cadre du même jugement, mais ceux-là on en parle beaucoup moins. Du coup il est inéligible : et alors ? Personne n’est irremplaçable ! Il va pouvoir nous rejouer La Tentation de Venise et aller rejoindre Jospin au club des hommes politiques déchus. De toutes façons les électeurs ne l’aiment pas et, du coup, il n’aurait pas été un bon candidat pour la droite. C’est pas un mauvais bougre ce Juppé, mais enfin, il a piqué dans la caisse de la mairie pour payer ses permanents du RPR. C’est pas un drame non plus, mais c’est pas bien. C’est tout ! Pourquoi il n’admet pas tout simplement cette faute et qu’il ne prend pas une retraite bien méritée à Bordeaux. Ce serait bien mieux pour lui et plus noble de sa part. Mais non, l'orgueil et l’ambition qui mènent ces hommes est sans mesure.

30/01/04 : Concert de Bashung au Zénith ; j'y rencontre par hasard un couple de vieux potes et nous terminons ensemble dans un bar du coin, servi par un kabyle pur beurre avec qui j'échange quelques mots d’arabe.

Le Monde relate la vie de Bettina Goislard, humanitaire assassinée en Afghanistan ces derniers mois. Fille du consul de France à Bagdad, elle a consacré sa vie à ce genre de pays, y compris le Rwanda post génocide. Elle est ensuite tombée amoureuse de l'Afghanistan et d’un guerrier afghan avant d’être enterrée au cimetière britannique de Kaboul. Son amour local était irréalisable car contraire aux traditions du pays. C’est sans doute l’une des raisons de sa mort.

Cela me fait penser aussi au procès en cours à la cour pénale internationale d’un des penseurs/acteurs du génocide rwandais dans lequel paraît l’ex-général de l’ONU Dallaire, un canadien qui a été traumatisé par cette expérience et révolté par l'impuissance occidentale, est en analyse depuis et parle de revenir finir ses jours au Rwanda.

Et c’est l’éternelle histoire de la culpabilité de l’homme blanc devant les malheurs du monde. L'un se flagelle devant le génocide des hutus contre les tutsis rwandais, l'autre se fait tuer pour avoir lutté contre des traditions moyenâgeuses d’Asie centrale en essayant de ramener la paix dans ces pays incompréhensibles pour les occidentaux.

28/01/04 : Fascinante interview de Khieu Sampham dans Le Monde. Chef de l’État cambodgien du temps des Khmers rouges, réfugié en Thaïlande, s’il admet les deux millions de personnes massacrées par le régime, l’évacuation des villes, la suppression de la monnaie, l’expropriation des paysans, il explique qu’il ne savait rien : le génocide par ignorance. Bien sûr, ce bon Monsieur Khieu est diplômé des universités françaises et s’est formé au marxisme au contact de l’intelligentsia parisienne de la fin des années 50. Tout ce petit monde khmer rouge file des jours « heureux » dans la brousse thaïlandaise. Un vague projet de tribunal pénal pour juger ces crimes contre l’humanité est à l’étude mais toujours pas finalisé.

27/01/04 : J’assiste à une grand-messe d’assurance crédit. Alexandre Adler nous explique que même dans leurs rêves les plus fous, les ayatollahs iraniens n’auraient pas espéré réaliser aussi vite ce que l’armée américaine leur a offert sur un plateau en 2003 : la consolidation d’un axe chiite Iran-Irak. L’organisation d’élections à Bagdad va immanquablement déboucher sur une majorité chiite et un pouvoir du même bord. Avec beaucoup de ruse et d’à propos Téhéran calme ses troupes en les faisant patienter encore quelques mois pour que le fruit mûr tombe dans leur escarcelle. Un axe perse introduit dans la chaudière du Moyen-Orient par les GIs… il fallait y croire il y a encore quelques mois !

Pour le reste, des experts se succèdent à la tribune. A la question, l’année 2004 sera-t-elle une année de croissance ils proposent trois scénarios : (i) OUI, (ii) NON et (iii) PEUT-ÊTRE, en optant pour le dernier. On voit même un économiste polonais dans une banque du cru, s’époumoner sur l’urgence qu’il y a à faire entrer son pays dans la zone EUR pour lui permettre de recréer ses équilibres budgétaires, face à un jeune loup aux dents longues, économiste dans une banque parisienne, jurer ses grands dieux qu’il faut appliquer la stratégie inverse.

24/01/04 : Mort d’Helmut Newton dans un accident de voiture à Los Angeles.

C’est toujours le boxon en Côte d’Ivoire où 4 500 soldats français sont enlisés dans une improbable pacification. Une espèce d’Irak à la Clochemerle, le pétrole en moins. La France ne sait plus comment s’en sortir et les dirigeants ivoiriens s’y entendent pour faire le contraire de ce à quoi ils s’engagent, ou, au passage, flinguer quelques journalistes européens.

18/01/04 : Concert Symphonie « Héroïque » de Beethoven + Requiem de Mozart dans lequel chante ma co-locataire comme soprano. Il s’agit de chœurs et orchestres des grandes écoles, amateurs éclairés qui interviennent cette après-midi à l'Eglise de la Trinité. C’est très bien et l’Eglise est superbe.

17/01/04 : Sarko, cycliste amateur éclairé, aurait dit en Chine à des journalistes que le Sumo est un jeu d’abrutis où s’affrontent des obèses aux chignons gominés. Dans une première approche, on ne peut que rendre hommage à la justesse de cette analyse. Mais si l’on rapproche le Sumo du Tour de France, on peut légitimement se demander laquelle de cette activité bat l’autre sur l’échelle de l’abrutissement ? Avec un président sumoïsant et candidat-président cycliste, on est bien barré !

16/01/04 : Dernier passage au bureau pour des détails ultimes. Mon appartement est vide et ma vie est empaquetée dans cinq cantines. Quelques amis m’accompagnent à l’aéroport Houari Boumédienne. Nous prenons un polaroïd devant la fontaine.

15/01/04 : Dernier jour de travail officiel, mes collègues se succèdent dans mon bureau pour me saluer et me couvrir de cadeaux.

13/01/04 : Un de mes vieux potes m'envoie les commentaires de la fille d'un de ses copains (environ 20 ans) qui est allée tester mes goûts musicaux sur mon site web. Décapant : elle qualifie les disques affichés de « Musique d'ascenseur », « Ca va 5 mn », « Nul », « Déjà entendu 10 000 fois » ! Non, mais, je rêve ? Il faudrait quand même que l'enthousiasme de la jeunesse débridée soit borné par les limites du respect à l'expérience que nous avons, et je parle même plus de celles de la décence (les dites bornes) qui semblent enfoncées depuis longtemps. Au moins, la tendre enfant semble apprécier Bowie mais on a vraiment l'impression que c'est une concession à la vieille génération. Ah ! Où allons-nous avec ces jeunes qui croient avoir inventé le rock alors que Bowie chantait Sufragette City quand ils n'étaient pas encore nés ?

11/01/04 : AOL propose de télécharger gratuitement des sonneries de mobiles « Star’Ac » et nous apprend que Zidane est toujours le chouchou des français… Mon Dieu, pourquoi tant de vulgarité dans notre bas monde ?

Je range mes affaires au bureau en continuant à recevoir des montagnes de cadeaux. Mon préféré, un superbe dessin « Les Filles du Sultan » plein de bleus et jaunes méditerranéens. Un ami algérien m'apprend que El Mauro en espagnol veut dire « arabe » et qu’en cherchant bien nous allions peut-être découvrir que nous sommes cousins !

10/01/04 : Beaucoup d’émotion ce soir, d’abord une grosse secousse d’intensité 5,7 à 19h30 qui m’a précipité dans mon jardin avec un cœur battant la chamade, et puis mon méchoui d’adieu commun avec le départ d'un collègue pilier du succès de notre business ici. J’ai commis un discours sur la chaleur humaine qui a été la marque de mon aventure algérienne, l’incroyable lien qui unit l’Algérie et la France et les pérégrinations de ma famille dans ce pays. Je repars couvert de cadeaux. Une tranche de vie qui se termine !

09/01/04 : Je trouve d’une incroyable indécence que nos diplomates se congratulent avec leurs collègues libyens suite à la signature d’un accord qui évalue à 1 million de dollars le cadavre français du DCT 10 d’UTA. On ne parle bien entendu pas du cadavre africain, le cadavre américain ayant, lui, été coté en forte hausse sur le B 747 de Lockerbie. J’eusse préféré que l’État français s’abstienne de telles bassesses quitte à indemniser lui-même ses victimes, et au besoin les africaines (notre budget n’est quand même pas à 100 millions de dollars près), et traite le terrorisme libyen comme il se doit : devant la justice ou sous le glaive.

A-t-on parlé d’argent à Nuremberg ? Non, mais il est vrai qu’on y est revenu, longtemps après avec les indemnisations consenties 40 ans plus tard par des banques qui ont bénéficié de fonds en déshérence de victimes juives de la IIe guerre mondiale.

On va maintenant « renforcer les relations d’indéfectible amitié » entre Libye et France et lever des toasts avec les représentants d'un État qui, selon toutes probabilités, a fait sauter deux avions civils. On aurait quand même pu laisser passer un « vide sanitaire »  et attendre que Kadhafi se fasse déposer avant de renouer les contacts. Mais il est vrai que la Libye préside la commission des droits de l’homme à l’ONU…, il s’agit donc d’un État présentable !

07/01/04 : Mes collègues de la cuisine qui pendant ces quatre années m'ont fidèlement servi café et déjeuners m’offrent des cadeaux de départ et nous prenons une photo de groupe dans la cuisine devant une bassine de zitouns. Ces gens simples et généreux regrettent mon départ, c’est touchant. Je vais regretter leurs sourires et bonne humeur lorsque j'attendrai mon café devant les machines à boissons de mon futur bureau parisien.

05/01/04 : Je repasse en boucle le DVD d’Alanis Morisette Jagged little pill. Une grande artiste devant laquelle le terme de transe prend tout son sens : celle de sa gestuelle quasi-hystérique mais touchante sur scène où ses mains se tordent nerveusement alors qu’elle arpente l’espace, celle des mots si personnels et violents qu’elle exprime dans ses compositions, celle de l’autre monde sur lequel elle semble être connectée lorsqu’elle entre en scène. C'est l’aboutissement du processus créatif, à la fois brutal et plein d’émotion subtile que j’avais vu s’accomplir en 1999 à Paris.

04/01/04 : Le plus drôle avec le gel du FLN (voir kronic du 1er janvier) c’est que si le VIIIe congrès désignant Benflis comme candidat présidentiel du parti a certes été annulé pour vice de forme, on en revient donc aux décisions du VIIe congrès qui nommait comme nouveau secrétaire général du FLN… Benflis. Seul ce dernier est donc habilité à convoquer un nouveau congrès pour re-désigner un nouveau candidat aux élections présidentielles. On peut imaginer qu’il ne le fera qu’à bon escient !

Nadjia, ma femme de ménage, pleure devant mes cantines ouvertes qui annoncent mon départ prochain.

03/01/04 : Décès de Georges Boudarel qui avait défrayé la chronique au début des années 90 lorsque fut révélé publiquement que, enseignant français en Indochine, il était passé au Vietminh et avait même poussé le raffinement jusqu’à être commissaire politique chargé de l’instruction politique de prisonniers français, bref, de leur faire cracher leur autocritique dans le droit fil des procès de Moscou, dans des camps de déportation vietnamiens qui n’avaient rien à envier à leurs pareils de l’Est européen. Condamné à mort par la France puis amnistié en 1966, il s’était reclassé en historien spécialiste du Vietnam qu’il analyse ensuite à l’aune de sa déstalinisation personnelle.

02/01/04 : Journée cantines ; de nouveau je mets ma vie en cartons, cette fois-ci c’est pour la bonne cause du retour à Paris, pour toujours et à jamais. La dernière fois que dit ça, je me suis retrouvé à Alger un an plus tard, et l’avant-dernière fois, à Bangui au bout du même temps. Je visionne en passant des DVD rock et revois Nico chantant Heroes dans les années 80, dans un bar glauque et punk.

01/01/04 : Etonnant : une décision de la justice algérienne a gelé le FLN, le grand parti de libération nationale qui a chassé les français en 1962 et régné sans partage (ou presque) sur l’Algérie depuis. Gelé on ne sait pas trop bien ce que cela veut dire sinon un coup de Jarnac de la clique de Bouteflika à son ancien Premier ministre Benflis, ci-devant dirigeant du FLN. Qu’est ce qui est gelé ? Les comptes en banques, l'idéologie, les discours, les cellules ? On a vu Chichi dissoudre l’Assemblée, on a vu des partis politiques interdits, refondés, mais jamais encore gelés. C’est un nouveau concept. Les élections présidentielles algériennes de 2004 s’annoncent intéressantes…

Copyright (c) 2002 Spiders from Mars Limited. Tous droits réservés.